Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 septembre 2011

Le premier défi de Mathieu Hidalf

Le premier défi de Matthieu Hidalf.jpgLe premier défi de Mathieu Hidalf

Christophe MAURI

Gallimard, 13 €

Aujourd'hui dans le paysage de la fantasy, rares sont les ouvrages qui peuvent se vanter de renouveler le genre : Christophe Mauri, auteur français, y réussit. En effet, son personnage Mathieu Hidalf est un phénomène qui se rapproche plus d'un Artemis Fowl que d'un héros légendaire de Tolkien.

 Mathieu Hidalf, jeune enfant de 10 ans, a un gros souci. Il est né le même jour que le grand busier (le roi du royaume), son anniversaire est donc dans l'ombre de celui du souverain. Pour le rappeler au peuple, il fait chaque année une farce mémorable et souvent désastreuse pour son père, conseiller ambitieux de sa majesté. Sa dernière farce le jour de ses 8 ans lui a valu 2 ans d'enfermement. Cette année, pour sa sortie, il a échafaudé un plan machiavélique pour fêter son anniversaire en beauté. Le royaume est en émoi, chacun cherche à savoir ce qu'il prépare, et les paris battent leur plein. Malheureusement pour Mathieu, les frères Estaffes, les pires ennemis du royaume, ont violé la trêve magique, et ont décidé d'attaquer le roi et son Élite, corps d'armée célèbre pour ses héros et rêve de tous les enfants, dont Mathieu Hidalf.

 Foi de Mathieu ça ne se passera pas comme ca ! Sa plus grosse farce doit se produire et il ne laissera personne lui voler la vedette. Le voilà embarqué avec son fidèle chien à quatre têtes, dans une quête pour sauver le royaume et le roi, au péril de sa vie, et pour nous divertir.

 Ce premier volume d'une nouvelle série est un régal, le livre est original et inventif. Mathieu Hidalf représente tous ces enfants capables du pire comme du meilleur, jamais ni tout blanc ni tout noir. C'est drôle et fin, un vrai plaisir de lecture.

Vivement les 11 ans de Mathieu !

Gwen

 

 

06 septembre 2011

Petit deviendra grand

Petit Jacques deviendra Prévert.jpgPetit Jacques deviendra Prévert

Texte de Carole AUROUET, illustration de Bruno HEITZ

Rue du Monde, 9,50 €

Un petit livre bien sympathique pour nous conter l’enfance de Jacques Prévert. Le texte, parsemé de mots, de phrases de Jacques Prévert, comme ça, sans avoir l’air de rien, nous montre combien son enfance l’a nourrit, a nourrit sa révolte, son anticléricalisme et a fait le poète engagé et le scénariste que nous connaissons.

Un ouvrage indispensable pour accompagner la découverte de Prévert.

 A la fin un petit carnet de documents, avec des photos,  et 2 poèmes.

 Dans cette collection, il y a aussi Petit Charlie deviendra Charlot et Petit Pablo deviendra Picasso. Tous les trois sur le même principe, l’auteur raconte l’enfance de ces grands hommes. On comprend comment, pourquoi ils sont devenus ce cinéaste ou ce peintre, et cela donne envie d’en savoir plus, du moins je l’espère.

Les textes sont illustrés et j’ai particulièrement apprécié les illustrations de Pef pour Charlot. Illustrations en noir et blanc, avec juste quelques touches de couleurs pour recréer avec talent l’univers de Charlie Chaplin.

Petit Charlie deviendra Charlot.jpg

Petit pablo deviendra picasso.jpg


 

27 août 2011

Parole de grenouille !...

