Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2010

Rencontre avec Régis LEJONC

 

Le samedi 13 novembre dernier, nous avons eu la chance de recevoir Régis LEJONC, pour une séance de dédicaces.

Un grand merci à lui pour sa présence et sa générosité, et à vous tous qui êtes venus partager ce moment privilégié avec nous !

DSC02911.JPG

La veille, Régis LEJONC s'était rendu dans une classe de moyenne section de maternelle à l'Ecole Victor HUGO. A en croire le rire des enfants, tout s'est bien passé !


DSC02926.JPG

DSC02924.JPG


Voici l'article qu'a écrit Béatrice CHERRY-PELLAT pour La Dépêche :



Dédicace de Régis Lejonc à L'Oiseau Lire

"Je n'aime pas illustrer mes propres textes"

Samedi, la librairie L'Oiseau lire proposait une séance de dédicaces en présence de l'auteur/illustrateur Régis Lejonc. Rencontre.

Ce jour-là, Régis Lejonc avait oublié ses crayons. Dommage pour une séance de dédicaces. Il est donc allé en acheter. Avec un petit carnet. En attendant, on a regardé ses livres. Tous ses livres. Aussi bien ceux qu'il a écrits que ceux qu'il a illustrés. Ou que ceux qu'il a édités. L'homme est polyvalent. Et quand on regarde son travail, on se dit "ça part dans tous les sens". Du pastel, de la peinture, du numérique, de la photo, des histoires d'amour impossibles, des contes traditionnels, des poèmes, des histoires drôles aussi. Régis Lejonc sait tout faire. Et ce talent, il dit le devoir au fait d'être autodidacte. "Jeune j'ai été marqué par Cubitus, le gros chien blanc et Tintin. Tous les samedis, j'attendais impatiemment le journal le Tintin. Puis par Thorgal. J'aime beaucoup les dessinateurs belges. Ensuite, ce sont les comics américains et les super héros qui m'attiraient. J'ai donc voulu être dessinateur de BD. Mais je ne savais pas bien dessiner...". A 18 ans, Régis Lejonc se lance alors dans la peinture, "je faisais de l'abstrait... ça ne me demandait pas beaucoup de connaissances techniques !" s'amuse-t-il.

Durant ses années à Sciences-po, il peint. Beaucoup. "A Paris, j'exposais régulièrement. Je vendais, de temps en temps. Du coup, je n'avais pas besoin d'avoir un travail à côté. Ça me suffisait".

Au début des années 90, alors qu'il travaille de temps à autre comme dessinateur de presse, il fait la connaissance d'Olivier Douzou. "On avait une amie en commun. Elle avait un de mes tableaux chez elle, Olivier l'a apprécié. Il a voulu me rencontrer". Auteur phare des éditions du Rouergue, Olivier Douzou écrit, en 1992, Tour de manège. Régis Lejonc sera l'illustrateur. "C'est en regardant un rapport d'activité d'EDF dans lequel j'avais dessiné qu'il m'a demandé d'illustrer son texte dans ce style" se souvient-il. Ce sera son premier livre pour la jeunesse.

Puis vient le temps de la pub. "Les agences de pub regardaient souvent ce qui se faisait aux éditions du Rouergue. Elles m'ont contacté de plus en plus régulièrement pour dessiner". Régis Lejonc alterne commandes publicitaires et commandes pour l'édition jeunesse. Jusqu'à il y a 6 ans, lorsqu'il a décidé de se consacrer entièrement aux livres pour enfant. "La pub m'a permis de bien gagner ma vie, c'est ludique et ça m'a fait progresser en dessin. Mais j'en ai eu marre, ça ne m'amusait plus".

