Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juillet 2007

Pacamambo

79e44e27bff953f96b3b15c44f5899b1.jpgde Wajdi MOUAWAD, éditions Actes-sud junior - 5 €

Au cabinet du psychiatre, Julie accepte finalement de se raconter. Raconter pourquoi elle est restée 19 jours planquée dans une cave avec son chien le Gros, auprès du corps en décomposition de sa grand-mère qui venait de mourir. Comment elle a voulu trouver le chemin qui mène à Pacamambo, le lieu de toutes les lumières, là où la mort a emmené sa chère Marie-Marie. Et puis au passage la trouver ELLE aussi, la mort, pour régler ses comptes avec elle. « Lui dire que de ne pas fermer les yeux de celle qu’elle tue, c’est comme partir de chez soi sans fermer la porte. Ca ne se fait pas. » Mue par sa colère, Julie va redécouvrir la légende de Pacamambo que lui racontait sa grand-mère, cherchant à en rassembler les fils qui lui permettront d’accepter la réalité plus sereinement. Cette courte pièce de Wajdi Mouawad, auteur libano-québécois, est écrite dans une langue crue qui rend compte de la révolte de cette jeune fille face à la mort d’un être cher. Une histoire que l’on reçoit comme un coup de poing (mais la mort ne l’est-elle pas, ELLE aussi ?). Or Pacamambo semble être un endroit si paisible, que cette lecture finit par mettre un peu de baume sur ces blessures de la vie…

19 juillet 2007

Aerkaos 1 - Les Frères de la ville morte

5104c87ee9b804845e897176e5893f98.jpgde Jean-Michel PAYET - éditions du Panama - 16 €

Ferdinand vient de perdre son vieil oncle, relieur de son métier. Il trouve un vieux livre qui l’intrigue, il commence à le lire, et chose étrange, l’histoire s’écrit au fur et à mesure de sa lecture. C’est ainsi qu’il découvre l’histoire d’Oonaa, une jeune vestale qui vit dans la citadelle de Maahsandor, où, jour après jour elle apprend la Parole, texte fondateur de l’ordre Sunique, tout autre livre étant interdit. Mais un jour, voulant récupérer une écharpe, elle quitte la citadelle, et, malgré elle assiste à la réunion d’un groupe remettant en question les fondements de cette société autoritaire .La preuve de l’imposture du dirigeant se trouverait dans un livre que, bien malgré elle Oonaa se voit confier. Elle choisit de le cacher et se trouve ainsi emportée dans une aventure mettant en péril sa vie. Cette histoire c’est celle que découvre Ferdinand, et si lui aussi se trouvait emporté dans cette aventure…
Un récit captivant qui se lit avec plaisir, le lecteur s’attache vraiment aux personnages. Le tome deux se passe davantage dans notre monde mais est aussi passionnant que celui-ci.

10:05 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

17 juillet 2007

Le Nez

f8eedb02d4809909fff246fef48ded5d.jpgd'Olivier DOUZOU - éditions MEMO -  15 €

 

A vue de nez, cette histoire pourrait vous sembler banale : un jour, on se réveille, on est enrhumé, et on parle du nez !
Mais pour Olivier Douzou, grand oulipien des temps modernes, en faire une aventure des plus rocambolesque est un jeu d’enfants !
Puisqu’enrhumé ce nez ne souhaite qu’une chose, pouvoir respirer à nouveau normalement, et pour ce faire, il lui faut trouver un grand mouchoir ! Dans cette quête, il va rencontrer un mouton, un dez de clown, une trombe d’éléphant, un groin, un mec, une druffe de chien, et même le dez en mois de Binoghio, tous aussi mouchés que lui. Enfin lorsque se pointe le poivrier, ce dernier les fera tous éternuer, et tout le monde s’en retournera soulagés, débouchés, enchantés (sauf notre principal intéressé, qui était complètement mouché…). Comme le dit si bien l’auteur (qui signe aussi les illustrations), l’hisdoire aurait bu s’arrêter là… Mais c’est qu’elle est bien longue, la route qui mène au grand mouchoir, et nombreuses sont les péripéties qui la constitue !
Et c’est tant mieux pour nous, car qu’est-ce qu’on rigole avec ce nez ! Ce livre est un vrai plaisir à mettre en voix ; lisez-le tout haut et appliquez-vous à ne pas vous embourber dans cette ronde de mots enrhubés !! Quel style, quel pif oserais-je dire ! Mieux que ça, c’est un pic, c’est un cap de délire littéraire. Aussi un bel hommage au grand Gogol. Chapeau !