Dans les yeux d'Angel.jpgDans les yeux d'Angel
Cécile ROUMIGUIERE
Flammarion, 6 €

Caroline et Camille les « super-copines », deux fillettes dans une classe, deux amies sans souci. Débarque Angel, le gitan, que la maitresse installe à côté de Camille. Impossible de protester, mais pas question de lui parler, pas question de jouer avec lui à la récré. Et pourtant tout va changer à cause, ou plutôt grâce à une grenouille écoutant la leçon de sciences.
Peu à peu Camille va découvrir le monde d’Angel, la grand-mère, et Leslie, cette petite fille qui parait-il ne parle pas. Camille va apprendre à apprécier Angel, l’aimer, accepter sa susceptibilité lorsqu’elle évoque les idées toutes faites sur les gitans. Elle va, grâce à cette rencontre, se découvrir. Petite écolière sans souci, ce premier amour lui ouvre les yeux sur un monde qui va la changer, l’enrichir.
Un joli roman à l’écriture fluide, sans mièvrerie, qui rend la lecture agréable et peu amener les jeunes lecteurs à remettre en cause les préjugés sur les gitans.

Annie

12 août 2011

Bienvenue sous Paris...

Sublutetia.jpgSublutetia 1 : La Révolte de Hutan

Eric SENABRE

Didier Jeunesse, 14 €

Sortie le 19 octobre 2011

Nathan et Keren participent à une sortie scolaire à Paris et doivent regagner leur école en métro. Seulement, ils perdent le groupe et voient passer la rame qui ramène leurs camarades de classe. Pas d’autre choix alors que d’attendre la suivante. Mais celle-ci les emmènera bien plus loin qu’ils ne peuvent l’imaginer, à la découverte d’un monde souterrain et de ses habitants étranges. Ces enfants verront-ils le bout du tunnel ?

Ce roman nous entraîne avec force dans un monde inconnu et pourtant si célèbre : le métro parisien et son histoire. On plonge très loin avec ces deux enfants, on frissonne entre deux rames devant les dangers de cette nouvelle terre et on est excité à l’idée d’en savoir plus.

Sublutetia est un premier roman : pour son auteur, Eric SENABRE, qui nous offre un récit haletant et qui propose une réflexion très intéressante sur la société actuelle et sur notre façon d’envisager le monde ; pour la maison d’Edition Didier Jeunesse, qui prend le pari d’ouvrir son catalogue à ce genre littéraire. La Révolte de Hutan est le premier tome d’une trilogie : vivement la suite !

Pauline et Gwen

Découvrez aussi le film de présentation de Sublutetia

réalisé par les Editions Didier Jeunesse !




05 mai 2011

Un Cargo pour Berlin

Un cargo pour Berlin.jpgUn cargo pour Berlin

Fred Paranuzzi

Thierry Magnier

8 €€

De courts chapitres où alternent les souvenirs de Nour, « Lumière » en arabe, et ce qu’elle vit. Des souvenirs heureux. Une famille aimante. Nour, une adolescente douée pour les études, si douée qu’elle rentrera au service de son enseignante afin de continuer ses études. Non, elle ne sera pas traiter comme une esclave mais elle rencontrera le bel Idriss, neveu de sa bienfaitrice, et succombera à son charme. Son père arrangera un mariage, pour sauver la famille du déshonneur. Alors, Nour fuira avec Tariq, son copain de toujours. Pour le voyage jusqu’en Europe, elle deviendra Youness, habillée en garçon. Et la galère commencera : la faim, les trafics d’argent, la violence, mais aussi, heureusement, l’entraide.

Un roman qui dit les conditions de vie de tous ceux qui fuient leur pays, et la difficulté d’être fille au Maghreb.

Annie

03 mai 2011

Bienvenue au 33, Georgiana Street

La fourmilière.jpgLa fourmilère
Jenny VALENTINE
L'Ecole des Loisirs, coll. Médium
11€

Sam a 17 ans. Il vient de s’enfuir en emportant le strict minimum direction Londres, la Grande Ville dans laquelle il espère pouvoir disparaître et oublier sa vie d'avant.

Il atterrit dans un quartier malfamé de la Capitale, dans une maison divisée en appartements, au 33 Geogiana Street. Là vivent des locataires hauts en couleurs ; parmi eux, Cherry et sa fille Bohemia.

