Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2012

Qui a tué michka ?

Qui a tué michka.jpgQui a tué Michka ?
Irène COHEN-JANCA
Rouergue, 6.60 €

Nora vient d’emménager dans une nouvelle maison. Normalement ce devrait être la maison du bonheur. Elle a sa chambre, un grenier pour stocker les souvenirs, mais... Mais le bonheur c’était avant, avant que sa maman ne l’aime plus, avant qu’elle ait oublié les mots doux  et ne l’appelle plus que sèchement « Nora », et quand elle pouvait se confier à Michka. Michka, égaré dans le déménagement et possesseur de tous ses secrets. Aussi, Nora va mal. En classe c’est la dégringolade, plus rien ne l’intéresse, elle est malheureuse.

Alors, comme le Michka de l’histoire de Marie COLMONT, levant bien haut les jambes, elle décide de quitter la maison.

Un beau texte, émouvant, le mal être de cette petite Nora est crédible ainsi que la réaction de la maman dont on ne comprend qu’à la fin le pourquoi de son attitude.

Annie

31 janvier 2012

Padouk s'en va

Padouk s'en va.jpgPadouk d’en va
Thomas Lavachery
L’Ecole des Loisirs, 12 €

Padouk est très malade. Ses amis ne veulent pas le laisser « partir », et pourtant calmement Padouk les quitte. On l’enterre dans un bel endroit, on le pleure, et puis la vie continue jusqu’à ce que la sœur de Jojo s’aperçoive avec horreur qu’elle ne se souvient plus du visage de Padouk. Tous essaient de se souvenir, en vain. Heureusement Jojo a une idée. Il prend une boule de terre argileuse et, aider des souvenirs de chacun, peu à peu, fait apparaître le visage de Padouk.

Un album sur le deuil, tout simple, plein de vie et efficace.

Annie

28 janvier 2012

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre.jpgCe qu’ils n’ont pas pu nous prendre
Ruta SEPETYS
Gallimard Jeunesse, 14 €


Une nuit de juin 1941, l’horreur frappe à la porte de Lina et de sa famille.

« Vingt minutes, répond-il en aboyant.
Sur ce il jette son mégot de cigarette encore allumé sur le parquet propre de notre salon et l’écrase d’un coup de talon.
Nous étions sur le point de devenir des mégots de cigarettes. »

Ils prennent quelques affaires et sont entassés dans un camion, puis dans un wagon à bestiaux pour un long voyage vers la Sibérie. Non, ce ne sont pas des wagons vers les camps de la mort d’Allemagne, mais les conditions sont les mêmes. Heureusement, l’amour, l’entraide leur permet de survivre et d’arriver en Sibérie. L’on découvre à travers le récit de Lina, les conditions de vie inhumaines des déportés, que nous connaissions par Alexandre Soljenitsyne mais que peu de romans pour adolescents ont abordées jusqu’à présent.

Ce roman dense, passionnant, où l’humain l’emporte sur l’historique, nous fait découvrir la terreur, la maltraitance, la faim infligées à ces peuples, et le froid toujours présent. Mais l’on découvre aussi la solidarité, l’humour, la soif de liberté, la volonté de témoigner, de laisser une trace. Lina, marquée par les personnages de Munch, dessine ce qu’elle vit. Ruta Sepetys a été frappée par les récits des déportés et le peu de place dans l’histoire sur la déportation des peuples des pays baltes annexés par Staline.

Les personnages du roman sont inventés, mais les faits sont réels. Les cris, les chuchotements restent en nous longtemps après que nous ayons refermé ce livre. Un grand livre.

Annie

21 décembre 2011

Le Petit Théâtre de Rébecca

Le dernier né de Rébecca DAUTREMER

est un vrai bijoux !

Le Petit Théâtre de Rébecca.jpg

Pour le découvrir page après page, suivez ce lien :

Le Petit Théâtre de Rébecca

N'hésitez pas à venir le voir

à la librairie, il nous en reste !

27 septembre 2011

Les arbres pleurent

Wangari MAATHAI

première femme Prix Nobel de la Paix

est morte ce 25 septembre 2011

 

Wangari Maathai.jpgWangari MAATHAI, la femme qui plante des millions d’arbres

Franck PREVOT

illustrations d'Aurélia FRONTY

Rue du Monde, 17 €

Un bel album pour nous conter la vie de Wangari Maathai, qui vit son destin changé grâce à cette question posée par son frère : « Pourquoi Wangari n’irait pas à l’école ? », alors que la tradition voulait qu’une fille aide sa mère avant de se marier et d’avoir des enfants. Elle fit donc des études et partit même les poursuivre aux Etats-Unis.

