Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 août 2017

La trouille

DSC01184.JPG

La trouille - Julia Billet - Le Calicot - 9,00€

« Sortir de l'ombre après ces dix mois au-dedans, ça me fait peur » une trouille qui rend malade le narrateur. Sans pathos, il nous dit ce qu'il va quitter, ce qu'il a vécu. A travers son récit on imagine les conditions de vie en prison, même si la protection du vieux Moha lui a éviter le pire. Et pourtant la perspective de sa sortie le rend tellement malade que la doctoresse lui propose de partir construire un igloo. Il ne sait pas vraiment à quoi il s'engage, alors,il dit oui, car il a confiance.Et puis c'est de toute façon mieux que de rentrer directement.

«Quelques jours de vacances, quelques jours de plus avant de retrouver ma mère. Quelques jours de plus pour chercher les mots qui ne feront pas peur à Fred.

Quelques jours avant de ne pas retrouver Elina »

C''est ainsi qu'avec 2 autres détenus, un guide et la spip (l'agent de probation), ils partent . Avec eux, nous marchons, nous grimpons, nous peinons, nous découvrons ce que la nature recèle de merveilles. Il aurons appris à se connaître, à s'apprécier, à s'entraider.

Mais il faut faire le chemin à l'envers, se séparer, penser au retour, à l'avenir. 

« Je pense à mon retour.....

A cet avenir dont je ne sais rien. A la montagne à l'intérieur de moi. A ce que la vie va me donner et me prendre. A ce que je vais bousculer. »

 

Un texte court, percutant d'une grande humanité qui aborde le sujet sensible de la réinsertion.

Annie

 

 

Le Calicot, une toute jeune maison d'édition.


Des livres de fiction pour les pré-adolescents et pour les adolescents ; des essais pour tout le monde ; des livres pour se distraire, s’émouvoir, réfléchir, grandir.

 

Et bien sûr vous trouverez ce roman  à la librairie

ou  le commander sur le site

www.loiseaulire.fr

 

 

 

09 août 2017

Le souffle de l'été

DSC01178.JPG

Le souffle de l'été - Anne Cortey - Illustration Anaïs Massini - Grasset Jeunesse - 14,90€

Quatre petites histoires d'amitié, de rires, de jeux, de partage pour ce premier jour de l'été. La force de l'amitié qui lie Kimi et Shiro est magique, comme les étoiles filantes ou le jour de grand vent et la danse des cerfs-volants ou le palais du facteur cheval qu'ils construisent sur le sable... . Tous ces moments d'échange, de plaisir partagé renforcent leur amitié. Les illustrations lumineuses d' Anaïs Massini servent à merveille cette ambiance estivale lumineuse. Un album à glisser dans vos valises pour un doux moment de lecture au cœur de l'été... 

Et bien sûr vous trouverez Le souffle de l'été à la librairie

ou vous pouvez le commander sur le site

www.loiseaulire.fr

 

 

08 août 2017

La piscine magique

 

DSC01176.JPG

La piscine magique - Carl Norac - illustrations Clothilde Delacroix - Didier jeunesse - 12,50€

Le lion, roi des animaux, aurait une piscine, mais attention, une piscine magique. Mais personne ne l'a vue. Aussi les mauvaises langues se délient. Pour couper court aux rumeurs, le roi invite certains de ses sujets à faire trempette. Attention il faudra être chic et il y aura peu d'élus. Mais en quoi cette piscine est-elle magique ? Hé bien, il suffit de faire un vœu, de le crier très fort avant de sauter.et le voilà exaucé, miel, parfum, nénuphars....Les animaux s’en donnent à cœur joie jusqu'à l'arrivée de la reine, odieuse plein de morgue, elle chasse tout le monde : et plonge, mais peut-être aurait-elle du en faire un peu moins.

Fable, conte, critique de la royauté, un vrai coup de cœur pour cet album décalé, drôle, original. A lire, à feuilleter, à regarder car les illustrations de Clothilde Delacroix donnent une seconde lecture savoureuse, les personnages, les animaux, ont une allure extraordinaire et très expressive.

Un vrai coup de cœur.

Annie

Et bien sûr vous trouverez La piscine magique à la librairie

ou vous pouvez le commander sur le site

www.loiseaulire.fr

21 juillet 2017

Partir...

