Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2017

Prix Vendredi: Anne-Laure Bondoux

 

L’aube sera grandiose (Gallimard Jeunesse) remporte la première édition du "Goncourt de la littérature jeunesse"tandis que Naissance des cœurs de pierre, d’Antoine Dole ((Actes Sud Junior) et Colorado Train, de Thibault Vermot (Sarbacane) reçoivent des mentions.  
 

L’aube sera grandiose, d’Anne-Laure Bondoux (Gallimard Jeunesse) remporte donc, la première édition du prix Vendredi, organisé par le groupe Jeunesse du Syndicat national de l’édition, en partenariat avec la Fondation d’Entreprise La Poste.

Nommé en hommage à Vendredi ou la vie sauvage, de Michel Tournier, avec pour objectif de "mettre en valeur la richesse et la créativité de la littérature pour la jeunesse française contemporaine pour les adolescents", le prix Vendredi, surnommé le "Goncourt de la jeunesse" a été dévoilé le 9 octobre à 13 h 15 à la Maison sauvage à Paris.

Parallèlement, le jury a attribué deux mentions  à Naissance des cœurs de pierre, un roman dystopique d’Antoine Dole (qui est aussi connu sous le nom de Mr Tan) dans lequel les enfants se voient annihiler leurs émotions pour respecter l’équilibre de la société  (Actes Sud Junior) et à Colorado Train, premier roman de Thibault Vermot situé dans l’Amérique d’après-guerre qui retrace l’enquête de quatre adolescents sur la disparition d’un enfant retrouvé à moitié dévoré (Sarbacane).  

La sélection comprenait aussi : La loi du phajaan, de Jean-François Chabas (Didier Jeunesse) ; Rage, d’Oriane Charpentier (Gallimard Jeunesse) ; Magnetic Island, de Fabrice Colin (Albin Michel Jeunesse) ; Power club. Vol. 1 : L’apprentissage, d’Alain Gagnol (Syros) ; Dans la forêt d’Hokkaido, d’Eric Pessan (L’Ecole des loisirs) ; Star trip, d’Eric Senabre (Didier Jeunesse) et Sirius, de Stéphane Servant (Le Rouergue).
 
 DSC01182.JPG

L'aube sera grandiose - Anne-Laure Bondoux - Gallimard jeunesse - 14,90€

Un lac, une cabane au milieu de nulle part. C'est l'endroit où Titania a emmené Nine, sa fille, qui, révoltée à l'impression d'être enlevée, la fête du lycée ne sera pas pour elle. Pourquoi Titania n'a rien voulu entendre de ses protestations, pourquoi lui parle t'elle de personnes dont elle n'a jamais entendu parlé ? Elles sont là, loin de tout, et nous comprenons que cette maison est un refuge plein de souvenirs. Des souvenirs, une histoire, son histoire que Titania , tout au long de la nuit raconte . Le mystère est épais, même son prénom n'est pas le vrai.

Au fil du récit,  se dévoile peu à peu une famille au liens indestructibles,  mais je ne vous en dirais pas plus car ce secret si bien gardé c'est Titania qui vous le révélera au fil de votre lecture.

 Comme dans ses précédents romans Anne-Laure sait nous emporter, nous faire oublier le monde autour de nous. Un grand roman que l'on ne peut lâcher.

 

Nous avons eut le plaisir, un soir,  de recevoir Anne-Laure à la librairie

Voici, une vidéo d'Anne-Laure lisant et expliquant un extrait de son livre

Le Temps des miracles

Regardez et vous comprendrez pourquoi nous étions passionnés


Et bien sûr vous trouverez les livres d'Anne-Laure Bondoux  à la librairie

ou vous pouvez  les commander sur le site

www.loiseaulire.fr

23 avril 2016

Le nouveau CITROUILLE est arrivé

citrouille 1 (1).JPG

Notre revue Citrouille vous attend à la librairie

Vous y trouverez les coups de cœur des  50 libraires

et celui de l'Oiseau lire

kodja.JPG  

Kodhja  

Thomas Scotto - illustrations Régis Lejonc

Editions Thierry Magnier - 20.50€

 