Mais à son retour au Kenya, c’est le choc : après les colons britanniques, ce sont les kenyans qui détruisent leur propre forêt. La misère s’est installée, la végétation meurt, les animaux sauvages se font rares. Alors Wangari sait à quoi vont lui servir ses études : convaincre petits et grands que la forêt est un des plus précieux trésors de l’humanité.

En 1977, elle crée le Mouvement de la Ceinture Verte et, de village en village, elle parle au nom des arbres, des animaux, des enfants, les adultes de demain, et elle replante des arbres. Elle se bat contre ceux qui s’enrichissent de la déforestation, contre la dictature. On veut l’abattre, l’emprisonner, mais elle continue, elle crée un parti écologique pour tenter de faire chuter la dictature qui affame le peuple, le divise. Enfin en 2002, le président Daniel Arap Moi tombe et pour Mama miti, « la mère des arbres » comme on l’appelle affectueusement, c’est une nouvelle histoire qui commence.

En 2004, elle se voit décerner le Prix Nobel de la Paix.

Un album qui se lit d’une traite. Un texte simple, poétique, accompagné par les illustrations d’Aurélia Fronty. Un album à partager.

Un hymne à la nature et à la paix porté par ce portrait.

A la fin de l’album, un dossier permet d’en savoir un peu plus sur la « mère des arbres »

Annie 

16 septembre 2011

Chaque soir à 11 heures...

Chaque soir à 11 heures.jpgWilla vit tantôt chez son père, artiste, coureur de jupons, jeunes de préférence, tantôt chez sa mère qui s’occupe de l’élection des miss. Willa se trouve insignifiante, et pourtant le beau Iago pose les yeux sur elle, et c’est son premier grand amour. Willa partage son temps entre Iago et sa sœur Fran, sa meilleure amie ; Ils sont riches, vivent dans un palace à Paris, et la soirée d’anniversaire de Fran dans ce palace va bouleverser la vie de Willa. Elle rencontre Edern, bizarre, étrange, séduisant, qui après l’avoir entendu jouer du saxo lui propose de venir chez lui pour accompagner sa jeune sœur pianiste.

La famille d’Edern vit dans une vieille maison à Montmartre : Fausse-Malice, pleine de pièces mystérieuses, de couloirs sombres inquiétants. Mais Marni, la petite pianiste est tellement drôle et touchante que Willa, revient. Et puis, victime de deux tentatives de meurtres et conquise par Edern, Willa décide d’aller jusqu’au bout pour lever le voile sur tous les mystères qui entourent la famille. Et le roman, qui semblait n’être qu’une histoire d’amour, bascule dans une horrible histoire policière.

Un roman d’amour, un thriller, une histoire fantastique, Chaque soir à 11 heures, c’est tout cela. On commence le roman et on ne peut le lâcher…

 C’est un roman de Malika Ferdjoukh comme je les aime. Il y a des clins d’oeils, des références littéraires, cinématographiques, musicales et de l’humour. Tous les personnages sont attachants. Willa est touchante, déterminée, courageuse. Au fil des pages le personnage prend de l’épaisseur, navigue dans une réalité jamais édulcorée. Et c’est aussi l’univers du lycée, les tracas de l’adolescence, les premiers émois amoureux.

Annie

07 septembre 2011

Le premier défi de Mathieu Hidalf

Le premier défi de Matthieu Hidalf.jpgLe premier défi de Mathieu Hidalf

Christophe MAURI

Gallimard, 13 €

Aujourd'hui dans le paysage de la fantasy, rares sont les ouvrages qui peuvent se vanter de renouveler le genre : Christophe Mauri, auteur français, y réussit. En effet, son personnage Mathieu Hidalf est un phénomène qui se rapproche plus d'un Artemis Fowl que d'un héros légendaire de Tolkien.

 Mathieu Hidalf, jeune enfant de 10 ans, a un gros souci. Il est né le même jour que le grand busier (le roi du royaume), son anniversaire est donc dans l'ombre de celui du souverain. Pour le rappeler au peuple, il fait chaque année une farce mémorable et souvent désastreuse pour son père, conseiller ambitieux de sa majesté. Sa dernière farce le jour de ses 8 ans lui a valu 2 ans d'enfermement. Cette année, pour sa sortie, il a échafaudé un plan machiavélique pour fêter son anniversaire en beauté. Le royaume est en émoi, chacun cherche à savoir ce qu'il prépare, et les paris battent leur plein. Malheureusement pour Mathieu, les frères Estaffes, les pires ennemis du royaume, ont violé la trêve magique, et ont décidé d'attaquer le roi et son Élite, corps d'armée célèbre pour ses héros et rêve de tous les enfants, dont Mathieu Hidalf.

