Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mai 2016

Mes Ours en Plus

Martine Bourre

Ses sculptures, au gré d'une promenade au cœur de la forêt des Grandes Haies.

une vidéo réalisée par Jean-François Vaury.


Avis aux petits créateurs!

Samedi 14 mai

à partir de 14 heures

Martine Bourre vous attend

pour un atelier sculpture en papier

Venez créer vos animaux

inscription : loiseaulire@citrouille.net

martine betes papier.jpg

 

 

Et, d'autres sculptures à découvrir dans la vitrine

30 avril 2016

Croqueurs de livres

Cette affiche n'a pas gagné

Mais les libraires adorent

affiche recadrée.JPG

23 avril 2016

Le nouveau CITROUILLE est arrivé

citrouille 1 (1).JPG

Notre revue Citrouille vous attend à la librairie

Vous y trouverez les coups de cœur des  50 libraires

et celui de l'Oiseau lire

kodja.JPG  

Kodhja  

Thomas Scotto - illustrations Régis Lejonc

Editions Thierry Magnier - 20.50€

 

Un jeune garçon pénètre dans la cité de Kodhja, pour rencontrer le roi, le seul à pouvoir lui redonner ce qu'il a oublié, ce qui l'a construit. Il est accueilli par un murmure de protestation et par un jeune garçon malicieux. Nous mettons nos pas dans les leurs pour un dédale cauchemardesque de pièges, de dangers , l'enfant affronte ses peurs, ses angoisses, ses émotions, ses souvenirs : des silhouettes familières tel que Prévert, Tintin, Alice, King Kong... , périple entrecoupé d'un labyrinthe, «  d'une fontaine majestueuse » , d'un jardin fantastique, d'une forêt improbable, mais aussi un sous-terrain nauséabond peuplé de créatures hideuses, les colères du roi, ce roi que tout le monde veut rencontrer. Mais quand, enfin, arrive le moment tant attendu de rencontrer le roi, après toutes ces épreuves, il veut seulement continuer «  sereinement » sa route .

Kodhja, un voyage initiatique magnifique, grâce aux mots de Thomas Scotto et aux sublimes illustrations de Régis Lejonc, des couleurs chaudes, douces, album, bande dessinée, un peu des 2, un grand album où textes et illustrations se répondent , pour nous émouvoir, raviver nos souvenirs,

Kodhja, un album fort et puissant qui nous accompagnera, vous accompagnera longtemps

Et, ce que vous ne trouverez pas dans Citrouille : l'entretien de l'Oiseau lire avec Régis Lejonc et Thomas Scotto

 

Texte et illustrations sont tellement indissociables dans votre album que l'on se demande forcément comment vous avez travaillé… Qui a eu l'idée, comment l'album s'est-il construit?

Thomas ScottoUn jour Régis m’a demandé un texte… Je lui ai proposé celui-ci. Parce que, si tout ce que j’écris ne verra pas le jour, il y a des histoires auxquelles je crois viscéralement. Et je suis tenace. Que ce soit pour des textes épuisés, non réimprimés ou tout simplement refusés… Ce texte-là, je l’ai imaginé il y a vraiment longtemps. Un texte d’album que je voulais plus long que mes habituels. Peut-être un peu moins elliptique aussi, plus narratif. Un conte. Il a été refusé  à l’époque par les éditions Thierry Magnier, et je ne l’ai pas proposé ailleurs. Alors il est devenu une pièce de théâtre. Déjà une adaptation du texte original, donc, et bien davantage d’ailleurs que celle d’aujourd’hui, faite avec Régis et Angèle Cambournac, l'éditrice - Angèle et les éditions Thierry Magnier que je remercie entièrement d’avoir enfin permis que vive Kodhja !

Régis Lejonc: Entre le moment où Thomas m'a proposé le projet et celui où j'ai terminé ma partie du travail se sont passées trois à quatre bonnes années. Tout ce temps a permis d'y penser, d'intégrer cette histoire en moi malgré les autres projets. Un temps de maturation et d'appropriation qui a donné ce lien indissociable. Pour le travail en lui-même, j'ai fait d'emblée un découpage en BD alors que le projet était celui d’un album classique pour Thomas, comme pour les éditions Thierry Magnier. Ce découpage en séquences s'est imposé à moi par le texte qui comporte de nombreux dialogues, et sa notion de déambulation, de cheminement que la narration BD permet de porter plus naturellement que l'illustration. Du coup tout ça s'est fait de manière très naturelle pour moi. J'ai pu proposer des suggestions narratives de poids à Thomas, comme l'enfant masqué, les références à des personnages de nos enfances respectives, ou les trois personnages qui attendent de rencontrer le roi. La confiance et l'amitié que me témoigne Thomas m'ont permis ces appropriations. Elles ont fait sens pour Thomas, ce qui m'a encouragé pour la suite.