10:05 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : album

14 juillet 2007

Naufragée

5fa13419e88ffb2798a20301241c82b7.jpgde Sylvain ESTIBAL, photos de Yannick VIGOUROUX - éditions Thierry Magnier - 13 €

Une plage, des clandestins y ont fait naufrage. Surprise des autorités, parmi les naufragés, une femme blanche. Au fil du récit elle se remémore comment elle est arrivée là. Un jour, sur l’île où elle vit, il y eut un naufrage et elle a recueilli quelques jours un clandestin. Il est reparti et elle a souhaité refaire son itinéraire, voir où il vivait, comment il vivait, pourquoi il a quitté son pays, et comme lui s’embarquer avec d’autres clandestins.
Avec elle nous suivons le destin d’un de ces clandestins, nous essayons de comprendre.

10:05 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

12 juillet 2007

L'Heure du bisou

0cb061dea45210c5008ec154f0931263.jpgd'Antoine GUILLOPPE - éditions Gautier-languereau – 11 €

Antoine Guilloppé nous étonne et nous séduit souvent par sa façon de traiter le noir et blanc dans ses albums, on se souviendra de  Loup noir, et plus récemment de  Un jour, deux ours. Ici, des couleurs, de grands aplats de couleurs, pour nous faire découvrir toutes sortes de bisous insolites : une grenouille et un cygne, une girafe et un léopard, un renard et une chauve-souris, un loup et un écureuil… et le plus beau de tous : « celui du jour où je suis né » avec un koala et un papillon. Un album tout de tendresse à partager avec les plus jeunes. De superbes illustrations où tout, dans l’attitude des animaux laisse transparaître la tendresse.

10:15 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : album

11 juillet 2007

Les Chants de la lune noire 1

ab0bc8aff2c11b37dc7e583c322a0f18.jpgd'Yves BULTEAU - éditions Seuil jeunesse - 10 €

« Ecoutez Rêb, et vous saurez l’histoire des temps perdus. Ecoutez-moi, Maho et Loa… » Le vieux sage de Neandertal, chaque soir dit les Chants de la Lune noire, il dit l’histoire de l’Enfant, qui pour la première fois part seul à la chasse, pour  gagner son nom d’homme. C’était il y a deux cent mille années, au temps de la préhistoire.  Fleur Ciel, elle aussi est seule, son clan a été exterminé par les loups. Les deux enfants se rencontrent, et ensemble,  ils vont tuer un Longue dent hurleur. Ensemble ils rentrent au camp, l’Enfant devenu Feu Hurleur sera fêté  mais Fleur Ciel difficilement acceptée, pourtant Feu Hurleur partage avec elle le serment des chasseurs. Mais jamais une femme n’a combattu une bête terrible, jamais un homme et une femme n’ont partagé le serment.
L’hiver est là, long et rigoureux, le gibier manque, la famine s’installe, Fleur Ciel est rejetée par le clan, mais Feu Hurleur continue de la protéger.
Ce roman nous plonge dans l’atmosphère de l’ère primitive. Nous voyons vivre ces hommes dont la vie dépend de la nature, mais les problématiques, intégration, amour, solidarité sont de tout temps.
Yves Bulteau a su donner à son récit une grande poésie, par son écriture il rend compte des pensées de ces hommes, on suit avec émotion leur difficulté à se nourrir, à survivre dans cette nature hostile.

10:55 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

10 juillet 2007

Rendez-vous sous les cerisiers

5a29e9002a873e03640790461c520575.jpgde Cendrine Guenin illustrations de Nathalie Novi - Le baron perché - 14.50 €

Septembre 1914, Henri est mobilisé, au village Marguerite l’attend. Elle lui écrit, des lettres tendres, décrivant sa vie, ses espoirs, des anecdotes sur ce qui se passe au village, mais surtout elle lui dit son amour, l’attente de son retour. Les lettres d’Henri sont moins fréquentes, elles parlent de la guerre, de son amour, mais peu à peu, l’horreur de la guerre transforme Henri qui délie Marguerite de sa promesse. Elle se révolte, continue à écrire des lettres qui restent sans réponse. Ce sont ces lettres, que Marguerite, devenue vieille, fait lire à sa petite fille, ces lettres qui l’ont habitées toute sa vie. Un album qui dit avec une certaine poésie ce que vivaient, ce que ressentaient les jeunes gens pendant la grande guerre. Les illustrations de Nathalie Novi sont somptueuses, elles accompagnent chaque lettre en restituant merveilleusement leur ambiance.