 Foi de Mathieu ça ne se passera pas comme ca ! Sa plus grosse farce doit se produire et il ne laissera personne lui voler la vedette. Le voilà embarqué avec son fidèle chien à quatre têtes, dans une quête pour sauver le royaume et le roi, au péril de sa vie, et pour nous divertir.

 Ce premier volume d'une nouvelle série est un régal, le livre est original et inventif. Mathieu Hidalf représente tous ces enfants capables du pire comme du meilleur, jamais ni tout blanc ni tout noir. C'est drôle et fin, un vrai plaisir de lecture.

Vivement les 11 ans de Mathieu !

Gwen

 

 

06 septembre 2011

Petit deviendra grand

Petit Jacques deviendra Prévert.jpgPetit Jacques deviendra Prévert

Texte de Carole AUROUET, illustration de Bruno HEITZ

Rue du Monde, 9,50 €

Un petit livre bien sympathique pour nous conter l’enfance de Jacques Prévert. Le texte, parsemé de mots, de phrases de Jacques Prévert, comme ça, sans avoir l’air de rien, nous montre combien son enfance l’a nourrit, a nourrit sa révolte, son anticléricalisme et a fait le poète engagé et le scénariste que nous connaissons.

Un ouvrage indispensable pour accompagner la découverte de Prévert.

 A la fin un petit carnet de documents, avec des photos,  et 2 poèmes.

 Dans cette collection, il y a aussi Petit Charlie deviendra Charlot et Petit Pablo deviendra Picasso. Tous les trois sur le même principe, l’auteur raconte l’enfance de ces grands hommes. On comprend comment, pourquoi ils sont devenus ce cinéaste ou ce peintre, et cela donne envie d’en savoir plus, du moins je l’espère.

Les textes sont illustrés et j’ai particulièrement apprécié les illustrations de Pef pour Charlot. Illustrations en noir et blanc, avec juste quelques touches de couleurs pour recréer avec talent l’univers de Charlie Chaplin.

Petit Charlie deviendra Charlot.jpg

Petit pablo deviendra picasso.jpg


 

27 août 2011

Parole de grenouille !...

Dans les yeux d'Angel.jpgDans les yeux d'Angel
Cécile ROUMIGUIERE
Flammarion, 6 €

Caroline et Camille les « super-copines », deux fillettes dans une classe, deux amies sans souci. Débarque Angel, le gitan, que la maitresse installe à côté de Camille. Impossible de protester, mais pas question de lui parler, pas question de jouer avec lui à la récré. Et pourtant tout va changer à cause, ou plutôt grâce à une grenouille écoutant la leçon de sciences.
Peu à peu Camille va découvrir le monde d’Angel, la grand-mère, et Leslie, cette petite fille qui parait-il ne parle pas. Camille va apprendre à apprécier Angel, l’aimer, accepter sa susceptibilité lorsqu’elle évoque les idées toutes faites sur les gitans. Elle va, grâce à cette rencontre, se découvrir. Petite écolière sans souci, ce premier amour lui ouvre les yeux sur un monde qui va la changer, l’enrichir.
Un joli roman à l’écriture fluide, sans mièvrerie, qui rend la lecture agréable et peu amener les jeunes lecteurs à remettre en cause les préjugés sur les gitans.

Annie

12 août 2011

Bienvenue sous Paris...

Sublutetia.jpgSublutetia 1 : La Révolte de Hutan

Eric SENABRE

Didier Jeunesse, 14 €

Sortie le 19 octobre 2011

Nathan et Keren participent à une sortie scolaire à Paris et doivent regagner leur école en métro. Seulement, ils perdent le groupe et voient passer la rame qui ramène leurs camarades de classe. Pas d’autre choix alors que d’attendre la suivante. Mais celle-ci les emmènera bien plus loin qu’ils ne peuvent l’imaginer, à la découverte d’un monde souterrain et de ses habitants étranges. Ces enfants verront-ils le bout du tunnel ?

Ce roman nous entraîne avec force dans un monde inconnu et pourtant si célèbre : le métro parisien et son histoire. On plonge très loin avec ces deux enfants, on frissonne entre deux rames devant les dangers de cette nouvelle terre et on est excité à l’idée d’en savoir plus.

Sublutetia est un premier roman : pour son auteur, Eric SENABRE, qui nous offre un récit haletant et qui propose une réflexion très intéressante sur la société actuelle et sur notre façon d’envisager le monde ; pour la maison d’Edition Didier Jeunesse, qui prend le pari d’ouvrir son catalogue à ce genre littéraire. La Révolte de Hutan est le premier tome d’une trilogie : vivement la suite !

Pauline et Gwen

Découvrez aussi le film de présentation de Sublutetia

réalisé par les Editions Didier Jeunesse !