209.JPG

Le jour où je suis partie - Charlotte Bousquet - Flammarion jeunesse - 13,00€

Tidir vit au Maroc, dans un village pauvre mais auprès de Damya, sa tante qui lui apprend à respecter les animaux et à se faire respecter en tant que femme. Aussi, quand Tidir apprend que son père veut la marier, elle décide de fuir.

« Fuir ce mariage dont je ne veut pas,

Pour rejoindre ces femmes , et marcher à leurs côtés en mémoire de mon amie. »

Son amie, Illi, violée, mariée de force à son agresseur, qui s’est suicidée.

Alors, cette Marche, elle va y aller, elle veut conquérir sa liberté malgré le poids des traditions.

Mais son chemin n’est pas facile. Une jeune fille sans chaperon est considérée comme une prostituée. Pourtant elle rencontrera des personnes évoluées, engagées, et d’autres qui lui expliqueront que sa place est celle d’une bonne.

Malgré tous ces obstacles, accompagné de son compagnon, un chien errant qu’elle a apprivoisé, elle se dirige vers Rabat et vers la liberté.

Un roman fort, bien écrit qui ne peut que toucher . A lire, à faire lire.

 

Annie

 

20 juillet 2017

Envolez vous

 

203.JPG

Envole-moi - Annelise Heurtier - Casterman - 12,90€ 

 

C'est une histoire d'amour...Oui, mais racontée par le garçon. Je pense que c'est la première fois qu'un roman aborde avec autant de justesse, de lucidité, l'amour entre les handicapés et les « normaux » Swann a besoin d'argent pour s'acheter la Gibson de ses rêves, aussi tient-il un stand sur un vide-grenier. Joanna a un stand juste en face  . C'est le coup de foudre, il passe la journée à l'observer, mais, lorsque Joanna s'avance vers lui, c 'est la claque. Elle est en fauteuil roulant ;

« Est-ce que moi, je pouvais sortir avec une fille en fauteuil roulant ? 

J’imaginais la réaction de mes potes, je pensais à ma réputation au lycée»

Une interrogation que peu à peu Swann va oublier. Sa relation avec Joanna est différente de toutes celles qu'il a connu jusqu'à présent. Ils sont vraiment amoureux. Finalement, c'est le regard des autres sur Joanna qui le blesse, le révolte, et surtout la bêtise des adultes.

Une soirée, tout se passe bien, jusqu'à ce que Mireille, la tante , soupire :

"-Quel dommage, quand même....

-Quel dommage, quoi ?

-Eh bien, qu'elle soit en fauteuil roulant. Elle pourrait être si jolie."

Mais Swann est vraiment amoureux, il veut que Johanna soit heureuse et que malgré son fauteuil elle puisse réaliser son rêve d'avant l'accident : Danser. Il va tout faire pour que ce rêve se réalise

Annie

Et bien sûr vous trouverez Envole-moi à la librairie

ou vous pouvez le commander sur le site

www.loiseaulire.fr

 

22 juin 2017

Barracuda for ever

DSC03074.JPG

Barracuda for ever - Pascal Ruter

Didier jeunesse - 17,00€

 

Un roman que j'ai dévoré, j'ai ri, j'ai pleuré, j'ai passé une nuit blanche et dont voici l'histoire. Napoléon, 85 ans, ancien boxeur, ancien taximan, a décidé de se renouveler. Pour cela il divorce de sa tendre Joséphine qui retourne vivre dans le sud loin de lui. Puis il entraîne Léonard, son petit fils dans de rocambolesques aventures. Avec son empereur, hé oui, pas question de l'appeler grand-père, Léonard va rafraîchir la maison (mettre tout sans dessus-dessous,) adopter un chien, tenter d'enlever l'animateur du jeu des 1000€. Et puis, il y a les parties de bowling,Napoléon y est imbattable et gare à ceux qui se moquent, l'ancien boxeur est encore capable d'envoyer quelques jeunes au tapis.

Ainsi Léonard partage sa vie entre son grand-père, son père,Samuel, surnommé « couilles molles » par Napoléon , Eléa, sa mère et son carnet à dessin,  croquant  ceux qu'elle aime. Mais il y a aussi Alexandre Rawcziik , son énigmatique ami , sa réserve, son écoute, ses silences et son incroyable casquette. Mais, peu à peu, Léonard prend conscience de la perte d'autonomie de son grand-père, , bientôt les rôles s'inversent, c'est Léonard qui mène le combat ;

Barracuda est à la fois un roman sur la complicité entre un grand-père et son petit fils, mais aussi sur le refus de vieillir, repousser la dégénérescence, ne pas ternir notre image aux yeux de ceux qu'on aime.