Thomas Scotto: Dans ce Kodhja devenu BD, l’échange avec Régis a été tellement précis, serein et confiant que je n’ai aucune impression d’immenses changements. Evidemment, les mots en trop ont disparus mais c’est le fait même du texte d’album. Des dialogues croisés qui ne passaient pas en BD ont été réorganisés. Mais tout est là. On devrait toujours créer de cette façon! J’ai une vraie admiration pour «l’image». Et pour ce texte mystérieux, dès le début, bien sûr, il fallait de l’image. Le talent "multi-facettes" de Régis est la marque de sa générosité naturelle. Dans chaque planche, il a raconté mon Kodhja, et le sien et le nôtre, en laissant à chaque lecteur tout son champ de possibles. Je crois qu’il va nous falloir d’autres projets ensemble. Indispensable ! 

  Ce choix d'un grand album à la fois bande dessinée et texte illustré fut-il aussi facilement accepté par l'éditeur que par Thomas?

Régis Lejonc: Le choix de la narration, entre BD et illustration, n'a pas été un problème pour Angèle Cambournac, même si la BD ne fait du tout partie de la culture de cette maison d'édition. Ce choix narratif a tout de suite été accepté et nous avons été accompagnés dans ce projet. Une juste distance s'est posée entre Thomas, l'éditrice et moi. Une distance sans ingérence mais faite de retours constructifs et justes. Et puis quand j'ai avancé plus amplement sur le découpage du texte et le placement de celui-ci dans les case et pages, Thomas est venu passé une journée à l'atelier pour ré-écrire les passages qui comportaient des nœuds de lecture, le texte n’étant pas un scénario. J'ai fait une sorte d'adaptation de son texte sous forme de BD, et lui est venu replacer son écriture et sa sensibilité une fois les images réalisées.

L’album fourmille de  références aux livres, à notre culture - je n’ai pas tout trouvé! Vous êtes vous entendus immédiatement sur leur choix… ou bien Régis a-t-il joué en franc-tireur?


Régis Lejonc: Les clins d'œil et les références sont une manière de créer un lien avec le lecteur. Mon enfance correspond à la fin des année 70 et au début des années 80. Ce qui a bercé mon enfance est de cette époque. Thomas a 10 ans de moins que moi mais on partage des choses de cette époque là. Thomas m'a fait passer des idées, des personnages ou des célébrités qui lui sont chers, et moi j'ai fait la même chose. Tout ce qu'on trouve dans le livre vient de l'un ou de l'autre. Et tout ne cherche pas à être perceptible et intelligible. Tout n'est pas à trouver…

12 avril 2016

Festival Terres de Paroles

Vendredi 15 et samedi 16

Le festival Terres de Paroles

est à Evreux

Nous y seront

Avec

Des livres - Papier

livres, numérique, salon

Retrouvez le programme ici

 

06 avril 2016

Je suis CharLiberté !

DSC01690.JPGJe suis CharLiberté!

Arthur Ténor, éditions ScriNeo, 8.90€

Tom, collégien choqué par les attentats du 7 Janvier 2015, décide de créer dans son collège un journal satirique. Aidé de Slimane, le caricaturiste et de Sarah, rédactrice, correctrice, emballée par le projet et son porteur. Le premier Charliberté-hebdo naît et est vendu devant la grille du collège. Très vite, il remporte un franc succès, mais bien sur pas pour tous. Certains qui se reconnaissent dans les caricatures n'apprécient guère. Très vite, menaces, violences et agressions surviennent mais rien n’arrête les journalistes en herbe. Le collège, la cour de récré, les ados sont le reflet de notre société, sa violence, ses petitesses, son racisme, ses extrémismes... Un récit bien mené qui emporte les adolescents. Une fin que l'on pourrait attendre, mais non...

La fin m'a fait frissonné, j'ai beaucoup lu et c'est la première fois que cela m'arrive » Matéo, jeune adolescent en stage à la librairie.

