Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2015

Enorme coup de coeur

9782367403021_1_75.jpg

Whaouh (oui, toujours commencer une critique par une onomatopée) là j’ai pris une « claque », attention livre explosif.

Ivar, Kaya et Oswald sont condamnés pour braconnage à devenir des bersekirs, - mi-hommes mi-bêtes - réduits en esclavage, dans ce monde où la famine approche et les jarls se gavent.

Dans 7 jours, le lehring, ce parasite aura pris le contrôle et ils ne seront plus humains sauf si… ils peuvent retrouver le roi des fauves qui aurait le pouvoir de leur faire conserver leur humanité.

mais pour cela, il faut résister au lehring, échapper aux chasseurs , aux bersekirs errants, et au démon qui guette dans l’ombre…

et je ne vous dis pas tout : ambiance sombre et brutale, personnages torturés, retournements de situation et j’en passe.

Ce livre va vous dévorer ou l’inverse, vous voilà avertis.

Gwen

 

Le Roi des fauves de Aurélie Wellenstein
Editions Scrineo, 16.90€

 

05 décembre 2014

Les sélections de Gwen

Jingle bells ! Jingle bells !!

En ce mois frais de décembre, quoi de mieux pour se réchauffer qu’un peu de sport, et par sport j’entends la chasse aux zombies.

Deux romans, deux ambiances, deux styles mais un même ennemi : le zombie.

 

DSC00678.JPG

Les Contaminés, 14,90€ Scrinéo

Zombie Ball, 15,00€ Au Diable Vauvert

 

D’abord, Les Contaminés d’Yves-Marie Clément aux éditions Scrinéo.

Un nouveau jeu de téléréalité fait fureur parmi les parrains de la pègre et les notables riches du monde. Une île, quatre jeunes, et des zombies.

DSC00679.JPGVoici le pitch de ce super roman de zombie, où quatre jeunes des favelas sont emmenés sur une île presque idéale infestés de zombies et de caméras qui vont les suivre. En parallèle, on va suivre l’enquête du jeune lieutenant de police qui ne croit pas aux disparitions des jeunes et qui va persévérer pour découvrir le pot aux roses.

Votre but : survivre dans la journée à cette chasse, leur but : vous dévorer.

Vos armes : votre courage, les leurs : ils sont immortels et ils ont faim.

 

Et le deuxième va nous apprendre à manger bio oui, oui. Zombie Ball de Paolo Bacigalupi au diable Vauvert.

DSC00680.JPGDans cette petite ville des Etats-Unis, tout est régi par l’abattoir de la ville qui nourrit la ville par ses emplois et la viande qu’il produit. Mais tout n’est pas rose dans cette petite ville notamment quand votre entraîneur de baseball essaye de vous manger en criant « cerveaaaaaaaaaaaaauuuuuuuuuu ».

 Un roman de zombie qui fait plaisir, on apprend à dégommer du zombie et qu’il vaut mieux éviter de manger de la viande venant des abattoirs industriels, et on sait enfin que le virus de la zombification est transmissible aux vaches, demandez a Bart.

 

Deux romans à lire de toute urgence, au moins vous allez rêver de soleil, et faire du sport : course à pied pour l’un et Zombie Ball pour l’autre.

Choisissez vite, ils arrivent !

A conseiller pour les ados.

21 mars 2013

Quelques coups de coeur

 

faismoipeur.jpgFais-moi peur

Malika Ferdjoukh

Médium Ecole des loisirs

9,40 €

 

Un homme Monsieur N « Comment décrire ses yeux redoutables, plus glaçants que le vent, plus saisissants que l’hiver ? Cette expression que les enfants n’avaient jamais vue sur aucun visage et ne reverraient jamais ailleurs, qui les recroquevilla à l’intérieur d’eux-mêmes. Un masque de haine qui faisait penser aux fusils, à la guerre, aux cauchemars, aux malheurs. » Le chemin de cet homme va croiser celui des enfants Mintz. C’est la veille de noël, les parents sont sortis, les enfants profitent de cette soirée exceptionnelle, plus de contraintes, ils peuvent faire ce qu’ils veulent.  Joie des enfants, inquiétude des parents, pressentiment fondé de Mamido la grand-mère. En effet, le danger est là en la personne de Monsieur N. Cet homme qui rêve de race pure, ne supporte ni les juifs, ni les arabes, ni les êtres faibles et diminués. Le destin, une lettre portée par le vent, fait qu’il met tout en œuvre pour « exterminer les enfants Mintz : ces juifs, ces youpins…Un livre fort, qui se lit d’une traite en laissant un sentiment de malaise, oui, le mal rode encore aujourd’hui. Et pourtant, même si, la peur est toujours présente, c’est aussi un roman plein d’humour, on ne peut s’empêcher de rire aux bêtises des enfants. Un roman paru en 1995 qui n’a pas pris une ride, à lire ou relire de toute urgence.