Et bien sûr vous trouverez Barracuda for ever à la librairie

ou vous pouvez le commander sur le site

www.loiseaulire.fr

 

 

19 décembre 2016

Noël....quelques suggestions pour les plus grands

DSC02271.JPG

Bonnes nouvelles du monde - Alain Serres - illustrations Nathalie Novi 

Rue du monde - 20,20€

DSC02274.JPG

La grande forêt, Le pays des chintiens - collection Pastel

École des loisirs - 18,00€

DSC02270.JPG

Le bois dormait - Rebecca Dautremer - Sarbacane - 18,00€

DSC02276.JPG

Le royaume de minuit - Max Ducos - Sarbacane - 16,50€

DSC02273.JPG

Le fantôme du cirque d'hiver - Fred Bernard 

illustrations François Roca - Albin Michel jeunesse - 19,00€

DSC02284.JPG

La jeune fille au visage de pierre - Praline Gay-Para -

illustrations Nathalie Choux - Actes sud jeunesse - 16,90€

DSC02272.JPG

Envie de passer pour un âne?

Changez de peau le temps d'un soir...

Réclamez des contes ! -Delphine Jacquot - Les fourmis rouges - 18,50€

DSC02281.JPG

 Wondercat un chat bleu très très spécial - Audren 

Albin Michel Jeunesse - 8.90€

DSC02283.JPG

Un aigle dans la neige - Michael Morpurgo - Gallimard Jeunesse -13,50€

DSC02279.JPG

Le jardin des Epitaphes - celui qui est resté debout - Taï-Marc Le Thanh 

Didier Jeunesse - 17,00€

DSC02280.JPG

Le garçon - Marcus Malte -Zulma - 23,50€

Et, bien sûr tous ces livres ( et beaucou d'autres ) sont à la librairie

Vous pouvez écouter Gwen en présenter certains:

ici

podcast-loiseau-delire-les-fetes-.mp3

 

12 décembre 2016

noel

 Quelques livres de Noël

(sans père Noël, ou presque)

DSC00994.JPG

D'une rive à l'autre - texte de Cécile Roumiguière - illustrations Natali Fortier

Editions A pas de loup - 16,00€

Les Geniès et les Dourdou vivent de chaque côté de la rivière,  fâchés depuis des années, ils ne s'adressent pas la parole. Les enfants, Elise et Pierre savent où se retrouver, quand le temps le permet ils ne s'en privent pas. On est en 43, Elise raconte à Pierre qu'une femme s'est installée chez eux,qu'elle se nomme Sarah, mais qu' on doit l'appeler Marie, et dire que c'est une cousine. Marie devient la confidente et l'amie d'Elise .L'hiver s'installe, les enfants se voient moins, le ventre de Marie s'arrondit. Le 24 décembre arrive, Pierre et Elise, comme tous les enfants pensent à leurs cadeaux, ils sont heureux, ils pourront s'entrevoir à la messe de minuit, mais : " il fallait bien que cela arrive. On va manquer la messe, tu verras ! " Hé oui, le bébé de Marie veut naître en cette nuit de noël.

C'est la mère Dourdou, l'accoucheuse du village qui aidera à la naissance. C'est ainsi que les deux familles manqueront la messe de minuit, mais oublieront leur querelle.

« Pour votre « cousine » on ne dira rien vous savez. Des cousines comme ça, tout le monde devrait en prendre soin par les temps qui courent »

Les illustrations de Natali Fortier accompagnent avec douceur ce texte. - Annie - 

Merci aux éditions A pas de loup d'avoir réédité cet album paru sous le tire Entre deux rives, Noël 43

DSC00995.JPG

DSC00996.JPG

DSC00974.JPG

Le Noël de Maître Belloni - texte de Hubert Ben Kemoun - illustrations - Olivier Desvaux

