Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juillet 2009

Coups de coeur

L'histoire de Clara

 Vincent Cuvellier - illustrations de Charles Dutertre

Gallimard-Jeunesse Giboulées, 13,50 €

histoire de clara.jpg

Un très beau texte illustré. Chaque chapitre est la voix d'un personnage ayant rencontré Clara. D'abord il y a la mère maternant. Elle parle à Clara et à travers ses paroles nous devinons une famille juive cachée dont Clara est le bébé, la dernière des quatre enfants. Aujourd'hui ils vont sortir, aller au parc, leur dernière journée de liberté. Lorsqu'ils rentrent, la police française est là. Le bruit, les cris, Clara est posée dans l'ascenseur, et laissée quand les policiers emmènent la famille. Puis il y a la vieille, qui trouve Clara dans l'ascenseur, puis sœur Marie Louise, puis le cousin Georges, puis le « boche » qui ne fait pas la guerre aux enfants, même juifs. Et puis il y a le chapitre de la sorcière, celui de Simon, caché dans la grange de Paulette...Tous vont essayer de sauver Clara, de lui apporter un peu de tendresse, d'amour, parfois quelques jours, un mois, deux mois, parfois plus. Et puis il y a la libération et la maison des enfants...Et dans la maison des enfants arrive Rachel. Elle revient des camps. Elle ne peut plus pleurer, à peine parler, mais elle chante à Clara la chanson que lui chantait sa maman quand elle était petite. Quand elles étaient petites.

Un livre tendre, émouvant, sans misérabilisme. A travers le destin de Clara nous découvrons, dans la France, où régnait parfois la dénonciation, le chacun pour soi, le survivre avant tout, qu'un bébé peut attendrir et faire que des êtres très différents, peuvent tout faire pour le sauver, lui apporter un peu de tendresse, un peu d'amour. Les illustrations de Charles Dutertre accompagnent le texte en y apportant une note de fraicheur.

Annie Falzini

Poésie

Dans la tête à Topor : des comptines encore et encore

Roland Topor, illustrations Les Chats pelés

Rue du monde, Oh ! les comptines, 14 €

dans la tete a topor.jpg

 Quel plaisir que ces comptines de Roland Topor. Un recueil pour sourire, pour jouer avec les mots. Tout petit on se délecte des jeux de mots, du plaisir des rimes qui chantent à l'oreille des enfants. Plus grand, on aime le côté irrévérencieux des comptines-poèmes illustrées avec brio par les Chats pelés, collectif de graphistes dont un des membres est le chanteur des Têtes Raides. Visiblement eux aussi se sont régalés avec ces comptines. Ils se les sont appropriées de telle façon que la mise en page et les illustrations jouent avec les mots et en soulignent la drôlerie et l'insolence. Un régal !!!

 Annie Falzini

 

Maman nous a dit comment

faire des petits. On prend un

chou-fleur on étale du beurre

et puis tout de suite on le

met dans la marmite une

heure de cuisson c'est un

petit garçon avec de la vanille c'est une

petite fille

Un chien en vacances...

Qui a volé mon chien ?

Roselyne Bertin, Rageot, Heure noire, 7,10 €

qui a vole mon chien.jpg

Le roman commence par une course haletante. Un gamin, Arthur, est poursuivi par deux hommes. Il fuit, il court, et ... Il tombe dans une fosse, se brise le pied et essaie de se faire tout petit pour que les deux hommes qui le poursuivent ne le trouvent pas.

Et retour en arrière... Arthur rentre chez lui et Zoé, sa chienne labrador qui habituellement guète son retour est absente. Inquiet, il la cherche, persuadé qu'elle ne s'est pas sauvée, le grillage est trop haut. Elle a sûrement été volée... Les vacances arrivent, il les met à profit pour parcourir le pays à vélo, avec ses deux amis, Antoine et Thomas, mais pas trace de Zoé... Antoine et Thomas, surfent sur Internet et découvrent un site qui vend des chiens de race. Arthur pense y reconnaître Zoé. Un récit palpitant, bien mené, qui séduira les jeunes lecteurs aimant les enquêtes et les... chiens. 