Un jeune garçon pénètre dans la cité de Kodhja, pour rencontrer le roi, le seul à pouvoir lui redonner ce qu'il a oublié, ce qui l'a construit. Il est accueilli par un murmure de protestation et par un jeune garçon malicieux. Nous mettons nos pas dans les leurs pour un dédale cauchemardesque de pièges, de dangers , l'enfant affronte ses peurs, ses angoisses, ses émotions, ses souvenirs : des silhouettes familières tel que Prévert, Tintin, Alice, King Kong... , périple entrecoupé d'un labyrinthe, «  d'une fontaine majestueuse » , d'un jardin fantastique, d'une forêt improbable, mais aussi un sous-terrain nauséabond peuplé de créatures hideuses, les colères du roi, ce roi que tout le monde veut rencontrer. Mais quand, enfin, arrive le moment tant attendu de rencontrer le roi, après toutes ces épreuves, il veut seulement continuer «  sereinement » sa route .

Kodhja, un voyage initiatique magnifique, grâce aux mots de Thomas Scotto et aux sublimes illustrations de Régis Lejonc, des couleurs chaudes, douces, album, bande dessinée, un peu des 2, un grand album où textes et illustrations se répondent , pour nous émouvoir, raviver nos souvenirs,

Kodhja, un album fort et puissant qui nous accompagnera, vous accompagnera longtemps

Et, ce que vous ne trouverez pas dans Citrouille : l'entretien de l'Oiseau lire avec Régis Lejonc et Thomas Scotto

 

Texte et illustrations sont tellement indissociables dans votre album que l'on se demande forcément comment vous avez travaillé… Qui a eu l'idée, comment l'album s'est-il construit?

Thomas ScottoUn jour Régis m’a demandé un texte… Je lui ai proposé celui-ci. Parce que, si tout ce que j’écris ne verra pas le jour, il y a des histoires auxquelles je crois viscéralement. Et je suis tenace. Que ce soit pour des textes épuisés, non réimprimés ou tout simplement refusés… Ce texte-là, je l’ai imaginé il y a vraiment longtemps. Un texte d’album que je voulais plus long que mes habituels. Peut-être un peu moins elliptique aussi, plus narratif. Un conte. Il a été refusé  à l’époque par les éditions Thierry Magnier, et je ne l’ai pas proposé ailleurs. Alors il est devenu une pièce de théâtre. Déjà une adaptation du texte original, donc, et bien davantage d’ailleurs que celle d’aujourd’hui, faite avec Régis et Angèle Cambournac, l'éditrice - Angèle et les éditions Thierry Magnier que je remercie entièrement d’avoir enfin permis que vive Kodhja !

Régis Lejonc: Entre le moment où Thomas m'a proposé le projet et celui où j'ai terminé ma partie du travail se sont passées trois à quatre bonnes années. Tout ce temps a permis d'y penser, d'intégrer cette histoire en moi malgré les autres projets. Un temps de maturation et d'appropriation qui a donné ce lien indissociable. Pour le travail en lui-même, j'ai fait d'emblée un découpage en BD alors que le projet était celui d’un album classique pour Thomas, comme pour les éditions Thierry Magnier. Ce découpage en séquences s'est imposé à moi par le texte qui comporte de nombreux dialogues, et sa notion de déambulation, de cheminement que la narration BD permet de porter plus naturellement que l'illustration. Du coup tout ça s'est fait de manière très naturelle pour moi. J'ai pu proposer des suggestions narratives de poids à Thomas, comme l'enfant masqué, les références à des personnages de nos enfances respectives, ou les trois personnages qui attendent de rencontrer le roi. La confiance et l'amitié que me témoigne Thomas m'ont permis ces appropriations. Elles ont fait sens pour Thomas, ce qui m'a encouragé pour la suite.