Editions l'élan vert - 13,90€

 Un texte d'Hubert Ben Kemoun paru en 1996 que nous retrouvons avec bonheur, il était illustré par Isabelle Chatellard. Cette fois c'est Olivier Desvaux qui donne vie aux marionnettes. C'est la veille de noël, le vieux marionnettiste est couché grelottant de fièvre, il fait froid, dehors tout est blanc de neige, dans l’âtre le feu s'est éteint et il n'y a plus de bois pour le rallumer. Les marionnettes se lamentent, sans maitre Belloni elles mourront. La belle au bois dormant est la première à réagir : « A celui qui m'a donné la vie , et sait si bien me faire danser, je donne mon bras droit ! » Et chacun offre au feu un morceau de lui même. « Ce fut un feu magnifique » A son réveil, guérit, maître Belloni, comprend ce qui s'est passé. « Toute la nuit, il tailla, ponça, colla et emboîta...des jambes, de mains, des pieds, des joues.... » Grâce au nez de Pinocchio et à la magicienne Uzi tout se termine par un festin, et  « On dit que, c'est en souvenir de cette nuit étrange et belle qu'on mange une bûche à Noël, et que parfois elle a le goût si agréable, si délicat de la châtaigne. » Les illustrations d'Olivier Desvaux accompagnent merveilleusement le texte. On y sent le froid de l'hiver, la nuit sombre et froide, et puis, soudain le rougeoiement du feu. Des peintures à l'huile qui donnent vie au texte.

Annie

 

DSC00975.JPG

DSC00978.JPG

DSC00989.JPG

Les Palsou. Un conte de Noël d'André Bouchard

Editions Seuil jeunesse -13,50€

Toujours nous apprécions les albums d'André Bouchard et celui-ci, peut-être plus que les autres.

C'est l'histoire de la famille Palsou, leur vie, leur quotidien racontée par les enfants. Un texte simple, vivant, gai, la vie de tous les jours. Les illustrations montrent des enfants plein de vie, souriants, vêtements de couleurs vives mais, sur les mêmes grandes pages, à la plume, sans couleurs, ont voit ce que les mots ne disent pas. La réalité de leur vie de tous les jours « Avec six bouches à nourrir, faut faire les courses souvent ! Alors on va au marché. » le marché, oui, ramasser ce qui est laissé, jeté...Leur quartier, plein de recoins et de cachettes, un bidonville...Les enfants s'amusent mais les adultes sont accablés, alors s'ouvre l'école du rire, mais, pour rire il faut avoir le ventre plein. Heureusement avec « cocotte magique » offerte par le jovial Monsieur Nicolas, « Noël sera une énorme rigolade » Un repas partagé et les adultes s'habillent de couleurs , mais l'on peut aussi pleurer de joie .

La dernière page nous dévoile le métier de monsieur Nicolas, l'avez-vous deviné ?

Une vraie réussite à partager.

Annie 

DSC00990.JPG

DSC00991.JPG

DSC00992.JPG

DSC00993.JPG

Mais n'oubliez pas ces quelques titres (avec des pères Noël) qui continuent de réjouir les enfants  

DSC00999.JPG

 DSC01000.JPG

DSC00998.JPG

Oliviers Desvaux à la librairie

DSC02267.JPG

Et pour écouter l'émission présentant les livres sur la radionPrincipe actif

c'est ici

podcast-loiseau-delire-noel.mp3

 

02 août 2016

Lectures d'été

 L'été

Les vacances, les travaux....

mais la librairie reste ouverte du mardi au samedi 

de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 19 heures

Et pour vos vacances quelques lectures

 

022.JPG

 

004.JPG

Miss Peregrine et les enfants particuliers. La bibliothèque des âmes - Ransom Riggs - 

Editions Bayard - 17,90 €

Un troisième tome particulièrement réussi. Aussi noir que Gwen le souhaitait. Vous avez aimé les deux premiers, précipitez-vous. 

 

003.JPG

La maison du scorpion - Nancy Farmer - Editions Ecole des Loisirs - 17,90 €

Une réédition bienvenue, la lecture de ce roman m'avait marquée. Je vais essayer de vous transmettre mes souvenirs. Matteo Alacran dit El Patron, a 140 ans, il règne sur un empire de la drogue situé entre le Mexique et les États Unis. Les champs sont cultivés par des paysans programmés génétiquement. Nous sommes au XXIème siècle, mais ils vivent comme au moyen âge. El Patron a 140 ans car il vit grâce aux greffes d'organes de clones décérébrés. Seule exception, Mattéo, qu'il éduque, en attendant de l'utiliser le moment venu. Mais quand ce jour arrive, Mattéo s'enfuit, hé oui quand on a un cerveau on s'en sert. A la mort d'El Patron, il revient et prend la tête de l'empire pour le démanteler.