Bohemia est une petite fille vive et intelligente. Très vite, elle a dû apprendre à se débrouiller seule et à 10 ans, elle est déjà autonome. Cherry, qui l’a eu à 17 ans, a beaucoup de mal à assumer son rôle de mère, d’autant qu’elle souffre de problèmes d’alcool et de drogue.

Dans cette maison, Bohemia et Sam se croise : c’est ainsi que la fillette en mal de repères choisit pour confident le garçon qui refuse de se lier.

Avec La Fourmilière, Jenny VALENTINE offre au lecteur un très beau roman à deux voix, dans lequel on suit alternativement les histoires de Sam et de Bohemia. Par petites touches, elle dévoile leurs vies, et surtout les lie progressivement l’une à l’autre. Sam le garçon solitaire se laisse peu à peu apprivoiser par la petite fille, et plus largement par tous les habitants de la maison. Lui qui cherchait à rompre avec le monde trouve finalement une seconde famille, qui l’aidera à se reconstruire. 

Si Bohemia représente indéniablement la pureté et l’innocence propres à l’enfance, on ne tombe cependant jamais dans un manichéisme facile. Les masques tournent, chaque personnage est multiple et c’est ce qui fait l’une des principales forces de ce roman. De même, il aborde des thèmes forts, tels que l’amitié, la famille, la responsabilité ou encore la culpabilité. Mais surtout, La Fourmilière retrace l’histoire d’une Rencontre, dans le sens le plus puissant du terme : une Rencontre de celles qui peuvent changer tout.

Pauline

30 avril 2011

On n'est pas des oiseaux

On n'est pas des oiseaux.jpgOn n’est pas des oiseaux

Gisèle BIENNE

L'Ecole des Loisirs, coll. Médium

9.50 €

Je viens de terminer On n’est pas des oiseaux, je suis émue et j’ai beaucoup de mal à dire ce que j’ai ressenti à sa lecture.

Un couple qui se déchire. Camille et Mathieu, son petit frère, essaient d’oublier… Camille dans son jardin, Mathieu dans ses colères. Un jour, leur père disparait, et leur mère va mal, très mal, mais elle trouve l’énergie de punir Mathieu en l’enfermant dans la soue à cochons (sans cochons mais avec des lapins). Le lendemain matin, Camille est étonnée, il est tard, sa mère n’est pas levée, alors elle monte dans sa chambre...

 « Elle ne respire plus, elle n’est plus avec nous »

Et ces deux enfants livrés à eux-mêmes vont décider de garder leur maman, de lui faire un bel enterrement. Ils vont l’habiller, la parer, creuser pour la mettre dans le jardin de Camille. Je sais, cela semble horrible, complètement fou, et pourtant c’est très beau. Il ne faut pas oublier que ce sont deux enfants seuls, ils ne savent pas si leur père rentrera et ne veulent pas être séparés. Dans le jardin de Camille, leur mère semble rester  près d’eux.

« J’ai accompli quelque chose d’exceptionnel avec mon frère, je ne comprends pas très bien quoi. Nous sommes allés loin ailleurs pour elle. On ne pourra jamais y croire ; je ne pourrai jamais »

Leur père reviendra et tout rentrera dans l’ordre.

Des chansons de Barbara, la chanteuse préférée de leur mère, rythment le roman et apportent une note de poésie et de nostalgie au récit.

Vraiment très, très beau.

Annie

28 avril 2011

Au pas, au trop, au galop !

Au galop les mots !.jpg

Au galop, les mots ! Poèmes et comptines à dire à l'oreille d'un cheval

Martine BOURRE

Rue du monde

14.00€

Nous avions devinez la fascination de Martine Bourre pour les chevaux,  puisque, chaque fois que c’est possible, il y a un cheval dans une des ses illustrations. On retrouve donc dans ce recueil de poèmes et comptines ses dessins de chevaux, de grands chevaux, au trait, à la gouache, des sculptures de chevaux, des collages, enfin toutes les techniques qu’elle sait si bien utiliser et qui renouvellent l’illustration des chevaux pour les enfants.