Annie Falzini

Thomas Lavachery, alchimiste

2 pouces et demi

Thomas Lavachery, Bayard Jeunesse, 9,90 €

2 pouces et demi.jpg

XVIII eme siècle, Emmanuel Durif est un portraitiste reconnu mais laid. Il ne veut imposer sa laideur à aucune femme, pourtant il rêve d'un enfant.

Erudit, grand lecteur, il sait que les alchimistes ont su créer la vie. Il achète à prix d'or de vieux grimoires, installe un laboratoire dans sa cave et réussit à créer des « Ombres », mais celles-ci se comportent d'avantage comme des animaux de compagnie que comme des êtres humains, ce n'est pas ce qu'il cherche. C'est un homuncule qu'il veut créer, il s'en sait incapable, mais le renoncement n'est pas dans son caractère. En Italie vit Guido Spaziano, le dernier des grands alchimistes, c'est vers lui que se tourne Emmanuel. De leurs efforts, de leur amitié naîtra : Gilles, un homuncule de 2 pouces et demi. Celui-ci se révèle d'abord un insupportable gamin, jouant des tours pendables à ses créateurs. Et puis subitement il s'assagit, se prend de passion pour la lecture et se montre d'une intelligence remarquable. Puis Emmanuel  rentre avec Gilles à Bruxelles où il reprend son métier prenant bien garde de dissimuler la présence de Gilles à ses côtés. Avant de s'éteindre il lui aménagera un appartement dont la présence est insoupçonnable. A  sa mort Gilles reste seul avec ses sœurs : les Ombres. Au fil des années la maison passe de mains en mains sans que ses habitants ne décèlent leur présence. Gilles vit très mal sa solitude et, souvent, il maudit son père, qui égoïstement n'a pas songé à lui créer un compagnon. C'est un combat contre des frelons géants qui va lui redonner le goût de vivre.

Thomas Lavachery a su se détacher (comme dans Bjorn le morphir) de tous ses romans fantastiques qui se ressemblent, il faut bien le dire, tous un peu, pour nous livrer un roman qui parle des alchimistes et de la création de la vie. Gilles, un être de 2 pouce et demi, surdoué, mais si proche de nous qui, je l'espère, touchera ses lecteurs.

Annie Falzini

21 mars 2009

une nouvelle surprise de Thierry Dedieu

Aagun

Thierry Dedieu

Seuil

15 euros

Aagun.jpg

 Un petit village mongol vit dans la terreur de ses voisins, les Hounks. Chaque jour ces derniers déferlent sur le village pillant et saccageant tout sur leur passage. Révoltés mais impuissants, les villageois demandent de l'aide au seigneur Batoor qui leur envoie son fidèle lieutenant: Aagun.

Aagun, grand chasseur, est réputé pour être brave et juste. Il s'installe à la lisière du village et se met à l'ouvrage, mais ses techniques déroutent les villageois: il les oblige à venir à tour de rôle l'accompagner à la chasse, tout cela afin de nourrir les pillards, qui n'ont plus qu'à venir réclamer leur dû chaque jour. Les villageois sombrent dans l'incompréhension la plus totale et la révolte gronde. Jusqu'au jour où Aagun les abandonne.

 

Un texte simple et fort, délivrant une belle leçon de sagesse, mais qui est surtout accompagné de poignantes illustrations. Thierry Dedieu rend ici un bel hommage à Fabienne Verdier et à son « unique trait de pinceau ». Le style minimaliste emprunté à la calligraphie chinoise joue avec l’opposition forte du plein et du vide, du blanc et du noir et, dans le même temps, Dedieu apporte la délicatesse et la subtilité des petits personnages esquissés au pinceau fin. On ressent les émotions des villageois, aussi bien que la présence imposante des paysages majestueux.

 

Thierry Dedieu passe d’un style à un autre sans effort et nous étonne toujours. Cet album est une réussite, non seulement par l’histoire mais également grâce à sa présentation : la couverture est magnifique, le livre est agréable à manipuler, même la page de garde est soignée. Avec Aagun, Dedieu nous offre plus qu’un simple album : un petit bijou dans un bien bel écrin.

