Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 janvier 2010

Maman ?!!

maman.jpgMaman ?

Illustrations : Maurice Sendak

Scénario : Arthur Yorinks

Création des mécanismes : Matthew Reinhart

Ecole des Loisirs, 28,50 €

Initialement intitulé « Mommy ? » et publié en 2006 aux Etats Unis, ce pop-up monstrueux est une galerie d'affreux jojos et autres monstres mythiques plus effrayant les uns que les autres.  Mais ils sont tellement attachants... qu'il n'inquiètent pas du tout ce petit bonhomme qui recherche sa maman. Le parcours pour la retrouver est une succession de belles rencontres, avec un alchimiste, un vampire, Frankenstein, une momie, un yéti, jusqu'à tomber sur... Maman !! et là, on se dit qu'on fait tous un peu partie de la même famille !

Laure Devisme

31 décembre 2009

Missak chez Rue du Monde

missak.jpgMissak, l'enfant de l'affiche rouge

Didier Daeninckx, illustrations Laurent Corvaisier

Rue du monde, 17,00 €

Dans sa prison, derrière les barreaux, Missak se souvient des jours heureux en Arménie. Ces souvenirs sont accompagnés d'illustrations à la gouache, pleines de vie, de couleurs, de bonheur. Malheureusement, très vite, le noir arrive, les illustrations sont fortes, notamment quand Missak nous dit la mort de son père défendant l'Arménie, la fuite au Liban...le noir...les pensées d'un homme qui va mourir. Ainsi alternent de grandes illustrations en couleurs pour les souvenirs heureux (son arrivée à Paris, alors terre d'accueil, son amour pour Mélinée) et le noir pour dire le nazisme, la résistance, l'arrestation, la condamnation. Le livre se termine par une biographie de Missak illustrée de photos et par la lettre très émouvante que Missak adresse à Mélinée avant de mourir.  Un texte sobre, poignant. Didier Daeninckx sait parler aux enfants, les prendre au sérieux. Missak, l'enfant de l'affiche rouge est un grand livre comme l'était Il faut désobéïr. Des livres indispensables pour que l'on se souvienne.

Annie Falzini

10 décembre 2009

Une nouvelle sirène

une sirene chez les hommes.jpgUne sirène chez les hommes

Mimei Ogawa, illustrations Komako Sakai

Ecole des Loisirs, 13,50 €

Une sirène idéalise la vie des hommes au point de leur donner son nouveau né. Dans un premier temps son rêve se réalise. L'enfant sirène est recueilli par un vieux couple qui l'élève avec amour. En grandissant, elle décore de coquillages les bougies  que les marins achètent aux vieux, pour les brûler au temple avant de prendre la mer. Bougies qui portent chance aux marins qui viennent de plus en plus nombreux. Tout semble aller pour le mieux, pourtant la petite sirène se languit de la mer, mais elle ne veut pas faire de peine au vieux et à la vieille, alors, elle reste.

Mais, un jour, un homme propose de l'argent, beaucoup d'argent, pour acheter la sirène afin de la vendre à un cirque. Le vieux et la vieille acceptent, les supplications de l'enfant sirène n'y change rien. Elle est emmenée, arrachée. Une première tempête, puis toutes celles qui se succèdent nuit après nuit verront la fin de cette histoire, illustrée avec tout le talent que l'on connait à Komako Sakai. Ses illustrations  traduisent admirablement toute l'émotion créée par ce récit.

Annie Falzini

08 décembre 2009

20 ans après la chute du Mur

mes deux allemagne.jpgMes deux Allemagne

Anne Charlotte Voorhoeve

Millézime, Bayard, 11,90 €

 Au cours d'une soirée, Lilly ferme les yeux et raconte...

Elle vit en Allemagne de l'Ouest, à Hambourg, elle a une douzaine d'année et accompagne sa mère dans sa fin de vie. Celle-ci lui a raconté comment par amour, elle s'est enfuie d'Allemagne de l'Est. Elle connaît la famille de sa mère par les photos, les lettres, puisque jamais elle n'a pu les rencontrer. Sa mère meurt et pour la première fois, à l'enterrement, elle est face à sa tante, Lena.

