Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 avril 2016

Je suis CharLiberté !

DSC01690.JPGJe suis CharLiberté!

Arthur Ténor, éditions ScriNeo, 8.90€

Tom, collégien choqué par les attentats du 7 Janvier 2015, décide de créer dans son collège un journal satirique. Aidé de Slimane, le caricaturiste et de Sarah, rédactrice, correctrice, emballée par le projet et son porteur. Le premier Charliberté-hebdo naît et est vendu devant la grille du collège. Très vite, il remporte un franc succès, mais bien sur pas pour tous. Certains qui se reconnaissent dans les caricatures n'apprécient guère. Très vite, menaces, violences et agressions surviennent mais rien n’arrête les journalistes en herbe. Le collège, la cour de récré, les ados sont le reflet de notre société, sa violence, ses petitesses, son racisme, ses extrémismes... Un récit bien mené qui emporte les adolescents. Une fin que l'on pourrait attendre, mais non...

La fin m'a fait frissonné, j'ai beaucoup lu et c'est la première fois que cela m'arrive » Matéo, jeune adolescent en stage à la librairie.

Annie

 

19:04 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres

02 avril 2016

Robin des Graffs

DSC01679.JPGRobin des graffs

Muriel Zurcher-Editions Thierry Magnier, 14.50€

Jusqu'à ce que Bonnie fasse irruption dans sa vie, Sam à un vie bien réglée. Le jour, il joue aux échecs avec Mme Decastel contre une petit salaire et une chambre sous les toits, et puis il chante au cimetière du Père La Chaise en hommage aux SDF morts dans la rue. La nuit, il tague sur les murs de Paris des couples d'animaux de l'arche de Noé, espérant que Gabrielle, son amie d'enfance, les verra. C'est un soir ou il passe au commissariat pour savoir si on a ramassé un SDF, qu'il rencontre Bonnie, une petite fugueuse en mal d'affection. Elle va décider que Sam est sa nouvelle famille. A partir de ce moment, Sam est recherché pour l'enlèvement de Bonnie, mais surtout pour ses graffs, car la police est sur les dents, il faut absolument capturer le tagueur adoré des réseaux sociaux. C'est bien le problème du capitaine de police Nora Laval, privilégier la recherche de Bonnie ou celle du tagueur comme son supérieur lui en donne l'ordre. Un roman bien mené. On s'attache aux personnages, "les cassés de la vie", tous ont une réelle épaisseur, Bonnie est vraiment craquante.

Annie

 

 

 

 

11 janvier 2016

Quelques coups de cœur...

pour commencer l'année.

 

Ma vie à la baguette, éditions Thierry Magnier, Chloé Cattelain, 14,50 €

DSC01562.JPG

Kevin vit près de Lille avec son jeune frère et son père, homme d’affaire acharné au travail et très soucieux de leur attachement aux coutumes chinoises. Comment concilier la rigueur paternelle avec les aspirations d’un jeune garçon de 17 ans ? Pourquoi ce silence autour de la mort de la mère ?

L’éducation chinoise qui a modelé Kevin a toujours créé un décalage entre ses camarades et lui. Ne pas répondre de façon agressive aux moqueries et aux attaques dont il est l’objet depuis son enfance, ne pas chercher à faire valoir son bon droit face aux adultes manquant de compréhension. Mais il a 17 ans ! Il veut lui aussi serrer une fille dans ses bras, se rendre dans les soirées organisées par la plus belle fille du lycée. A force de maladresses, de ruses, soutenu par son jeune frère il parviendra à s’affirmer et réaliser ses rêves. Surtout, à l’occasion des vacances passées obligatoirement à Pékin, il trouvera le courage d’affronter le silence qui pèse sur la mort de sa mère et découvrira le poids de l’histoire qui pèse aujourd’hui sur la société chinoise.

Quel beau roman évoquant la difficulté de concilier deux cultures ! Le héros arrive à faire valoir ses aspirations sans se rebeller contre un père qu’il aime, et sans renier ses origines. L’auteur permet au lecteur de prendre connaissance des contradictions qu’affronte aujourd’hui la société chinoise. La course à l’acquisition de biens, la survie dans une société sous surveillance demandent-elle vraiment de gommer tout un pan de l’histoire du pays ? 