Annie

 

Annie

 

2741983229.jpgWonder

R. BALACIO

Pocket Jeunesse

17,90 €

August est né avec une malformation faciale, malgré de nombreuse opérations il a gardé un visage repoussant, qui surprend, fait peur, en deux mots, il est horrible. Protégé par ses parents, il n’a pas jusqu'à présent été scolarisé, mais il a 10 ans et rentre au collège.

Je pense qu’il est inutile de vous décrire la réaction des autres collégiens, leur attitude, leur mesquineries, leur violence, sa mise à l’écart, ce qu’il ressent.

Ce qui est intéressant dans ce roman c’est que sa construction permet  de prendre conscience de ce que chacun ressent. Bien sûr c’est souvent August le narrateur, mais quand  Via sa grande sœur prend la parole c’est un moment fort qui nous fait ressentir ce que vivent les proches d’August, et il y a Summer qui s’assoie prêt d’August d’abord par pitié, et puis cette pitié va se transformer en amitié ; Et surtout il y a Jack le plus proche d’August, qui pourtant un jour dira « si j’avais une tête comme ça, je pense que je me suiciderai » Malgré ces paroles ils reconstruiront leur amitié, ce qui leur causera  bien des ennuis.  C’est un livre fort qui vous met dans la peau d’August mais aussi de son entourage, même si la fin est un rien optimiste.

Annie

 

affiche.jpgNox, ici-bas (1)

Yves Grevet

Syros

16,90 €

Sous le nuage toxique : la nox, où les rayons du soleil n’atteignent pas les Hommes qui y vivent, il faut pédaler pour produire de l’électricité et économiser son souffle pour économiser sa vie. Mourir est une des seules choses faciles, de maladie, usé par le travail ou sur le chemin de la milice.

Pendant qu’en haut, où il suffit d’un interrupteur pour obtenir  la lumière, les riches vivent au soleil inconscient du monde d’en bas.

Mais que se passerait-il si des adolescents, pour vivre leur vie, se mettaient à enfreindre les règles ?

 

 

06 mars 2013

Quelques coups de coeur

 

Nos derniers coups de coeur:


CVT_Letincelle-dor_5527.jpeg

L’étincelle d’or

Eric Boisset

Magnard jeunesse

13,20€

Quand Chadi arrive au collège, il ne passe pas inaperçu : cheveux rouges, accoutrement gothique et pour couronner le tout il est surdoué. Pas facile de se faire des amis. Pourtant Erwan deviendra son ami et découvrira que ce qui rend Chadi différent ce n’est pas seulement sa façon de se vêtir mais surtout son intelligence car c’est un vrai surdoué capable de faire pousser des dulcophytes, des arbustes portant les bonbons les plus délicieux qui existent ou les plus horribles tout dépendant des sensations du goûteur, qui passent dans ses créations. Et puis Chadi l’accueille dans son refuge, une immense serre au fond du parc du château dans lequel il réside. Un château, oui, car le père de Chadi est un chirurgien réputé qui a fuit le Liban dont il ne supportait plus la violence, Erwan, lui, a une mère qui galère, l’argent manque. Tous ces bonbecs délicieux, il en ferait bien commerce, mais, impossible,  Chadi méprise l’argent.

Et puis, Chadi rêve d’aller plus loin dans ses créations, de transmettre autre chose que des saveurs, mais la maladie de sa mère l’entraine vers d’autres recherches.

Un  roman captivant qui emportera les lecteurs. Eric Boisset a su mêler : une réflexion sur l’immigration,  la rencontre de deux adolescents de milieu différents, beaucoup d’amitié, un peu de science, bref, une réussite.

Annie

 

 

79834129_p.jpgLes orphelines d’abbey road

Audren

Ecole des loisirs

14,80 €

Pour parler d’un roman le mieux est encore de planter le décor.

Imaginez : une abbaye de nonnes transformée en partie en orphelinat et qui se nomme très sobrement « le diable vert », Une jeune fille qui disparaît et revient avec une étrange brûlure, une fillette qui entend des voix et chantonne en latin, des livres qui s’effacent et des vols suspects, il flotte un parfum  de mystère dans cet orphelinat.

Pour son dernier roman, Audren nous plonge dans une atmosphère fantastique qui donne des frissons voire quelques frayeurs.

Mais c’est aussi un combat avec d’un côté des adultes qui ne croient plus en la magie et des enfants qui baignent dedans, finalement qui a raison ?

Un excellent roman à partir de 11 ans, à condition de ne pas avoir peur des souterrains.

Gwen

 

cassim-jolene1.jpegJolene

Shaïne Cassim

Ecole des loisirs

10,20€

Aurélien est un jeune homme qui aime la musique, la vraie, le blues. Solitaire, son harmonica est son meilleur ami. C’est un charmeur, les filles il les drague mais dès qu’elles s’attachent il s’envole. Lors d’un concert, il rencontre Jolene et cette fois c’est lui qui se fait avoir.