Peu à peu, il est sollicité par d'autres maisons d'édition. Didier Jeunesse, Rue du Monde, Grandir... Il se met à écrire aussi. Les deux géants (éd. du Rouergue) sera sa première publication en tant qu'auteur et illustrateur. Une expérience difficile. "Je n'aime pas illustrer mes propres textes. J'ai l'impression que je n'ai plus rien à dire, que je n'emmène le lecteur nulle part". Ce qu'il aime c'est la collaboration. Avec Franck Prévot, Martin Jarrie, Henri Meunier... Il dessine. Ou il écrit. Devenu directeur de collection aux éditions l'Edune, il édite également.

Et en 2009, c'est la consécration. Régis Lejonc sort un imagier de 200 pages aux éditions Thierry Magnier, Quelles couleurs ! Un nuancier de douze couleurs, du clair au foncé, du pâle au vif. Des photos, des peintures, des affiches publicitaires, des dessins numériques, des devinettes, des jeux de mots... tout y est. Un concentré de ce qui l'intéresse, comme il l'explique. Un ouvrage qui lui vaudra, cette année, le prix de l'illustration décerné par le Centre de l'illustration de Moulins. "C'est un exercice que je souhaiterais renouveler". Et nous, de redécouvrir. Alors vivement le tome 2.

10:52 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : régis lejonc

03 novembre 2010

Régis Lejonc à l'Oiseau Lire

Régis Lejonc

 

A

 

L’Oiseau lire

 

Le 13 novembre

De 10 heures à 13 heures

Et de 14 heures à 17 heures30

Vous découvrirez ces deux

derniers albums

 

41672.jpg

 

Le Golem

Texte d’Anne Jonas

 

413cFiqWf5L._SL160_.jpg

 

Et

Le Petit Chaperon rouge

Ou la petite fille aux habits de fer blanc

Texte de Jean-Jacques Fdida (14,00€)

 

De nombreuses versions du Petit Chaperon rouge existent de part le monde, mais l’on connait peu celles d’avant Perrault, et c’est une de ces versions que nous propose, avec son talent de conteur et son exigence de fidélité à la tradition orale, Jean-Jacques Fdida. Son héroïne n’est pas une petite fille sage, mais une petite coquine qui use son habit et ses souliers de fer, pour plus vite aller seule dans la forêt, où jeune fille affriolante elle se pique au jeu de la séduction, choisissant : 

 «  le chemin des épingles

Avec lesquelles on peut s’attifer

Plutôt que celui des aiguilles

Avec lesquelles il faut travailler »

Bien sûr le loup dévore la grand-mère, mais point de chasseur pour lui ouvrir le ventre, non le sang et la chair de sa grand vont nourrir la jeune fille qui pratiquera l’art de l’effeuillage avant de rejoindre le loup et de lui échapper par une ruse scatologique.

Ce petit livre rouge, ressemble aux livres d’images d’autrefois, mais ne vous y trompez pas, il n’y a pas que le texte de Jean-Jacques Fdida qui revisite le conte, les illustrations de Régis Lejonc accompagnent la fillette dans sa transformation. D’abord petite fille espiègle, au fil des pages elle devient une aguichante jouvencelle. Les illustrations éclairent le conte. Forêt sombre, loup inquiétant surgissant du bois, et fillette se transformant au fil des pages en une jeune fille sensuelle. Une réussite qui m’a rappelé les photographies de Sarah Moon illustrant le petit chaperon rouge de Charles Perrault avec une audace et un talent contesté à l’époque (1983).

Annie Falzini

 

 

 

quelles-couleurs.jpg

Et

Son imagier génial

 

Quelles couleurs

 

 

Imagier ? Livre d’artiste ? Je ne sais, mais ce que je sais, c’est que c’est un livre précieux, un imagier comme on en rencontre malheureusement trop peu. Une suite d’illustrations, de photographies, de compositions graphiques issues de la culture populaire, de la bande dessinée, du cinéma, de la chanson ; toutes extraordinairement belles, drôles, bourrées de références qui réjouiront les adultes. Cette succession d’images nous entraîne dans une balade où l’on découvre ce que chaque couleur évoque à Régis Lejonc.