 

Elsa

27 février 2009

journal intime

J’ai neuf ans et demi et je m’appelle Alice

Lynne Reid Banks

Neuf ; Ecole des loisirs

10,00 euros

J'ai neuf ans et demi et je m'appelle Alice.jpg

 

Alice Elizabeth Williamson-Stone a neuf ans et demi, et elle trouve que le devoir que lui a donné Mlle Porto, sa maîtresse est totalement stupide.

C’est stupide comme devoir, de nous demander de raconter notre vie. Si au moins c’était un week-end ! J‘ai assez de souvenirs de ma vie passée pour écrire pendant des millions d’heures. Je n’écris pas vite parce-que ma grand-mère m’a embrouillé l’écriture en essayant de m’apprendre la cursive. Rien que de vous en parler me prendrait une demi-heure.

Et voilà Alice lancée à raconter sa vie : sa maman, une « mère célibataire qui travaille », ses relations tumultueuses avec sa grand-mère, ses interrogations sur ce père qu’elle n’a jamais connu, Peony sa drôle de voisine…

Mais comme tout n’est pas à raconter à la maîtresse, au fur et à mesure des devoirs elle décide de rédiger en parallèle dans son cahier personnel son « ortobiographie » illustrée, et peu à peu se prend au jeu de la confession.

 

 

Un roman drôle et émouvant à la fois sur le quotidien d’une fillette assez lucide sur le monde qui l’entoure. Une écriture rythmée et malicieuse qui rappelle les désopilants journaux intimes d’Anastasia Krupnik (Lois Lowry, Ecole des loisirs).

Par l’auteur de L’indien dans le placard.

 

                                                          Elsa

28 janvier 2009

un dernier coup de coeur

Le temps des miracles

Anne Laure Bondoux

Bayard

11,90 euros

  le temps des miracles.jpg

  Blaise va peut-être, enfin retrouver celle qu’il aime, celle qui l’a élevé : Gloria Bohème et il se souvient. Il se souvient de ce que lui racontait Gloria le soir: comment elle l’avait trouvé dans un train qui brûlait à la suite d’un attentat, et comment ils avaient du fuir le Caucase en guerre. Il nous raconte les rencontres, les amitiés, mais aussi la faim, la peur, auprès d’une Gloria toujours présente, toujours aimante pour lui éviter d’attraper « un désespoir ». Et l’espoir c’est, au bout du chemin, la France, le pays de Koumaïl.

 Littérature pour ados, littérature pour adultes ? Ce n’est pas le dernier roman d’Anne Laure Bondoux qui nous donnera la réponse car Le temps des miracles est un roman pour tous ceux qui aiment la littérature. C’est un grand livre, un roman qui, comme Les larmes de l’assassin vous accompagnera longtemps, que vous ne pourrez oublier.

Anne Laure Bondoux a été bercée par la poésie. Dans une rencontre avec ses lecteurs, elle expliquait que Les larmes de l’assassin lui avaient été inspirées par un poème de Prévert que lui lisait son père. Cette fois ce sont deux poèmes de Blaise Cendrars qui sont la source du Temps des miracles. Espérons qu’il y ait encore beaucoup de poèmes dans la mémoire d’Anne Laure Bondoux.

Annie

07 janvier 2009

des filles et des garçons

Marre du rose

Nathalie Hense, Ilya Green

Albin Michel jeunesse

10,90 euros

 

marre du rose.jpg

« D’habitude, les filles, elles aiment le rose, seulement moi, le rose, ça me sort par les yeux ! »

Est-ce qu’on est vraiment une fille quand on aime le noir, les grues et les araignées ? Pourquoi Carl, qui est un garçon, ne pourrait-il pas être sensible, aimer les coccinelles et peindre des fleurs sur ses petites voitures ? La pétillante héroïne de cette histoire nous montre qu’il n’existe pas « des choses de garçon » et « des choses de fille », et que loin d’être un garçon manqué, elle reste un enfant, tout simplement. « Parce que moi, je trouve que je suis une fille réussie, même si j’aime pas le rose. Ça m’est égal… On n’est pas obligé. »

Un très bel album, illustré avec brio par la jeune Ilya Green. A recommander à tous les parents !