Thomas Scotto: Dans ce Kodhja devenu BD, l’échange avec Régis a été tellement précis, serein et confiant que je n’ai aucune impression d’immenses changements. Evidemment, les mots en trop ont disparus mais c’est le fait même du texte d’album. Des dialogues croisés qui ne passaient pas en BD ont été réorganisés. Mais tout est là. On devrait toujours créer de cette façon! J’ai une vraie admiration pour «l’image». Et pour ce texte mystérieux, dès le début, bien sûr, il fallait de l’image. Le talent "multi-facettes" de Régis est la marque de sa générosité naturelle. Dans chaque planche, il a raconté mon Kodhja, et le sien et le nôtre, en laissant à chaque lecteur tout son champ de possibles. Je crois qu’il va nous falloir d’autres projets ensemble. Indispensable ! 

  Ce choix d'un grand album à la fois bande dessinée et texte illustré fut-il aussi facilement accepté par l'éditeur que par Thomas?

Régis Lejonc: Le choix de la narration, entre BD et illustration, n'a pas été un problème pour Angèle Cambournac, même si la BD ne fait du tout partie de la culture de cette maison d'édition. Ce choix narratif a tout de suite été accepté et nous avons été accompagnés dans ce projet. Une juste distance s'est posée entre Thomas, l'éditrice et moi. Une distance sans ingérence mais faite de retours constructifs et justes. Et puis quand j'ai avancé plus amplement sur le découpage du texte et le placement de celui-ci dans les case et pages, Thomas est venu passé une journée à l'atelier pour ré-écrire les passages qui comportaient des nœuds de lecture, le texte n’étant pas un scénario. J'ai fait une sorte d'adaptation de son texte sous forme de BD, et lui est venu replacer son écriture et sa sensibilité une fois les images réalisées.

L’album fourmille de  références aux livres, à notre culture - je n’ai pas tout trouvé! Vous êtes vous entendus immédiatement sur leur choix… ou bien Régis a-t-il joué en franc-tireur?


Régis Lejonc: Les clins d'œil et les références sont une manière de créer un lien avec le lecteur. Mon enfance correspond à la fin des année 70 et au début des années 80. Ce qui a bercé mon enfance est de cette époque. Thomas a 10 ans de moins que moi mais on partage des choses de cette époque là. Thomas m'a fait passer des idées, des personnages ou des célébrités qui lui sont chers, et moi j'ai fait la même chose. Tout ce qu'on trouve dans le livre vient de l'un ou de l'autre. Et tout ne cherche pas à être perceptible et intelligible. Tout n'est pas à trouver…

02 mars 2016

Le printemps des poètes

Le printemps des poètes

A la médiathèque d'Evreux

le samedi 12 mars

Carte blanche à

Bruno_Doucey_3©Murielle Szac-Ed.B.Doucey - copie.jpg

 Bruno Doucey ©Murielle Szac-Ed.B.Doucey

Bruno Doucey

auteur, éditeur,Bruno Doucey propose au cours de cette journée

des ateliers, des lectures et une rencontre

« Si la poésie ne vous aide pas à vivre faites autre chose.
Je la tiens pour essentielle à l’homme,
autant que les battements de son cœur. »

Bruno Doucey

 

Ses interventions s'articulent autour de la collection Poés'idéal

DSC01656.JPG

Seront aussi présents

Jin Eun-young poétesse coréenne

Jin Eun-young3 © Lim Mi-hye..jpg

 Jin Eun-young ©Lim Mi-hye

pour Des flocons de neige rouge 15.00€

Couv.Des flocons de neige rouge_300dpi.jpg

et

Garous Abdolmalekian, poète iranien

201402_garous_web-6.jpg

Garous Abdolmalekian ©Setka Films 

pour Nos poings sur la table 14.50€

Couv-Abdolmalekian-72-dpi.jpg

 Et, bien sûr, nous serons présents avec les livres des poètes invités,

livres que vous pouvez retrouver à  librairie et sur notre site

www.loiseaulire.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19 février 2016

Kochka. La rencontrer, l'écouter...