« Ce que je sais, c’est que si le monde était sans couleur, il ne serait pas noir et blanc, comme dans les vieux films. Si le monde était sans couleur, il serait bêtement invisible à nos yeux. »

J’espère que chacun, grâce à ce nuancier, découvrira quelle est sa couleur préférée, du blanc Melville (hé oui, sa baleine) au bleu, Blues, en passant par le rouge, petit chaperon. Un régal ….

 

Et bien sûr

Tous ses autres livres

Dont

Les indiens

De Franck Prévot

Dans la sélection des

 Dévoreurs 2011

02 octobre 2010

Premier Salon du Livre jeunesse d'Evreux !

 

Samedi 16 et  Dimanche 17 octobre 2010

 

1er Salon du Livre jeunesse

 

Vous aurez le plaisir de venir y rencontrer des auteurs et des illustrateurs

que vous connaissez ou que vos enfants connaissent,

et qui nous ont fait la gentillesse de

répondre à notre invitation

 

Bien sûr,

ont répondu présents

les deux auteurs - illustrateurs ébroïciens

Martine BOURRE

et

Maurice POMMIER

Je ne pense pas qu’il soit utile de vous les présenter

mais juste, comme cela pour le plaisir,

quelques livres :

Dans l'atelier de Pépère.jpg

rouge gorge.jpg

 

Et...

 

Béatrice FONTANEL

Auteure de :

L’histoire de France dessinée

Henri IV roi de tolérance

 Elisabeth 1ere reine d’Angleterre

(Illustrés par Maurice POMMIER)

Shéhérazade

(Sélection des Croqueurs 2011)

 

Antoine GUILLOPPE

Illustrateur de:

Grand corbeau

(Sur un texte de Béatrice FONTANEL)

Pleine lune

(Son nouvel album)

 

Alice BRIERE-HAQUET

Auteure de :

La princesse qui n’aimait pas les princes

L’épouvantail

(Croqueurs 2009)

 

KOCHKA

Pour :

Le grand Joseph

Ayouna et les ailes de la liberté

(Ces deux romans sont dans la sélection des Dévoreurs 2011)

Le destin blanc de Miyuki

(Sélection des Croqueurs 2011)

 

Catherine MISSONNIER

Auteure de :

Une saison avec les loups

(Prix des Dévoreurs 2003)

Les gardiens du secret

(Trilogie)

 

Maryvonne RIPPERT

Auteure de :

Métal mélodie

(Sélection 2011 pour le Prix des lycéens et pour le Prix des Dévoreurs)

L’amour en cage

(Dévoreurs 2010)

 

Cécile ROUMIGUIERE

Auteure de :

Pablo de la Courneuve

(Prix Janush Korzcak 2010)

Demain la lune

(Dévoreurs 2010)

Rouge Bala

 

Catarina VALCKX

Auteure et illustratrice de :

Totoche et la petite maison de Mérédith

Coco panache

Haut les pattes

(qui arrivera pour le salon)

 

Franck KREBS

 Pour :

Opération Phénix

(Dévoreurs 2009)

Tom Cox

 

Eric PINTUS

Conteur et auteur pour :

Faim de loup

(Sélection des Croqueurs 2011)

Ours qui lit

(Illustré par Martine BOURRE)

 

Franck Prévot

Auteur de :

 Les tortues de Bolilanga

(Dévoreurs 2010)

Les indiens

(Sélection des Dévoreurs 2011)

Paradiso

 

Hélène RAJCAK et Damien LAVERDUNT

Pour :

Petites et grandes histoires des animaux disparus

 

Nous vous attendons

 nombreux à ce premier salon !