Annie

 

19:04 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres

02 avril 2016

Robin des Graffs

DSC01679.JPGRobin des graffs

Muriel Zurcher-Editions Thierry Magnier, 14.50€

Jusqu'à ce que Bonnie fasse irruption dans sa vie, Sam à un vie bien réglée. Le jour, il joue aux échecs avec Mme Decastel contre une petit salaire et une chambre sous les toits, et puis il chante au cimetière du Père La Chaise en hommage aux SDF morts dans la rue. La nuit, il tague sur les murs de Paris des couples d'animaux de l'arche de Noé, espérant que Gabrielle, son amie d'enfance, les verra. C'est un soir ou il passe au commissariat pour savoir si on a ramassé un SDF, qu'il rencontre Bonnie, une petite fugueuse en mal d'affection. Elle va décider que Sam est sa nouvelle famille. A partir de ce moment, Sam est recherché pour l'enlèvement de Bonnie, mais surtout pour ses graffs, car la police est sur les dents, il faut absolument capturer le tagueur adoré des réseaux sociaux. C'est bien le problème du capitaine de police Nora Laval, privilégier la recherche de Bonnie ou celle du tagueur comme son supérieur lui en donne l'ordre. Un roman bien mené. On s'attache aux personnages, "les cassés de la vie", tous ont une réelle épaisseur, Bonnie est vraiment craquante.

Annie

 

 

 

 

31 mars 2016

Actu Histoire

Salon  du livre Dimanche 10 avril au cadran

actu histoire.jpg

Nous y serons avec les auteurs invités,

et  une sélection de livres

Sur l'actualité, sur l'histoire

Voir le programme sur le site

actu-et-histoire.fr

 

 

13 mars 2016

Bray village en poésie

Après Evreux le Printemps des poètes à Bray

PJ93_LOGO PDP-2coul-HD.jpg

Retrouvez nous

le Dimanche 20 Mars

à 15 heures

avec l'association Bray village en poésie

Récital Poétique : Queneau ? Que si !

avec Evelyne BOULBAR et Patrick VERSCHUEREN

de "La Factorie" de VAL de REUIL

PJ855_PdP18_AFF_40x60 .jpg

Réservation avant le 17 Mars 2016

au 06 16 90 78 08 ou 02 32 35 13 59

Adultes 8€, gratuit pour les enfants (- de 12 ans)

16:24 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres, poésie

02 mars 2016

Le printemps des poètes

Le printemps des poètes

A la médiathèque d'Evreux

le samedi 12 mars

Carte blanche à

Bruno_Doucey_3©Murielle Szac-Ed.B.Doucey - copie.jpg

 Bruno Doucey ©Murielle Szac-Ed.B.Doucey

Bruno Doucey

auteur, éditeur,Bruno Doucey propose au cours de cette journée

des ateliers, des lectures et une rencontre

« Si la poésie ne vous aide pas à vivre faites autre chose.
Je la tiens pour essentielle à l’homme,
autant que les battements de son cœur. »

Bruno Doucey

 

Ses interventions s'articulent autour de la collection Poés'idéal

DSC01656.JPG

Seront aussi présents

Jin Eun-young poétesse coréenne

Jin Eun-young3 © Lim Mi-hye..jpg

 Jin Eun-young ©Lim Mi-hye

pour Des flocons de neige rouge 15.00€

Couv.Des flocons de neige rouge_300dpi.jpg

et

Garous Abdolmalekian, poète iranien

201402_garous_web-6.jpg

Garous Abdolmalekian ©Setka Films 

pour Nos poings sur la table 14.50€

Couv-Abdolmalekian-72-dpi.jpg

 Et, bien sûr, nous serons présents avec les livres des poètes invités,

livres que vous pouvez retrouver à  librairie et sur notre site

www.loiseaulire.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27 février 2016

Jean-Christophe Tixier ...Les Dévoreurs.

Les Dévoreurs de Livres

avec

Jean-Christophe Tixier

au collège de Gravigny

pour son roman

La Traversée

.DSC01622.JPG

Une rencontre riche, engagée, citoyenne.

Nous vous proposons un extrait de cette rencontre

 


 

DSC01625.JPG

Rencontre suivie d'une séance de dédicaces

DSC01628.JPG

DSC01627.JPG

La traversée, Jean-Christophe Tixier, Rageot, 9.50€

1507-1.jpg

Vous pouvez vous procurer les livres de Jean-Christophe Tixier en librairie ou sur notre site : loiseaulire.fr