France

 

 

Wild Girl, Éditions Albin Michel, Audren, 15 €

DSC01579.JPG

Milly Burnett traverse le continent américain pour prendre un poste d’institutrice dans une petite ville du Far West. Nous sommes en 1867, la guerre de Sécession est finie. Pleine d’illusions, d’enthousiasme et de courage, Milly apprend à louvoyer entre les mesquineries de certains, ses propres attentes et la vie parfois cruelle de l’Ouest où les immigrants prennent la place des indiens.

Milly Burnett est une jeune fille volontaire et déterminée. Les obstacles ne la rebutent pas et elle est prête à surmonter tous les obstacles que sa position, son âge, sa dépendance vis-à-vis des parents de ses élèves contribuent à opposer à ses projets. Son âge et sa situation de célibataire l’amènent à être objet de convoitise de la part des hommes de la petite communauté dont elle fait partie. Trouvera-t-elle l’amour ? A quel prix ?

L’auteur nous informe s’être beaucoup documentée pour dépeindre le monde où vit Milly Burnett. C’est vrai. On retrouve dans ce roman tous les aspect du Far West déjà présents dans d’autres romans, dans des films connus. Peut-être est-ce un peu « trop » et Milly paraît une jeune fille très moderne pour une époque où la cohésion du groupe opposait une forte contrainte aux jeunes filles désireuses de gagner leur liberté. Le roman se lit avec beaucoup de plaisir et plaira aux amateurs d’aventure.

 France

 

Aussi loin que possible, École des loisirs, Éric Pessan, 13 €

DSC01574.JPG

Antoine et Tony portent en eux une vie douloureuse. La famille de Tony vit dans la hantise d’une expulsion, Antoine est  victime de la violence de son père. Mais cela, on le découvre peu à peu. Ce matin-là, les deux collégiens s’affrontent amicalement dans une course à pied. Pourquoi s’arrêter ? La course se transforme en échappée qui les entraîne hors de la ville dans une aventure que nul n’avait prévue.

Antoine est le narrateur de cette étrange course, sans but et sans raison avouée qui les emmène jusqu’au bout… jusqu’à la mer, là où ils seront obligés de s'arrêter. Il observe, comme de l’extérieur son corps qui se dépasse dans un effort inhabituel, la nécessité de survie qui les conduit à chaparder pour manger, à se méfier de la malveillance de certains d’adultes et à accepter la générosité de quelques autres. Cet exploit imprévu trouvera sa justification dans les dernières pages. Antoine et Tony gagneront la course, le prix reçu aura le poids de leur avenir.

On retrouve l’écriture précise, incisive d’Eric Pessan, son empathie pour les adolescents blessés dans les conflits où les adultes les entraînent. On ressent l’effort des deux garçons, la douleur de leurs muscles exténués, l’exaltation qui les tient malgré le souffle qui leur manque. Le lecteur partage les sensations que le paysage suscite dans l’esprit du héros. L’auteur tient le rythme de la course tout au long du roman pour la clore avec un retournement inattendu : le lecteur est prié d’attendre, d’abandonner un instant l’esprit du narrateur pour devenir spectateur extérieur d’un dénouement heureux. Un beau roman résilient, une belle écriture.

21:42 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres

18 mai 2015

Le Voyage de Fatimzahra de Kochka

9782081344600.jpg

La sœur de Fatimzahra a épousé un français. Elle va mettre au monde son premier enfant. Fatimzahra vient du Maroc afin de faire connaissance avec le nouveau-né. Son visa touristique lui permet de rester trois mois. Afin de ne pas perdre son temps, Fatimzahra s’inscrit au collège. Elle affronte un monde inconnu dont elle ne possède ni les codes ni la langue. Quelle épreuve ! Quel défi !

Le récit est partagé entre narration de l’auteur, lettres écrites à la famille restée au Maroc, récit à la première personne par l’héroïne elle-même. Le style est très démonstratif. Mais on s’attache aux personnages, à l’aventure vécue par l’adolescente.

 

Une belle histoire généreuse bâtie sur des faits réels.

France

 

Le Voyage de Fatimzahra (2015)
Kochka
Editions Flammarion, 5.70€

 

 

17 mars 2015

On ne peut lâcher la lecture avant la fin...Le dernier roman de Guillaume Guéraud.