 

10:15 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : albums

09 juillet 2007

Des larmes aux rires - les émotions et les sentiments dans l'art

f6e49c74fd5ff39a8d5db95141340bf8.jpgde Claire d’HARCOURT - éditions du Seuil/Le Funambule - 25 €

Des larmes aux rires est aussi réussit que  Du coq à l’âne auquel nous avions décerné le prix Sorcières. De superbes illustrations qui nous font découvrir comment les artistes du monde entier ont traduit les sentiments humains. Une centaine d’œuvres d’art, face à face se rencontrent. Visages poignants, drôles, émouvants. Quatre chapitres : De la solitude à l’amour, du songe à l’effroi, de l’orgueil au pardon, de la fureur au bonheur pour explorer nos états d’âme, nos émotions. Les illustrations sont simplement légendées, mais à la fin de chaque chapitre les œuvres sont commentées. Un livre d’art pour tous, de l’enfant jeune qui simplement le feuillettera fasciné par les images au plus grand qui lui aussi feuillettera pour le plaisir mais pourra aussi approfondir sa connaissance de l’art en lisant les commentaires.

07 juillet 2007

Ta photo dans le journal

11ac448f5bfb40f269b03a4fd8a15e5e.jpgde Marie BRANTOME - éditions du Seuil - 12 €

Pour ses vacances, Laure doit passer deux mois chez un vieux couple et leur fille Francia, une « simple » comme le dit la mère de Laure. Ce n’est vraiment pas les vacances dont rêvait Francia, mais ses parents ne peuvent lui offrir mieux. Dès son arrivée Laure est choquée par la façon dont madame Pinsart s’adresse à Francia, humiliée, rabrouée, bonne pour toutes les corvées de la maison. Heureusement il y a Pierrot, un « gosse » de l’assistance qu’ils accueillent pour l’été. Très vite une complicité s’installe entre Pierrot et Laure, il lui fait découvrir les secrets de son « royaume » : la forêt, les chèvres, la ferme, et elle l’aidera à apprendre à lire et à écrire, afin qu’il puisse réaliser son rêve. Mais cette complicité rend Francia de plus en plus agressive, elle ne supporte pas ces deux intrus dans sa petite vie. Brimée par sa mère, elle reporte sa hargne sur les deux enfants. Hargne proche de la folie.

Un roman sensible, l’atmosphère pesante de la famille est très présente et pourtant les relations de Laure et Pierrot donnent un ton léger et optimiste au roman.

10:15 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

05 juillet 2007

Isayama

dcc7726a3f35550b1ee06cc68f2e47cd.jpgde Pierre BOTTERO, illustrations Jean-Louis THOUARD - éditions Milan jeunesse - 12.90 €

Isayama, la titanesque, Isayama, le rêve de géants en quête d’étoiles,  l’un la contemple, d’autres tentent de la gravir.
Depuis qu’il est né, Kwaï a vu, dans son coin de Mongolie, les caravanes se succéder tous les quatre ans, à l’assaut de la montagne imprenable. Nul n’a jamais atteint son sommet.
Certains avaient la force mais pas le respect et ceux-là passent sans un regard vers le spectateur, dans le faste de leur caravane immobilisés, plan rapproché et  contre plongée disent tout de leur superbe.
D’autres possédaient la force, le respect mais pas le doute ; si ceux-là ne nous regardent pas c’est parce que, ténébreux, ils avancent tête baissée et leurs corps envahissent le cadre.
Le dernier enfin portait en lui la force, le respect, le doute. Celui-là, si sa tête à son retour se baisse, c’est pour dissimuler une larme, il lui manquait un grain de folie pour réussir.
Dans la steppe démesurée et sous le regard serein de son arrière-grand-mère luna, Kwaï dit « Moucheron » reste, les observe, apprend et, entre deux, mange des galettes de riz.
Immobile au bas de la montagne, au fil des ans –et passe le regard de luna, et cessent les galettes- il apprend à devenir un homme capable de gravir Isayama. Là-haut, tout là-haut –l’horizontale steppe cède la place à la verticale montagne- après les rocs acérés, l’attend le dernier clin d’œil de luna…

Isayama, un récit initiatique, un conte de sagesse ? Une virevolte de dessins à l’encre qui se joue des plans et cadrages ? Tout cela à  la fois et surtout un album qui dit le désir de dépasser ses limites parce qu’à la semelle un grain de folie est accroché.

 

Béatrice ADDED, les îles Indigo

16:15 Publié dans dernières lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : contes