Ce que l’on connaissait moins, même si déjà quelques albums le laissaient pressentir, c’était Martine Bourre, auteur. Et visiblement son « amour » des chevaux lui permet de nous faire découvrir une autre des ses facettes : le plaisir des mots. Des comptines, des poèmes qui jonglent avec les mots pour notre plus grand plaisir et je l’espère celui des enfants qui découvriront de nombreux termes liés au cheval, mais aussi les légendes : Pégase, le cheval de Troie, etc. Martine Bourre a pleinement réussit le pari de faire rêver les enfants, de les faire jouer avec les mots du monde équestre.

A la fin de l’album un lexique bien utile.

 Annie 


Appaloosa

 

Raconte-moi,

Appaloosa,

raconte-moi

encore une fois

le vent sur la grande prairie

et l’herbe verte à l’infini,

et la tribu des Nez-Percés

au bord de la rivière Palouse,

au pays des Appaloosas,

raconte-moi

Appaloosa

Raconte-moi

Encore une fois…


Petit rappel...

Samedi 30 Avril 2011

De 10h à 12h et de 14h à 18h

Martine BOURRE

sera à L'Oiseau lire !

06 avril 2011

Un jour...

Un jour.jpg

Un jour

Morris Gleitzman

Les grandes personnes          

16.00€

Il y a longtemps que je n’ai pas lu un roman sur la Shoah aussi fort, aussi émouvant.

L’action se passe en Pologne en 1942. Félix, 10 ans, vit par les histoires qu’il se raconte et que ses parents lui ont racontées, et n’a aucune conscience de ce qui se passe à l’extérieur de l’orphelinat où il vit. Et à nous aussi il raconte : « Un jour... je me suis évadé de l’orphelinat pour retrouver papa et maman ».

Mais derrière les portes de l’orphelinat, c’est la barbarie, et Félix découvre que les nazis haïssent les juifs. Un jour, il sauve une petite fille de 6 ans, Zelda, dont les parents viennent d’être exécutés. Il décide de l’emmener avec lui vers la ville et le ghetto. Et de jour en jour, ensemble, avec leurs yeux d’enfants, en essayant de survivre. Ils découvrent les horreurs du nazisme : « Un jour, j’ai fait mon premier voyage en train, mais je ne dirais pas que c’était formidable. Je dirais plutôt que c’était pénible et affreux. » Heureusement Félix et Zelda sautent…. et alors ils courent, et alors ils rencontrent l’horreur, mais aussi Génia et son grand cœur.

Ce qui est extraordinaire, c’est l’équilibre entre les horreurs de l’Histoire et la candeur des enfants. Au côté de Zelda et de Félix, on vit l’horreur du ghetto, les caches aléatoires, l’antisémitisme, le courage de quelques individualités, comme le docteur Barney, la noirceur du ghetto, les dénonciations. Mais, Morris Gleitzman, arrive aussi à nous faire sourire, Zelda et Félix sont émouvants et drôles. On pense au film La vie est belle mais Félix et Zelda, eux, ne sont pas à l’abri des horreurs de l’antisémitisme.

Félix et Zelda : deux enfants très attachants. Félix et sa passion pour Richmal CROMPTON, qu’il interroge dans les moments difficiles ; Zelda, têtue et autoritaire : « t’es bête ou quoi ? »

Deux enfants qui longtemps m’accompagneront.

 Annie

23 février 2011

L'encyclopédie approximative du poney : irrésistible !

L'encyclopédie approximative du poney.jpg

L'encyclopédie approximative du poney
BOISTEAU, Manu
Thierry Magnier, 9.90 €

Comment résister à cet album rose totalement farfelu qui s'applique à donner du PONEY une description digne des meilleurs humoristes de bandes dessinées ? L'auteur est parti des figurines plastiques de poneys bleus et mauves avec des cils, espèce transgènique apparue dans les années 80, pour en exprimer la substantifique moelle ... Hilarant, surprenant, délicieux petit livre à mettre entre toutes les mains de jeune ou vieux cavaliers, à lire à bride abattue, au pas, au trot, au galop !

Martine BOURRE, illustratrice