Mercredi 24 février

Kochka

DSC00018 copie.jpg

à la librairie

Pour une rencontre-dédicaces de 14h30 à 16 heures

et à 17 heures

venez l'écouter lire un conte inédit:

Princesse Samia ou le rêve d'une petite souris

et ensuite, toujours avec Kochka

écouter et écrire des poèmes

-réservation indispensable-

DSC01404.JPG

Et toute la semaine Kochka rencontrera ses lecteurs dans le cadre des Dévoreurs de livres

Vous pouvez vous procurer ces livres à la librairie ou sur notre site

www.loiseaulire.fr 

 

09 octobre 2015

Yasuké

DSC01396.JPG

Yasuké - Frédéric Marais - Editions Les Fourmis rouges -16.50€

DSC01397.JPG

DSC01398.JPG

DSC01399.JPG

DSC01400.JPG

Frédéric Marais nous conte l'histoire vraie de Yasuké, un enfant noir né au pied du Kilimandjaro, un enfant sans nom, isolé, vivant avec les animaux, marqué comme eux. Un jour il part à la recherche d'un nom. Il marche, rencontre la mer, un bateau sur lequel il travaille, navigue des années, mais il n'a toujours pas de nom. Et puis un jour le bateau arrive dans un pays inconnu. L’équipage débarque et tous sont emmenés auprès du puissant et redouté seigneur Oda Nabunaga qui n'a jamais vu d'homme noir. Il est impressionné par les qualités physiques du garçon et le prend sous sa protection. Il le confie à un maître d'armes. Cet homme sans nom devient un combattant redouté fidèle au seigneur qui le nommera samouraï.il prendra alors comme nom Yasuké. C'est ainsi qu'un esclave venu d'Afrique devint samouraï, le seul samouraï noir.

Ocre, noir, bleu, éclairé de blanc donnent force à cet album, avec quelques clins d’œil à Hokusaï. Magnifique.

 

Annie

03 juillet 2015

le prix Janusz Korczak, enfin les résultats

Le gagnant

Au niveau national

est

 

Adam et Thomas

de 

Aharon Appenfeld

Traduction de Valérie Zénatti

Edition de l'Ecole des loisirs

 

adam et thomas.jpg

 

Et, en Normandie

C'est

fil-de-soie.jpg

 

Le fil de soie

De Cécile Roumiguière

Illustrations de

Delphine Jacquot

Editions Thierry Magnier

DSC01257.JPG

 

DSC01251.JPG

Delphine et Cécile étaient présente pour la remise du Prix

Une extraordinaire journée grâce aux enfants et à leurs enseignants  

Merci à tous

Retrouvez ces livres sur notre site

www.loiseaulire.fr

 

30 mars 2015

Avril. Venez nous retrouver à la médiathèque

 

A la Médiathèque d'Evreux

Mercredi 8 avril

à partir de 18 heures

Sylvie Deshors 

DSC01029.JPG

Deux de ses romans sont dans la sélection des Dévoreurs de livres

L'école du Tonnerre 10.80€

Illustrations Malik Deshors

Editions Rue du monde

pour les CM

et

Fugueuses  9,20€

Editions du Rouergue

pour les 4èmes

Mais elle est aussi l'auteur de Polars, de premiers romans

Bibliographie sur notre site

www;loiseaulire.fr

ET

 

SAMEDI 11 AVRIL

à 10h30

Pénélope Jossen 

DSC01039.JPG

La Grosse bête 8.20€

Editions de l'Ecole des Loisirs, 8.20€

est dans la sélection des Croqueurs de livres

Venez les rencontrer

dans le cadre d'un cycle littéraire consacré aux auteurs de littérature jeunesse proposé par la médiathèque.