Elle est immédiatement attirée par cette femme chaleureuse, malheureusement celle-ci doit très vite retourner en RDA. Lilly se retrouve seule. Pascal, l'ami de sa mère, photographe, voyage sans cesse et ne peut s'occuper d'elle, alors on prévoit pour elle une famille d'accueil. Elle se révolte, et, aidée de Pascal et de Maggie sa meilleure amie, elle passe la frontière et arrive en RDA, chez Léna. Mais cela ne se passe pas du tout comme elle s'y attendait. D'abord, Kathrin, sa cousine, lui claque la porte au nez, et puis, même, si Lena et Rolf, son oncle, sont heureux de la voir, eux savent que ce ne sera pas simple. Il n'est en effet pas facile de rester en RDA, lorsque l'on vient de l'ouest, et de plus, on risque de créer de sérieux ennuis à ceux qui vous accueillent. Lena et Rolf obtiennent une autorisation de séjour d'une semaine, ensuite Lilly devra repartir, et il lui faudra attendre un an avant de pouvoir revenir définitivement.

Peu à peu, elle apprendra ce qui s'est passé après la fuite de sa mère : Lena étant la soeur ainée, a été "punie sévèrement" pour ne pas avoir surveillé sa jeune soeur. Mais tout cela, c'est du passé, quand Lena raconte, le mur est tombé, l'Allemagne est réunifiée.

Un beau roman, sur le deuil, les secrets de familles et sur le traumatisme causé aux familles séparées par le mur. Ce n'est pas pesant, à aucun moment on a l'impression d'un roman "engagé". C'est avant tout une aventure humaine et c'est ce qui en fait sa force.

Annie Falzini

 

03 décembre 2009

Noëëëëlll !

le cadeau de noel de gaston g.jpgLe cadeau de noël de Gaston Grippemine

John Burningham

Père Castor Flammarion, 12 €

Un album de noël que j'ai à la librairie tout au long de l'année, comme Boréal Express ou Demain c'est noël. Raconter les péripéties du Père Noël est un vrai plaisir dont je ne me lasse pas. Sur des doubles pages les dessins au crayon de couleur de John Burningham nous montre un Père Noël épuisé, prenant soin de ses rennes, les couchant, les bordant, et qui se glissant dans son lit, s'aperçoit qu'il reste un cadeau dans son sac, celui de Gaston Grippemine qui habite tout en haut du mont Briochon, et Gaston ne reçoit qu'un cadeau par an, celui du Père Noël. Alors  dans la nuit noire il se met en route. Il va utiliser de nombreux moyens de locomotion qui les uns après les autres l'abandonneront dans la neige : avions, voiture, moto, ski, pour enfin escalader les rochers qui lui permettrons de déposer son cadeau. Ce qui fait la saveur de cet album qui peut être raconté très tôt c'est la mise en page du récit : pour chaque moyen de locomotion utilisé on voit le Père Noël expliquer son problème, puis une grande page couleur, et on tourne la page pour assister à la catastrophe, avion dans la neige, voiture dans un arbre...un dessin tout simple, très expressif qui ravi les enfants, et la double page montrant son retour...un régal.

Ce livre qui était épuisé depuis un an est réédité, et l'on aimerait que d'autres albums de John Burningham le soient.

Annie Falzini

12 novembre 2009

Jamais trop tard pour une rentrée scolaire

le plus vieux de la classe.jpgLe plus vieux de la classe

Irène Cohen-Janca

Rouergue, DAcoDAc, 6 €

Cette rentrée des classes ne se passe pas du tout comme John l'espérait. Celui que tout le monde remarque c'est le vieux, le grand, celui qui au milieu de la cour est le centre des moqueries. L'action se passe au Kenya et Zéfania, le grand, est un adulte. L'école vient d'être déclarée gratuite pour tout le monde, y compris pour les adultes et Zéfania veut apprendre à lire pour devenir policier et nourrir convenablement sa famille. Mais difficile d'aller en classe chaque jour quand on est un adulte cultivateur et qu'on a charge de famille.

A travers les yeux de John, le narrateur, le lecteur découvre peu à peu la personnalité et le quotidien de Zéfania et prend conscience des conditions difficiles de la vie dans le désert Kenyan. Un roman court qui s'adresse à des lecteurs plus jeunes que dans la collection DoAdo, une écriture simple, pour un roman fort, comme dans de nombreux romans de la collection DoAdo, peut-être la ligne éditoriale de cette nouvelle collection.