Un gros roman pour l'été sur le clonage, la liberté, on se laisse emporter par cette saga mafieuse 

 

'005.JPG

N'y penses plus, tout est bien - Pascale Marais - Editions Thierry Magnier - 11,50 €


A 13 ans, grâce à sa première cuite, Martin échappe de peu à la mort, mais voit son père tuer froidement sa mère, son frère et sa sœur. Puis s'enfuir dans la nuit. L'adolescent grandit, chez sa tante. Désormais majeur, il veut retrouver son père, car il ne veut pas croire comme la police, au suicide. Alors, avec l'argent de son héritage, il embauche un détective privé, Bob, et un interprète Alberto, et ils partent sur les traces de son père car il a une piste, en Amérique du Sud. 

Si le début du roman est tragique, si Martin ne peut oublier son passé douloureux, le voyage avec ses deux compagnons qui s’attachent à Martin, l'accompagnent par amitié et non plus par intérêt, est plein de bonne humeur. On s’attache aux 3 personnages , et Martin à la fin , aura gagné la tranquillité de l'esprit. Un beau roman qui donne envie d'écouter Bob Dylan, le chanteur préféré de Martin.

023.JPG

Le sel de nos larmes - Ruta Sepetys - Editions Gallimard - 16.50 €

J'ai découvert Ruta Sepetys, avec ce grand roman Ce qu'ils n'ont pas pu me prendre, qui racontait la déportation d'une famille lituanienne en Sibérie durant la seconde guerre mondiale, puis il y eut Big Easy, roman tout aussi enthousiasmant qui se déroule dans le quartier français de la Nouvelle-Orléans sur fond de mafia, et aujourd'hui, Le sel de nos larmes, et je suis encore sous le choc.

Joana, Florian, Emilia et Alfred, 4 jeunes , contraints par les circonstances de trouver la force, le courage, de s'unir, s'entraider pour survivre dans un pays dévasté par la guerre, la violence. Ils ont laissé derrière eux, ceux qu'ils aimaient , mais pas leurs souvenirs, leurs remords, leurs secrets.La route est longue avant l'embarquement sur le Wilhelm Gustloff, Joana, Florian, Emilia et Alfred prennent tour à tour la parole pour nous conter ce qu'ils vivent, leur fuite, la violence, l'horreur mais aussi des rencontres « miraculeuses » le cordonnier Poète, et Le petit garçon perdu, des êtres lumineux qui contrastent avec Alfred, jeune allemand prêt à toutes les bassesses pour une médaille.

C'est une page d'histoire que nous conte Ruta Sepetys, une histoire peu connue, le naufrage du Wilhem Gustloff, car après cette longue route , tous embarqueront sur le navire, mais, il sera torpillé par un sous-marin russe et 9343 personnes perdront la vie.

Pour écouter la présentation de Ruta Sepetys

ici

 

007.JPG

 Soléane - Muriel Zurcher - Editions Didier Jeunesse - 17,00 € 

Soléane et tous les survivants d'une épidémie planétaire vivent sur le Coracle, une île artificielle qui dérive au milieu des océans. A l'âge adulte les hommes et les femmes sont déclarés libres ou esclaves. Soléane, 16 ans, est heureuse, elle a été déclarée libre et saine. C'est alors que sa vie bascule. Sa mère est arrêtée, emportée par les traqueurs et envoyée sur la bannile ramer avec d'autres femmes pour essayer de ramener le Coracle vers la terre. Mais, avant d'être emmenée elle confie à Soléane une pierre de terre qu'elle doit cacher à tout prix. Soléane était naïve, mais prête à tout pour sauver sa mère, elle rejoint les insoumis , une communauté qui tente de sauver le Coracle. Tyll, le rebelle est l'un deux, il va l'aider, et lui ouvrir les yeux sur les véritables desseins des dirigeants de l’île.

Une dystopie originale que l'on ne peut lâcher.