 

                                                                       Elsa

31 décembre 2008

Louise Michel

La Vieille Chéchette

Louise Michel

Illustration Stéphane Blanquet

Albin Michel jeunesse      12,90 euros

 

la vieille chéchette.jpg

Des ombres chinoises en noir et vert pour nous conter l’histoire de Chéchette - être disgracié par la nature qui vit dans la forêt, se nourrissant de ce que celle-ci lui offre et de la pitié des gens du village. Malgré sa laideur repoussante, Madeleine la veuve l’accepte et lui permet de jouer avec ses enfants. Et puis une nuit on crie au feu, et l’orange des flammes dit la tragédie. C’est Chéchette qui sauvera la vie de l’enfant de Madeleine en perdant la sienne.

Un beau texte que Louise Michel, alors enseignante, écrivit pour ses élèves et que les illustrations de Stéphane Blanquet accompagnent avec force.

 

                                                       Annie

24 décembre 2008

des livres pour Noël

 

 

 

Pour les fêtes la librairie est ouverte

Dimanche 21 et

Lundi 22 décembre

de

10 heures à 19 heures

 

 

ET

 

Pour vous donner envie de venir nous rendre visite,

pour vous donner envie, à Noël

d’offrir

DES LIVRES

 

Voici

quelques titres que nous avons aimés :

 

Des albums

 

Petite Beauté

Le dernier Anthony Browne

Kaléidoscope

15,00 euros

 

petite beauté.jpg

Une petite merveille

On y retrouve, dans une histoire tendre tout l’univers d’Anthony Browne

 

Axinamu

Pittau et Gervais

Panama

19,50 euros

 

axinamu.jpg

Un bestiaire pour jouer avec les animaux

Deviner

Qui se cache derrière cette bosse, derrière ce pelage, ces empreintes,

A qui sont ces yeux, ces queues

 

Sous les étoiles

Martine Perrin

Milan jeunesse

9,50  euros

 sous les étoiles.jpg

Un petit livre cartonné tout simple avec des découpes, des jeux de couleurs, des devinettes, l’univers et….

 

 

Sssi j’te mords, t’es mort !

Pierre Delye, illustré par Cécile Hudrissier

Didier jeunesse

11,90 euros

 sssi j'te mords t'es mort!.jpg

Un lion, un serpent, qui est le plus fort ?

Dégustez ce dernier conte

paru chez Didier jeunesse et vous le saurez…Savoureux !!!

 

La tarte aux pommes de papa

Lauren Thompson et Jonathan Bean

Seuil jeunesse

15,00 euros

la tarte aux pommes de papa.jpg

 

Un conte randonnée succulent

 

Tous ses petits canards

Christian Duda et Julia Friese

Etre

16,90 euros

 

tous ses petits canards.jpg

Comment, même quand on est un renard, dévorer un canard que l’on a élevé et qui vous appelle  Papa ??

 

L’incroyable histoire de l’enfant terrible et de la petite fille oiseau

Anna Castagnoli, illustré par Susanne Janssen

OQO

12,00 euros

l'incroyable histoire de l'enfant terrible.jpg

 

L’enfant terrible n’aime rien ni personne, sauf son arbre.

Mais un œuf va transformer cet « enfant terrible »

Les illustrations de Suzanne Janssen  accompagnent  formidablement le texte.

 

Des documentaires

 

Ma  première histoire de l’art

Béatrice Fontanel

Palette

23,50 euros

ma première histoire de l'art.jpg

 

Une très belle iconographie, un texte simple et clair, pour découvrir l’histoire de l’art des temps antiques à aujourd’hui.

 

L’histoire de France dessinée

Béatrice fontanel, illustré par Maurice Pommier

Gallimard jeunesse

19,90 euros

 

l'histoire de france dessinée.jpg

Un épisode par page, des illustrations précises que l’on prend plaisir à détailler.

Le livre de l’histoire de France que l’on attendait pour que les enfants sachent  comment les évènements s’enchaînent.