Annie Falzini

31 octobre 2009

Encore des couleurs !! encore des émotions...

une touche de couleurs.jpgUne touche de couleurs

Pauline Kalioujny

Hongfei, 13,50 €

Lupus, un chien noir, s'ennuie, et dort dans un grand monde blanc... Soudain, quelque chose de glacé lui touche la queue...: c'est le bleu. Et, Lupus pénétre dans cet univers bleu, il en ressent le frais, nage parmi les poissons. Puis Lupus va découvrir l'univers et les sensations du vert, du jaune, du rouge. Puis trempé, imprégné de toutes ces couleurs, il se secoue et éclabousse ce grand monde blanc des couleurs qu'il a rencontré, il crée ainsi un monde où il ne s'ennuiera plus. Vous me direz rien de bien nouveau, nous avions déjà Le magicien des couleurs de Arnold Lobel, c'est vrai et j'adore ce livre, mais Une touche de couleurs s'adresse à des enfants plus jeunes et les illustrations de Pauline Kaliouny, linogravures et encres de couleur donnent à ses images un charme que goûteront sûrement les jeunes enfants. Le monde qu'il crée est particulièrement réussi.

Annie Falzini

28 octobre 2009

La couleur dans tous ses états

quelles couleurs.jpgQuelles couleurs !

Régis Lejonc

Thierry Magnier, 16 €

Imagier ? Livre d'artiste ? Je ne sais, mais ce que je sais, c'est que c'est un livre précieux, un imagier comme on en rencontre malheureusement trop peu. Une suite d'illustrations, de photographies, de compositions graphiques issues de la culture populaire, de la bande dessinée, du cinéma, de la chanson, toutes extraordinairement belles, drôles, bourrées de références qui réjouiront les adultes. Cette succession d'images nous entraîne dans une balade où l'on découvre ce que chaque couleur évoque à Régis Lejonc.

« Ce que je sais, c'est que si le monde était sans couleurs, il ne serait pas noir et blanc, comme dans les vieux films. Si le monde était sans couleurs, il serait bêtement invisible à nos yeux. »

J'espère que chacun, grâce à ce nuancier, découvrira quelle est sa couleur préférée, du blanc Melville (hé oui, sa baleine) au  bleu, Blues, en passant par le rouge, petit chaperon. Un régal ....

Annie Falzini

24 octobre 2009

Inuk par Martine Bourre

inuk est amoureux.jpgInuk est amoureux

Carl Norac, illustrations Martine Bourre

Pastel, 12,50 €

Inuk est amoureux : dans le froid de la banquise, il le dit à tous, bêtes et gens. Mais ses amis s'esclaffent, ils trouvent que Lucy, son amoureuse, est une fille affreuse. Ils l'appellent « Bec de lièvre ». Pourtant, avec ces lèvres-là, les mots qu'elle envoie dans l'air sont les plus doux du monde. Inuk est heureux de cet amour, mais Lucy est triste, très triste. Alors Inuk a une idée. Dans des pierres à savon, il sculpte son amoureuse. Il y met tant de passion que les gens son troublés et leur regard sur Lucy change. Les sculptures révèlent sa beauté, ses bras volants, son sourire, son regard. Plus personne ne se moque. Inuk et Lucy peuvent s'aimer, se réchauffer, avoir des enfants, beaucoup d'enfants.

Cet album est un bel hommage à Johnny Inukpuk, sculpteur Inuit qui sculpta des femmes à la bouche en bec de lièvre, des femmes, qui, comme dans cet album, sont un hommage à la beauté féminine, pas celle que l'on voit au premier regard, mais celle plus profonde que l'on découvre peu à peu. Les personnages ont une vie extraordinaire et l'on perçoit le bonheur d'Inuk, les moqueries, la tendresse à travers les aquarelles de Martine Bourre qui accompagnent merveilleusement le texte.

Annie Falzini

22 octobre 2009

L'origine du feu

rouge gorge.jpgRouge gorge ou comment le feu vint au monde

Pierre Delye, illustrations Martine Bourre

Didier jeunesse, 11,90 €

 

 

« Ca c'est passé au début du monde.

Au commencement, il y avait des animaux.

Des animaux qui étaient moches...

Moches et surtout mal fichus !

Sans plumes ni ailes, sans fourrure ni pelage

sans crocs ni griffes, incapables de courir vite,

de sauter haut, de bien nager ou de grimper

aux arbres rapidement....ils sont nuls ! »

Vous avez, je pense, deviné qui sont ces animaux nuls !...

Heureusement, un petit oiseau qui les observe a pitié d'eux. Il va trouver le soleil et lui raconte le malheur des animaux moches et mal fichus. Alors le soleil a une idée...

Et c'est depuis ce jour que les humains possèdent le feu et que cet oiseau s'appelle Rouge-Gorge, car c'est lui le courageux.

Un conte magnifiquement soutenu par les illustrations lumineuses de Martine Bourre, qui a pour cet album, à nouveau utilisé, avec tout le talent qu'on lui connaît, les collages.

Annie Falzini