08 juin 2010

rencontre avec Didier Daeninckx à l'IUFM

Pour la Quinzaine des Librairies Sorcières la librairie avait choisi de mettre en avant l'album, Missak, l'enfant de l'affiche rouge

missak.jpg

à cette occasion, vendredi 28 mai Didier Daeninckx a rencontré ses lecteurs dans l'amphithéâtre de l'IUFM. Engagement et dénonciation en fil conducteur.


OK1.jpg

"Si on est satisfait du monde, on n'écrit pas"

Inutile donc de demander à Didier Daeninckx comment lui est venu le goût pour l'écriture. Naturellement. L'immigration, les planques, la guerre, l'antimilitarisme, un grand-père d'extrême-gauche, Didier Daeninckx connaît bien cette atmosphère. Il y a été baigné dès son plus jeune âge. "Ma mère travaillait comme dame de cantine. Pendant des jours elle disparaissait. Plus tard, j'ai appris qu'elle passait des valises en Espagne sous la dictature de Franco". Une famille saisie par l'histoire. "J'ai cherché à comprendre ce qu'il se passait autour de moi, percer les mystères, les secrets". Sa curiosité le pousse dans la recherche, il se passionne pour l'écriture, les journaux, la vie en général.

OK2.jpg

Ouvrier imprimeur, Didier Daeninckx s'essaie un temps au journalisme avant de se consacrer uniquement à l'écriture de romans noirs, de nouvelles et d'essais. L'après-guerre, le négationnisme, les massacres ethniques, Daenincks montre du doigt, dénonce, tente de montrer la vérité. Toujours en s'appuyant sur des sources historiques, il effectue un véritable travail documentaire où rien n'est laissé au hasard. Pourtant, il ne se dit pas historien, c'est "une passion sans patience" admet-il.

OK3.jpg

Provocateur ? sans doute.

Dans les années 80, il s'essaie à la littérature de jeunesse. Par hasard. "J'étais invité à un atelier d'écriture - chose que je ne fais jamais - dans mon ancienne école. Je pouvais pas refuser ! Durant cet atelier, un hold-up a eu lieu dans la banque qui se trouvait en face de l'école. C'était au moment de la fête des mères. Ce fait divers m'a inspiré un roman que j'ai intitulé La fête des mères. À ce moment, les éditions Syros lançaient leur collection Souris noire, mon texte a été publié". Un texte qui sera attaqué, jugé "destructeur des liens familiaux", accusé de "mettre la littérature de jeunesse au service des forces obscures"... Daeninckx comprend les enjeux de cette littérature : "il faut continuer !". Et l'auteur continue. Avec Le chat de Tigali, étudié dans de nombreuses salles de classe, où il dénonce le racisme.

OK4.jpg

Au début des années 2000, les éditions Rue-du-Monde, dont son fondateur Alain Serres est lui aussi une personnalité engagée, contactent Didier Daeninckx pour écrire un texte sur les rafles. Né "Il faut désobéir", le premier tome d'un triptyque sur la Seconde guerre mondiale.

Daenincks IUFM.JPG

Rien d'étonnant que quelques années plus tard, cette même maison d'édition lui demande de faire un album d'après son roman Missak, une biographie sur le résistant arménien Missak Manouchian. Des recherches toujours basées sur des faits, des documents d'archives, mais cette fois, Daeninckx se livre à des échappées poétiques. "L'utilisation de métaphores est impossible dans le roman. Ici, les illustrations de Laurent Corvaisier donnent une certaine densité, une élévation".

Un jeu de passé/présent, de la couleur, du noir et blanc, une alternance entre le souvenir et la vie en prison, Daeninckx émeut par la simplicité et l'évocation de sentiments profonds. Car si la vie de son héros est ponctuée par la mort et la violence, son dernier message - une lettre écrite à sa femme peu de temps avant de mourir - sera remplie de vie et d'espoir.

article de Béatrice CHERRY-PELLAT, paru dans LA DEPECHE vendredi 4 juin 2010

 

15:04 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (2)

12 mai 2010

Didier DAENINCKX ! ! ! ! ! !