 

Mao et moi

Chen Jiang Hong

Ecole des loisirs

24,50 euros

mao et moi.jpg

 

De très belles illustrations, poignantes, magnifiques,

Un texte sobre qui dit l’essentiel. Album ? Documentaire ?

Texte illustré ?

Qu’importe on adore.

(lire le résumé)

 

Et puis des romans

 

Barjo

Michael Coleman

Ed. du Rouergue

12,50 euros

barjo.jpg

Barjo, c’est ainsi que l’on étiqueté les autres collégiens. Barjo - Daniel, est un collégien surdoué, cartésien. Seul.

Tozer, lui, n’est pas très intelligent, mais il aime être entouré. Quand le roman commence, Daniel est au fond d’une grotte en compagnie de Tozer, King Kong comme l’a surnommé leur prof de sport sadique qui fait tout pour qu’ils se détestent. Ils sont tombés parce qu’il pleuvait, parce que c’était glissant, et il continue de pleuvoir et l’eau monte, les malmène, les menace, et… à leurs pieds tombe le corps de leur horrible prof. Un récit bien mené, des personnages  attachants, un bon roman de Michael Colman dont nous avions déjà apprécié Filer droit son précédent roman traduit en France. Un auteur à suivre.

 

 

Mon amour kalachnikov

Sylvie Deshors

Ed. du Rouergue

12,50 euros

mon amour kalachnikov.jpg

Agathe vit à Lyon depuis deux mois, inscrite en fac d’histoire. Elle, la franco-chinoise, se lie d’amitié avec Lucia Paz l’équatorienne, et est amoureuse de Gilan. Un soir qui pourrait être une soirée de baby-sitting sans histoire – le bébé dort, le loft est luxueux – mais dans la chambre du bébé la photo de ses parents plonge Agathe dans l’horreur. Le père, c’est lui, le taré qui l’avait prise en chasse avec sa Scénic. Et l’horreur continue quand au matin la police la réveille. L’homme a été retrouvé mort dans la cour de son immeuble. Les soupçons se portent sur Agathe, son entourage, Gilan et ses amis dealers. Agathe va devoir faire la preuve de son innocence et peut-être de celle de Gilan. Mais pourquoi maintenant qu’elle a la police sur le dos ne lui répond-il pas ?

Un bon polar, les personnages sont bien campés et attachants. On découvre un peu de la ville de Lyon, ses quartiers, ses habitants, ses étudiants, jeunes trafiquants, immigrants chinois et arrivistes exploitant les sans-papiers.

 

 

Le premier qui pleure a perdu

Sherman Alexie

Albin Michel jeunesse

13,00 euros

le premier qui pleure a perdu.jpg

 

 

Et toujours,

 

Seul sur la mer immense

Michael Morpurgo

Gallimard jeunesse

14,90 euros

seul sur la mer immense.jpg

 

 

Nous vous les présenterons au fil des jours

ET

Avant vos achats, juste pour sourire en poussant votre caddie au super ou à l’ hyper, pour être un consommateur un peu plus vigilant,

et pour finalement

venir

à

L’Oiseau lire,

croquez quelques poèmes de

Michel Besnier :

 

Mon KDI n’est pas un KDO

Michel Besnier

Motus

10,00 euros

mon KDI n'est pas un KDO.jpg

 

ingouvernable

ça tangue

ça couine

ça coince

tire à droite

tire à gauche

bloque

et accélère

cogne un mollet

file un collant

pardon madame

 

Mon KDI

n’est pas un

KDO

 

Et si vos enfants sont mécontents:

 

Catalogue de parents

pour les enfants qui veulent en changer

Claude Ponti

Ecole des loisirs

21,50 euros

catalogue de parents.jpg

 

 

                                                                                              Annie Falzini

 

 

Nous sommes débordées mais voici tout de même

deux  photographies de nos deux

dernières rencontres :

 

Georges Lemoine et Maurice Pommier

P1010658.JPG

 

 

Martine Bourre

 martine.jpg

LOGO MARTINE BOURRE.jpg

(lire l'interview de Martine Bourre sur le site de Ricochet)