 

 

22 mars 2015

Claude K. Dubois...Le prix Janusz Korczak

 

Des rencontres magiques...

 

DSC01009.JPG

Claude K;Dubois a rencontré trois classes de La Madeleine

La Madeleine, quartier "sensible"

Pour nous ce jour là, un quartier, des écoles, où il se passe des choses extraordinaires

A l'école Joliot Curie

les enfants avaient illustré au fusain et mis en voix l'histoire d'Akim

DSC00975.JPG

 

Une question qui est revenue dans chaque classe:

Dans quelle guerre vit Akim ont demandé les enfants :

J'ai voulu parlé des enfants qui vivent quand c'est la guerre dans leur pays, ou la guerre autour d'eux, mais c'était un peu compliqué à faire parce que il y a déjà des livres sur la guerre et j'avais envie de prendre ce livre d'une façon un peu particulière, de donner l'impression que l'on était cet enfant là, sans raconter beaucoup de choses mais avec beaucoup d’images. J'avais envie de donner les impressions que peut avoir cet enfant, un petit enfant qui se retrouve seul, il a perdu sa famille, plus rien n'existe, tout est détruit. J'avais envie de raconter cette histoire là. Et puis tout à coup, un petit déclic dans ma tête et j'ai enfin pu réaliser cet album qui est un livre important pour moi car il y a dedans tout l'amour que j'ai pour les enfants, et tout l'amour que j'ai pour les gens, pour les personnes qui vivent dans la peur, les personnes qui souffrent, et particulièrement les enfants car ils ne sont pas responsables du monde des adultes. Akim ne comprend pas ce qu'il lui arrive, c'est un enfant, il s'amuse, il joue, il a ses amis et tout d'un coup il se retrouve pris dans quelque chose d'incompréhensible pour lui. Et moi, ça me fait mal au cœur, alors j'avais envie d'en parler

Une question toute simple, une réponse qui a touché les enfants impliqués dans le Prix  Janusz Korczak, un prix,pour un jury d’enfants en hommage au défenseur de leur droit au respect et à la protection .


 

Les enfants de la classe de CM2 de Mr Le Garrec de l'école Michelet avaient un extraordinaire cadeau pour Claude. Une déambulation poétique...Soudain, ils se sont levés, ils ont pris la parole, et dit, des poèmes. C'était magique, on assistait à un ballet poétique, ils se mouvaient, prenaient la parole comme des professionnels.

 


Et l'après-midi

A la bibliothèque de quartier

les questions étaient "très préparées" car enregistrées pour une émission que vous pourrez écouter bientôt sur Principe Actif

il faut vous dire que le matin aussi nous aurions du être à la bibliothèque mais les dangers de l’éclipse

ont confinés les enfants dans leur classe

DSC01014.JPG

Et samedi elle était à la librairie

livres,écoles,rencontres,dédicaces

 

16 mars 2015

Une journée avec Anne-Laure Bondoux

Vendredi 13 mars

Anne-Laure Bondoux

à rencontré ses jeunes lecteurs

dans le cadre du Prix des dévoreurs

Les médiathèques du Neubourg et de Brionne 

accueillaient les élèves des collèges Pierre Corneille et Pierre Brossolette

DSC00951.JPG

DSC00953.JPG

 

 Et le soir

Anne-Laure était  à la librairie

pour une rencontre passionnante

Elle a captivé ses lecteurs jeunes et  adultes

DSC00961.JPG

 

Une vidéo d'Anne-Laure lisant et expliquant un extrait de son livre

Le Temps des miracles

Regardez et vous comprendrez pourquoi nous étions passionnés

 

Vous pouvez retrouver les romans d'Anne-Laure à la librairie.

Pour en savoir plus

Notre site

 

17 février 2015

Lettre à Marion

 

Marion a reçu un

extraordinaire cadeau

Une lettre

et quelle lettre

 

marion brunet,evreux,dévoreurs de livres,prix littéraire