L'Oiseau Lire a choisi de vous faire rencontrer

Didier Daeninckx

dans le cadre la Quinzaine des Librairies Sorcières

pour un album coup de cœur :

Missak, l'enfant de l'affiche rouge

 

missak.jpg

 

 

vendredi 28 mai
20h30

rencontre tout public

à l'IUFM

 

samedi 29 mai

10h-12h30

14h-17h30

rencontre dédicace

à la librairie

 

 

Venez (re)découvrir ses livres

galadio.jpg

meurtres_pour_memoire.jpg

 

memoire_longue.jpg

 

et du 15 au 29 mai

ne manquez pas l'exposition des originaux de Missak

par Laurent Corvaisier

à la librairie

 

 

19:02 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0)

24 avril 2010

Petite leçon de dessin avec Baudoin

Jusqu'au 17 avril dernier, la Maison des Arts d'Evreux exposait plusieurs originaux de Baudouin, dont les planches de son tout récent Peau d'âne (Gallimard) ainsi que celles du Chemin de Saint-Jean (L'Association). A l'occasion d'une rencontre avec le public, l'illustrateur nous a offert une leçon de dessin particulière, à la manière de celles qu'il donne dans son ouvrage La musique du dessin (éditions de l'An 2).

baudoin1.JPG

"Si je décide de faire un visage, dès que la figure s'ébauche elle m'envoie des messages auxquels je dois répondre. Encore une fois un dialogue s'établit."

baudoin2.JPG

"Les cheveux sont des taches, des tambours, les pupilles des beus et des tis tis, le contour du visage un aeu. Et je dois continuer."

baudoin3.JPG

"Je rajoute d'autres mots, d'autres sons, d'autres traits, d'autres taches. La vie apparaît et s'intensifie, je continue. Mais le pinceau devient lourd dans ma main. Je ne suis plus sûr de ne pas faire une fausse note en continuant. J'arrête."

baudoin4.JPG

16:26 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0)

13 avril 2010

Salon de Vernon : plaisir de libraire

Un auteur était absent, et des élèves de 3ème venus la rencontrer erraient dans le salon.... Je me suis donc dirigée vers eux pour leur proposer la lecture d'un album. Ils m'ont regardé, l'air de dire "elle est folle....un album !" Mais conciliants, ils ont fini par me suivre et s'installer par terre. Et me voilà qui commence la lecture de Moi dieu merci qui vit ici.

moi_dieu_merci.jpg

Grand silence durant la lecture, grand silence quand je referme le livre... "C'était beau." Ils me laissent leur dire en quelques mots qui était Dieu merci, puis se lèvent et me remercient.

Une classe des quartiers difficiles comme on dit. Une classe avec des élèves formidables, qui m'ont donné le plaisir de partager avec eux un moment fort.

Annie Falzini

Le salon de Vernon en images

DSC01797.JPG
DSC01792.JPG
DSC01793.JPG

16:21 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (1)

10 avril 2010

L'Afrique, petit Chaka...

Afrique_petit_chaka.jpg

"Raconte, raconte-moi, Papa Dumbo".  Et papa Dumbo, ce grand conteur, raconte à petit Chaka son enfance et la vie passionnante qui a été la sienne. Son récit dessine dans l’esprit de petit Chaka (et dans le nôtre) une image de l’Afrique intemporelle, reliant l’enfant à sa lignée, à sa culture et à la vie qui l’attend. L'histoire de Papa Dumbo nous montre l’importance fondamentale de la tradition orale qui reconstitue le passé africain, renseigne sur les structures sociales, enseigne les conceptions de la vie, les rapports avec la nature et le passage dans le "pays où le soleil ne se couche pas".

 

Le texte sous forme de dialogue reste très poétique et musical. On se laisse porter par le talent de conteur de papa Dumbo.

Les peintures de Marion Lesage accompagnent magnifiquement le récit. