Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juillet 2007

Chemin bleu

Le chemin bleu, Anne Brouillard- Seuil jeunesse- 13 €

02c428a701de54852100ddfc8591b163.jpg

                       

                        Je ne sais plus ce qu’on appelle un « album jeunesse ».Le chemin bleu est destiné à toute personne humaine, enfant ou adulte qui y trouvera une paix tranquille et sereine, un écho profond à ses questions les plus intimes et une proposition d’harmonie.

                        Il y a les images, offertes, données, DONNER A VOIR et il y a les mots, on ne peut pas les séparer, et voilà un livre où s’installe la vie, simple et évidente, comme « notre » vie à nous, parfois.

Chaque élément est à sa place, entre rêve et réalité, même le paquebot entrevu entre les arbres n’est pas étranger, tout est rassurant, apaisant : l’arbre n’a pas bougé, le cheval blanc,immuable, attend le bon moment pour nous emmener «  voir l’autre côté de la forêt », l’école redevient maison, le passé et le présent se réconcilient, rien ne chavire, tout est à portée de main, même le ballon rouge incontrôlable, porteur de désirs et d’escapades, même le globe terrestre, ramené aux dimensions de la maison.

                        Pourquoi avons-nous oublié que notre vie est faite d’instants comme ceux là, qu’il est peut être facile d’en éloigner les angoisses et les contraintes superflues, qu’il suffirait juste de regarder autrement et de laisser entrer la lumière jaune des matins d’hiver, en considérant toute l’importance d’une balle écarlate, d’un cheval patient et d’un arbre noir, gardien de notre enfance…

Il y a là une posture face aux évènements, une façon d’être et de ressentir très profondément l’alliance de l’humain avec la nature, éléments indissociables, complémentaires, comme dans tous les albums d’Anne Brouillard. Comme aussi dans certaines œuvres de peintres et de poètes chinois où l’épure et la recherche de la simplicité nous amène à considérer enfin l’essence même des êtres et des choses. Et à rester à notre place dans ce monde.

Martine Bourre

Commentaires

Avec Anne Brouillard, nos fêlures ne sont plus aussi défaillantes et nos failles apprennent à être tantôt fleuve, tantôt canal.

Écrit par : la bacchante | 30 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.