 

008.JPG

 Martha était là - Atak - Editions Les fourmis rouges - 18,90 €

Il fut un temps où le ciel d'Amérique du nord s'assombrissait sous les vibrations des milliers de battements d'ailes des tourterelles voyageuses. Innombrables, elles ont besoin de nourriture qu'elles trouvent en survolant les forêts, les champs de blé, de riz. Mais peu à peu, la nature sauvage est transformée en champs cultivés, et les hommes ont faim, et, malheureusement pour elles, les tourterelles sont comestibles. Pour  nourrir les hommes, , pour le plaisir de la chasse, elles deviennent une marchandise sans valeur. Elles sont de moins en moins nombreuses, et, en 1914, Martha, la dernière hirondelle voyageuse, meurt dans le zoo de Cincinnati. Les illustrations d'Atak, très belles ont un côté rétro aux couleurs chaudes, avec quelques clins d’œil, un hommage à Audubon que l'on voit dessiner, on devine aussi Victor Hugo, et même Tintin. 

010.JPG

Je suis la méduse - Béatrice Fontanel - Illustrations Alexandra Huard -

Editions Les fourmis rouges - 17,90€

Pensiez-vous qu'un jour une méduse allait vous raconter sa vie ? Non, hé bien Béatrice Fontanel l'a fait. "Méduse je suis, mais " elle ne peut s’empêcher d'embrasser une petite fille, qui pleure bien sûr, car les baisers de méduses brûlent. Capturée par le papa mécontent, elle sera un moment la curiosité des vacanciers, puis oubliée elle cuit au soleil jusqu'à ce que la petite fille la remette à l'eau. Des années plus tard, elle danse pour celle qui est devenue une spécialiste des animaux marins. Un texte poétique que les illustrations d'Alexandra Huard magnifient. Décidément je suis fan de cette illustratrice.

Vous pouvez vous procurer ces livres à la librairie ou sur notre site/

www.loiseaulire.fr

 

 

 

 

23 avril 2016

Le nouveau CITROUILLE est arrivé

citrouille 1 (1).JPG

Notre revue Citrouille vous attend à la librairie

Vous y trouverez les coups de cœur des  50 libraires

et celui de l'Oiseau lire

kodja.JPG  

Kodhja  

Thomas Scotto - illustrations Régis Lejonc

Editions Thierry Magnier - 20.50€

 

Un jeune garçon pénètre dans la cité de Kodhja, pour rencontrer le roi, le seul à pouvoir lui redonner ce qu'il a oublié, ce qui l'a construit. Il est accueilli par un murmure de protestation et par un jeune garçon malicieux. Nous mettons nos pas dans les leurs pour un dédale cauchemardesque de pièges, de dangers , l'enfant affronte ses peurs, ses angoisses, ses émotions, ses souvenirs : des silhouettes familières tel que Prévert, Tintin, Alice, King Kong... , périple entrecoupé d'un labyrinthe, «  d'une fontaine majestueuse » , d'un jardin fantastique, d'une forêt improbable, mais aussi un sous-terrain nauséabond peuplé de créatures hideuses, les colères du roi, ce roi que tout le monde veut rencontrer. Mais quand, enfin, arrive le moment tant attendu de rencontrer le roi, après toutes ces épreuves, il veut seulement continuer «  sereinement » sa route .

Kodhja, un voyage initiatique magnifique, grâce aux mots de Thomas Scotto et aux sublimes illustrations de Régis Lejonc, des couleurs chaudes, douces, album, bande dessinée, un peu des 2, un grand album où textes et illustrations se répondent , pour nous émouvoir, raviver nos souvenirs,

Kodhja, un album fort et puissant qui nous accompagnera, vous accompagnera longtemps

Et, ce que vous ne trouverez pas dans Citrouille : l'entretien de l'Oiseau lire avec Régis Lejonc et Thomas Scotto

 

Texte et illustrations sont tellement indissociables dans votre album que l'on se demande forcément comment vous avez travaillé… Qui a eu l'idée, comment l'album s'est-il construit?

Thomas ScottoUn jour Régis m’a demandé un texte… Je lui ai proposé celui-ci. Parce que, si tout ce que j’écris ne verra pas le jour, il y a des histoires auxquelles je crois viscéralement. Et je suis tenace. Que ce soit pour des textes épuisés, non réimprimés ou tout simplement refusés… Ce texte-là, je l’ai imaginé il y a vraiment longtemps. Un texte d’album que je voulais plus long que mes habituels. Peut-être un peu moins elliptique aussi, plus narratif. Un conte. Il a été refusé  à l’époque par les éditions Thierry Magnier, et je ne l’ai pas proposé ailleurs. Alors il est devenu une pièce de théâtre. Déjà une adaptation du texte original, donc, et bien davantage d’ailleurs que celle d’aujourd’hui, faite avec Régis et Angèle Cambournac, l'éditrice - Angèle et les éditions Thierry Magnier que je remercie entièrement d’avoir enfin permis que vive Kodhja !

Régis Lejonc: Entre le moment où Thomas m'a proposé le projet et celui où j'ai terminé ma partie du travail se sont passées trois à quatre bonnes années. Tout ce temps a permis d'y penser, d'intégrer cette histoire en moi malgré les autres projets. Un temps de maturation et d'appropriation qui a donné ce lien indissociable. Pour le travail en lui-même, j'ai fait d'emblée un découpage en BD alors que le projet était celui d’un album classique pour Thomas, comme pour les éditions Thierry Magnier. Ce découpage en séquences s'est imposé à moi par le texte qui comporte de nombreux dialogues, et sa notion de déambulation, de cheminement que la narration BD permet de porter plus naturellement que l'illustration. Du coup tout ça s'est fait de manière très naturelle pour moi. J'ai pu proposer des suggestions narratives de poids à Thomas, comme l'enfant masqué, les références à des personnages de nos enfances respectives, ou les trois personnages qui attendent de rencontrer le roi. La confiance et l'amitié que me témoigne Thomas m'ont permis ces appropriations. Elles ont fait sens pour Thomas, ce qui m'a encouragé pour la suite.

Thomas Scotto: Dans ce Kodhja devenu BD, l’échange avec Régis a été tellement précis, serein et confiant que je n’ai aucune impression d’immenses changements. Evidemment, les mots en trop ont disparus mais c’est le fait même du texte d’album. Des dialogues croisés qui ne passaient pas en BD ont été réorganisés. Mais tout est là. On devrait toujours créer de cette façon! J’ai une vraie admiration pour «l’image». Et pour ce texte mystérieux, dès le début, bien sûr, il fallait de l’image. Le talent "multi-facettes" de Régis est la marque de sa générosité naturelle. Dans chaque planche, il a raconté mon Kodhja, et le sien et le nôtre, en laissant à chaque lecteur tout son champ de possibles. Je crois qu’il va nous falloir d’autres projets ensemble. Indispensable ! 

  Ce choix d'un grand album à la fois bande dessinée et texte illustré fut-il aussi facilement accepté par l'éditeur que par Thomas?

Régis Lejonc: Le choix de la narration, entre BD et illustration, n'a pas été un problème pour Angèle Cambournac, même si la BD ne fait du tout partie de la culture de cette maison d'édition. Ce choix narratif a tout de suite été accepté et nous avons été accompagnés dans ce projet. Une juste distance s'est posée entre Thomas, l'éditrice et moi. Une distance sans ingérence mais faite de retours constructifs et justes. Et puis quand j'ai avancé plus amplement sur le découpage du texte et le placement de celui-ci dans les case et pages, Thomas est venu passé une journée à l'atelier pour ré-écrire les passages qui comportaient des nœuds de lecture, le texte n’étant pas un scénario. J'ai fait une sorte d'adaptation de son texte sous forme de BD, et lui est venu replacer son écriture et sa sensibilité une fois les images réalisées.

L’album fourmille de  références aux livres, à notre culture - je n’ai pas tout trouvé! Vous êtes vous entendus immédiatement sur leur choix… ou bien Régis a-t-il joué en franc-tireur?


Régis Lejonc: Les clins d'œil et les références sont une manière de créer un lien avec le lecteur. Mon enfance correspond à la fin des année 70 et au début des années 80. Ce qui a bercé mon enfance est de cette époque. Thomas a 10 ans de moins que moi mais on partage des choses de cette époque là. Thomas m'a fait passer des idées, des personnages ou des célébrités qui lui sont chers, et moi j'ai fait la même chose. Tout ce qu'on trouve dans le livre vient de l'un ou de l'autre. Et tout ne cherche pas à être perceptible et intelligible. Tout n'est pas à trouver…