Entre eux les sentiments sont fulgurants, intenses, irréfléchis.

Un roman qui nous emporte dans la tête d’un ado qui aime pour la première fois.

Charlotte

 

9782211211239FS.gifItawapa

Xavier-Laurent Petit

Médium 

Ecole des loisirs

 14,50 €

 

Des indiens dans la forêt, une femme allaite son enfant, l’orage et puis le bruit des machines : les Kalawas, ces hommes qui coupent les arbres, ils sont là.....une seule solution partir, mais Ultimo veut voir et c’est là que tout bascule….Ultimo est le seul survivant du massacre né d’un désir de vengeance.

 

Des années plus tard. Talia vit avec son grand-père, sa mère spécialiste des cultures indiennes, fouille, quête les témoignages du passé à la recherche des ces hommes dont, de part son physique elle se sait héritière. Mais il y a des semaines qu’elle ne donne plus signe de vie. Talia est inquiète, et un coup de téléphone  de Takuuaju, un guide ayant souvent accompagné sa mère la décide à agir. Avec le « vieux » son grand-père et un inspecteur en quête d’aventure elle part à Itawapa. Là, ils découvrent la nature sauvage et inaccessible. Heureusement Takuuaju vient à leur secours pour les guider, les aider dans leur recherche. Ce qu’ils finissent par découvrir les plonge dans l’horreur et un retour dans le passé. Peut-être la clé des origines de Talia et de sa mère.

 

Comme souvent, dans ses romans, Xavier-Laurent Petit donne vie à des personnages existant ou ayant existés. Ce roman est inspiré de l’histoire de l’Indio do Buraco, un des survivants d’une des nombreuses tribus massacrées en Amazonie, juste, pour récupérer leur terre. 

 

Annie Falzini

 

 

 

06 avril 2011

Un jour...

Un jour.jpg

Un jour

Morris Gleitzman

Les grandes personnes          

16.00€

Il y a longtemps que je n’ai pas lu un roman sur la Shoah aussi fort, aussi émouvant.

L’action se passe en Pologne en 1942. Félix, 10 ans, vit par les histoires qu’il se raconte et que ses parents lui ont racontées, et n’a aucune conscience de ce qui se passe à l’extérieur de l’orphelinat où il vit. Et à nous aussi il raconte : « Un jour... je me suis évadé de l’orphelinat pour retrouver papa et maman ».

Mais derrière les portes de l’orphelinat, c’est la barbarie, et Félix découvre que les nazis haïssent les juifs. Un jour, il sauve une petite fille de 6 ans, Zelda, dont les parents viennent d’être exécutés. Il décide de l’emmener avec lui vers la ville et le ghetto. Et de jour en jour, ensemble, avec leurs yeux d’enfants, en essayant de survivre. Ils découvrent les horreurs du nazisme : « Un jour, j’ai fait mon premier voyage en train, mais je ne dirais pas que c’était formidable. Je dirais plutôt que c’était pénible et affreux. » Heureusement Félix et Zelda sautent…. et alors ils courent, et alors ils rencontrent l’horreur, mais aussi Génia et son grand cœur.

Ce qui est extraordinaire, c’est l’équilibre entre les horreurs de l’Histoire et la candeur des enfants. Au côté de Zelda et de Félix, on vit l’horreur du ghetto, les caches aléatoires, l’antisémitisme, le courage de quelques individualités, comme le docteur Barney, la noirceur du ghetto, les dénonciations. Mais, Morris Gleitzman, arrive aussi à nous faire sourire, Zelda et Félix sont émouvants et drôles. On pense au film La vie est belle mais Félix et Zelda, eux, ne sont pas à l’abri des horreurs de l’antisémitisme.

Félix et Zelda : deux enfants très attachants. Félix et sa passion pour Richmal CROMPTON, qu’il interroge dans les moments difficiles ; Zelda, têtue et autoritaire : « t’es bête ou quoi ? »

Deux enfants qui longtemps m’accompagneront.

 Annie

20 janvier 2011

Odd et les géants de glace

9782226195548.jpg

Odd et les Géants de Glace

Editions Albin michel (10€)

Quel plaisir de retrouver Neil Gaiman dans un récit qui nous plonge au cœur de la mythologie nordique. Nous suivons l’histoire de Odd, jeune garçon viking avec deux tares : d’une il est boiteux, depuis qu’un arbre lui est tombé sur la jambe ; de deux il affiche en permanence un sourire sarcastique, exaspérant pour les autres villageois. Mais sa vie va être bouleversée, le jour où il va sauver un ours pris au piège par un arbre.

Le voilà parti pour un voyage extraordinaire aux pays des dieux où son esprit sera sa meilleure arme.  

Avec beaucoup d’humour, Odd nous emmène aux pays des légendes nordiques, dans un récit haletant et fantastique et comme chaque fois avec Neil Gaiman la magie opère.

A noter que ce roman est illustré par Brett Helquist.

Gwénaël