Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 septembre 2011

Les arbres pleurent

Wangari MAATHAI

première femme Prix Nobel de la Paix

est morte ce 25 septembre 2011

 

Wangari Maathai.jpgWangari MAATHAI, la femme qui plante des millions d’arbres

Franck PREVOT

illustrations d'Aurélia FRONTY

Rue du Monde, 17 €

Un bel album pour nous conter la vie de Wangari Maathai, qui vit son destin changé grâce à cette question posée par son frère : « Pourquoi Wangari n’irait pas à l’école ? », alors que la tradition voulait qu’une fille aide sa mère avant de se marier et d’avoir des enfants. Elle fit donc des études et partit même les poursuivre aux Etats-Unis.

Mais à son retour au Kenya, c’est le choc : après les colons britanniques, ce sont les kenyans qui détruisent leur propre forêt. La misère s’est installée, la végétation meurt, les animaux sauvages se font rares. Alors Wangari sait à quoi vont lui servir ses études : convaincre petits et grands que la forêt est un des plus précieux trésors de l’humanité.

En 1977, elle crée le Mouvement de la Ceinture Verte et, de village en village, elle parle au nom des arbres, des animaux, des enfants, les adultes de demain, et elle replante des arbres. Elle se bat contre ceux qui s’enrichissent de la déforestation, contre la dictature. On veut l’abattre, l’emprisonner, mais elle continue, elle crée un parti écologique pour tenter de faire chuter la dictature qui affame le peuple, le divise. Enfin en 2002, le président Daniel Arap Moi tombe et pour Mama miti, « la mère des arbres » comme on l’appelle affectueusement, c’est une nouvelle histoire qui commence.

En 2004, elle se voit décerner le Prix Nobel de la Paix.

Un album qui se lit d’une traite. Un texte simple, poétique, accompagné par les illustrations d’Aurélia Fronty. Un album à partager.

Un hymne à la nature et à la paix porté par ce portrait.

A la fin de l’album, un dossier permet d’en savoir un peu plus sur la « mère des arbres »

Annie 

Les commentaires sont fermés.