20150317_115125.jpg

Plus de morts que de vivants de Guillaume Guéraud

Ed. du Rouergue. Coll. Doado noir. 13,70€
 

Par un froid glacial, les élèves du collège Rosa Parks attendent le début  des cours à l’abri du préau. La grippe, la gastro ont éprouvé les troupes, mais peu importe, demain ce sont les vacances de Février. Aucun présage, rien que de très normal… pourtant, le nez de Corentin se met à saigner, la belle Yasmine ne s’aperçoit pas qu’une mèche de ses cheveux tombe lorsqu’elle saisit son cartable… un bouton sur le poignet de Fab le démange terriblement. Il gratte…trois boutons ! Il gratte…huit boutons ! Encore une allergie ? Or ce sont les signes avant-coureurs du cauchemar qui va submerger les 647 élèves et le personnel du collège. Un mystérieux virus disloque les mâchoires, fait éclater les ventres, les cranes, nécrose les membres. Le mal s’abat comme la foudre. La mort empoigne l’ami, le voisin. Les médecins, les pompiers sont impuissants, le collège est mis en quarantaine. Chacun réagit selon son statut et son caractère.

Qui survivra ? Y aura-t-il même des survivants ?

Ce roman où la peur étreint les héros comme le lecteur est écrit de façon magistrale. Ruptures de tons, focalisations multiples, suspens, on s’attache à peine aux personnages que la mort les dérobe brutalement à notre attention. On ne peut lâcher la lecture avant la fin.                                               

Les lecteurs de manga retrouveront l‘atmosphère de titres comme « l’Ecole emportée » de Kazuo Umezu et prendront conscience de la force du récit faisant appel aux images mentales par rapport aux dessins qui limitent le jeu de l’imaginaire.

Encore un excellent roman de Guillaume Guéraud.

France

25 février 2015

Lily...La danse , la guerre d'Algérie. Un beau roman

DSC00906.JPGLily

Cécile Roumiguière

La Joie de lire

Encrage 14,50€

 Paris, Loriane et son grand-père sortent de la cinémathèque. Elle fredonne les chansons du film, Les Parapluies de Cherbourg.

 « Le film t’a plu alors ?

-d’enfer ! Mais je m’attendais à une histoire de danseuses, tu m’avais dit que cela me ferait penser à marraine. Lily dansait, elle ne chantait pas » 

Alors son grand-père se souvient et raconte à Loriane comment la vie de sa marraine Lily a basculé en  1961 quand Michel, son frère, qu'elle aimait plus que tout est parti en Algérie. Lily a 16 ans, elle prépare le concours d'admission à l'opéra, depuis des années elle travaille pour devenir ballerine. Mais, peu à peu les lettres de Michel se sont font  rares, puis cessent. Comment continuer à danser, plus rien n'a de sens pour Lily. Et cette guerre, ces « événements » qu'en sait-elle ? Peu de choses. Pourtant elle va se trouver mêlée à ce qui se passe en France à cette époque. Et si Michel n'écrit plus, nous, nous découvrons ce qu'il vit en Algérie, ce qui le révolte, ce qui le mènera à la rébellion.

Et puis, il y a le personnage touchant de Nino, un ouvrier de  l'Opéra, une ombre, une silhouette, Nino amoureux fou de Lily qui ne vit que pour elle, pour la voir, certain qu'un jour elle l'aimera.

Un récit où s'entrecroise en 1961, la vie de Lily à Paris, celle de Michel en Algérie, et par petites touches, les réactions de Loriane, une adolescente d'aujourd'hui au récit de son grand-père.

Cette construction du roman nous permet de souffler entre des événements durs, parfois difficiles à supporter.

Et savourons les clins d’œil au cinéma, Jacques Demy, Agnès Varda. Un très beau roman sur une période de notre histoire très peu connue des adolescents.

Annie

 

 

 

 

09:58 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres

20 février 2015

Retrouver le petit frère. Le nouveau roman de Gisèle Bienne

DSC00904.JPGRetrouver le petit frère
Ecole des Loisirs, Medium, 15,00€
Une promenade le long de la route vers la forêt, vers l’étang. Comme d’habitude elles font rire Odilon le petit frère et puis le laissent quelques minutes dans sa poussette. « On va voir les canards, on revient dans cinq minutes. » Mais à leur retour, la poussette est vide et une voiture rouge s’éloigne. 
 
Que s’est-il passé ?

Malgré les recherches, Odilon ne sera pas retrouvé. La famille est anéantie. Emma, l’ainée, se sent responsable. Comment se construire, traverser les jours, les mois, les années alors que la police – et même sa meilleure amie – mettent son témoignage en doute ?

Pour se souvenir, pour rester en contact avec Odilon, Emma se réfugie au grenier où sont rangées les affaires d’Odilon. Elle est persuadée qu’un jour, elle le retrouvera. Dès sa majorité, dès la liberté, elle le cherchera. En attendant, elle continue ses études et rencontre Fabian. Ils s’aiment. Il la soutient et, bac en poche, lui trouve un petit boulot de vacances dans le sud de la France où Emma est persuadée de retrouver Odilon. Comme souvent avec Gisèle Bienne, l’émotion est au cœur du roman. Comment vivre après la disparition d’un enfant ? Ce n’est pas un deuil, c’est un manque permanent, une interrogation, un espoir, et pour Emma la culpabilité. Pourtant c’est l’espoir de retrouver Odilon qui la guide et finalement peut-être a-t-elle raison…

Un très beau roman

Annie

31 janvier 2015

L'embrigadement dans l'Histoire

 L'Histoire nous montre que des hommes ont su manipuler

la jeunesse pour l'envoyer vers la mort,

celle que l'adolescent subira ou donnera

 

Envol pour le paradis

Jean-Marie Defossez - Bayard Jeunesse - 11,90€

DSC00879.JPGAllemagne 1942, Adolf Hitler règne en maître incontestable, Arthur, un jeune paysan, protégé par ses parents ignore tout du Nazisme, mais un jour il est obligé d’intégrer les jeunesses hitlériennes. Au début, grâce à son ami Heinz il résiste en faisant juste ce qu’il faut pour ne pas être sanctionné. Mais Heinz, avec sa tignasse charbon est un « sous homme », et un jour il sera emmené. C’est un déchirement pour Arthur et il se promet que jamais il ne deviendra nazi, que jamais il ne méprisera ceux qui sont différents de lui. Mais l’endoctrinement c’est aussi profiter des faiblesses des hommes et le lieutenant « Pleindegaz » lisant les lettres qu’Arthur envoie à ses parents (et qui jamais ne partent) sait que son rêve est de voler, et sa passion, les avions. Il va se servir de cette passion afin qu’Arthur accepte de donner le meilleur de lui-même pour devenir pilote. Peu à peu Arthur en vient à admirer Hitler et à accepter de donner sa vie pour l’Allemagne.

Un roman intéressant car le parcours d’Arthur montre comment l’embrigadement peut changer un être humain et comment tant de jeunes ont accepté le nazisme.

 

Une arme dans la tête

Claire Mazard - Flammarion - Tribal - 10,50€

DSC00873.JPGIl est le guerrier Conan l’Effaceur. Il a quinze ans. Il fuit pour se sauver des hommes qui l’ont enlevé il y a quatre ans, qui l’ont drogué, qui l’ont transformé en tueur et qui viennent de tuer son ami Wamba, enlevé en même temps que lui. Une rencontre salvatrice lui permet de fuir l’Afrique où sa vie est en danger. Il se retrouve en France pris en charge dans un foyer. Retour à l’école, projets d’avenir, Conan a retrouvé son vrai nom et doit enfouir son terrible passé.  Mais comment se libérer des images de mort qui le harcèlent, de la cruauté subie et donnée ? La rencontre avec la poésie d’Apollinaire ouvrira au jeune homme un pont vers une autre vie possible.
Le récit écrit à la première personne déroule le drame du héros avec des phrases courtes, ciselées, passionnées, révoltées. Un ouvrage essentiel à faire lire aux adolescents, aux adultes, qui souligne sans y toucher l’importance des rencontres, de la littérature, de la poésie.

 

Je t'enverrai des fleurs de Damas

Frank Andriat - Mijade - 7,00€

 

DSC00871.JPGRetour de vacances. Au collège une nouvelle qui fait l'effet d'une bombe:Wassim et Othmane 15 ans sont partis combattre en Syrie. Le roman commence par une lettre de Myriam où elle dit sa douleur, son incompréhension, Wassim était son ami, son amour et elle n'a rien vu venir. Un roman à plusieurs voix, les lettres de Myriam, ses réflexions, ses interrogations, sa peine, sa colère. Et à la réception des lettres, les réactions ,  l'émotion de son professeur de français surnommé « Bébé cougnou » . Nous partageons aussi les pensées des autres professeurs, des autres élèves et le journal de Youssef. Cet univers clos donne un éclairage extraordinaire sur l'embrigadement, sur la souffrance, l'incompréhension, la révolte de ceux qui restent.

Je t’enverrai des fleurs de Damas, est une œuvre littéraire, paru en septembre 2014, un témoignage loin de la caricature souvent donnée des jeunes de banlieues. Wassim et Othmane, adolescents bien éduqués, appartiennent à de bonnes familles, ouvertes, cultivées :

« J'ai l'impression que ma religion et mon dieu peuvent être utilisés par des gens mauvais et ça me cause une grande peine. Les paroles qui me guident peuvent aussi servir à tuer si on les entend mal, si on les lit mal. J'imagine que c'est ainsi que Wassim s'est fait piéger, lui, l'idéaliste qui rêvait d'un monde meilleur où chacun s'engage pour son prochain » Myriam

 

17 décembre 2014

Coups de coeur de France

Clémentine n'aime que le rouge
Krystyna Boglar
La Joie de lire, 10,90€DSC00632.JPG

Trois enfants passent leurs derniers jours de vacances dans un village au bord de la forêt. Au cours d’une promenade ils trouvent Macédoine,  fillette égarée après être partie à la suite d’une mystérieuse « Clémentine ».  Ils s’enfoncent dans la forêt à la recherche de celle qu’ils pensent être la sœur de la fillette. En réalité Clémentine est une éléphante et Macédoine la fille d’un directeur de cirque.

Un livre très bien écrit mais dont le style date (1970). L’histoire destinée à de jeunes enfants  demande un niveau de lecture d’enfants qui se lasseront d’une action qui traîne en longueur. Avec un texte plus ramassé et dynamique accompagné des illustrations très drôles  de B. Butenko, on pourrait réaliser un album très réussi et plus adapté au lectorat d’aujourd’hui.  

 

L'été où papa est devenu gay
Endre Lund Eriksen
Thierry Magnier, 17,90€

DSC00639.JPGLes parents d’Arvid viennent de divorcer. L’argent manque pour passer des vacances en Espagne. Arvid et son père installent leur caravane sur les bords d’un fjord norvégien. A côté, habite un homme notoirement homosexuel qui vit avec sa fille. Horreur ! Arvid se rend compte que son père est attiré par le voisin. Il va tout faire pour contrecarrer les initiatives des deux hommes.

En prenant connaissance du journal d’Arvid, nous l’accompagnons dans sa surveillance maladroite de son père, ses émois d’adolescent immature envers la jeune fille plus avertie que lui. Les initiatives successives d’Arvid font un récit un peu longuet mais l’ouvrage évoque avec pertinence et humour l’indétermination possible que chacun peut ressentir vis-à-vis de l’un ou l’autre sexe surtout au moment de l’adolescence et plaide avec générosité pour la plus grande tolérance.

 

Une arme dans la tête
Claire Mazard
Flammarion, 10,50€

DSC00638.JPGIl est le guerrier Conan l’Effaceur. Il a quinze ans. Il fuit pour se sauver des hommes qui l’ont enlevé il y a quatre ans, qui l’ont drogué, qui l’ont transformé en tueur et qui viennent de tuer son ami Wamba, enlevé en même temps que lui. Une rencontre salvatrice lui permet de fuir l’Afrique où sa vie est en danger. Il se retrouve en France pris en charge dans un foyer. Retour à l’école, projets d’avenir, Conan a retrouvé son vrai nom et doit enfouir son terrible passé.  Mais comment se libérer des images de mort qui le harcèlent, de la cruauté subie et donnée ? La rencontre avec la poésie d’Apollinaire ouvrira au jeune homme un pont vers une autre vie possible.

Le récit écrit à la première personne déroule le drame du héros avec des phrases courtes, ciselées, passionnées, révoltées. Un ouvrage essentiel à faire lire aux adolescents, aux adultes, qui souligne sans y toucher l’importance des rencontres, de la littérature, de la poésie.

 

Nola
Florence Aubry
Mijade, 8,00€DSC00637.JPG

Nola est lycéenne en classe de 1ère. Ce matin-là, pas de cours, Nola se rend dans une clinique pour une IVG. Elle a passé toutes les étapes préliminaires à l’intervention. Elle est déterminée. Sa mère l’accompagne jusqu’à la salle d’attente et traverse avec elle le groupe d’opposants à l’avortement qui se relaient devant l’entrée. Elles ne savent pas qu’elles ne se reverront qu’après un drame et des journées d’angoisse pendant lesquelles Nola se remémorera les évènements qui l’ont menée jusqu’à ce jour. Lorsque le cauchemar sera terminé, Nola aura-t-elle encore la liberté de choisir son destin ?

Le roman alterne entre le récit de Nola prisonnière de deux fanatiques anti-avortement et celui d’un de ces deux personnages, un jeune homme entraîné dans cette action violente par un dangereux déséquilibré. Pas de jugement de la part de l’auteur. Les deux récits déroulent les évènements qui ont mené Nola à se laisser piéger jusqu’à une unique relation et l’agresseur négligé par des parents irresponsables, à se laisser manipuler par un homme au passé violent.

Un livre fort, dur, mettant en évidence jusqu’où peut mener le fanatisme. Il permet en outre de poser le problème de la raréfaction des lieux ressources pour les femmes souhaitant interrompre une grossesse non désirée.  

 

Retrouvez et commandez
les livres sur notre
site www.loiseaulire.fr

 

22:22 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres

16 décembre 2014

Coups de coeur de Charlotte

La vérité qui est en moi
Julie BerryDSC00636.JPG
Ed. des grandes personnes, 16,50€

Il y a quelques années Judith a disparu peu de temps après sa meilleure amie. Seule Judith est revenue, deux ans plus tard, muette, la langue tranchée. Elle n'a raconté à personne ce qui lui était arrivé, pire, dans ce village où chacun juge son voisin, personne ne cherche à savoir.pas même Lucas son ami d'enfance, à qui Judith s'adresse tout au long du roman. Elle qui ne peut pas parler, lui voue un amour inconditionnel depuis toujours, mais en silence, dans sa tête. Elle lui cache ses sentiments, même lorsque sont annoncés ses fiançailles avec la plus jolie fille des environs. Judith ne croit plus à son droit au bonheur. Lorsqu'une terrible menace pèse sur le village, seule Judith détient la solution pour les sauver. Mais … Il faudra se souvenir, parler, replonger dans son passé et pire y retourner.

Un roman qui tient en haleine, c'est au fil de la lecture que l'on apprend l'histoire de Judith. On y découvre que chaque personne a un côté sombre, que derrière un sourire peut se cacher des pensées malveillantes. Mais aussi que des personnes que l'on juge mal peuvent être d'une aide précieuse...

 

La soupe américaine
Anaïs Sautier
Ecole des loisirs, 15,50€

Mona attenDSC00635.JPGd avec impatience le rituel familial de la Pentecôte, partir en vacances avec « Crapule » sa petite sœur et Johnny son grand frère à Chissou chez leur grands-parents. Mona ne connaît de ses racines grecques que les histoires de maquisard, de guerre et d'exil de son Papou adoré. Mais cette année, absolument rien ne se passe comme prévu : Johnny retenu par son internat en médecine ne les emmène pas à Chissou. 

Il faut se tenir tranquille car Mamie Lala est fragile du cœur.Papou perd complètement la tête...Il les appelle par leur prénom, chose qui n'est jamais arrivée. Pire ! Il dévoile l'ingrédient secret de la soupe américaine, le menu incontournable des vacances ! Il paraît absent, distant,... Et puis il y a ce coup de téléphone venu de Grèce qui bouleverse complètement Mamie Lala et qui va tous les envoyer là-bas.

Un beau roman sur l'histoire d'une famille, ses secrets et ses non-dits. Mona est un personnage extrêmement sensible qui cherche à protéger ceux qu'elle aime. Et puis c'est une histoire placée dans l'Histoire, qui raconte à travers ses personnages la Grèce en guerre et la Grèce d'aujourd'hui.

Retrouvez et commandez
les livres sur notre
site www.loiseaulire.fr

 

22:07 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livres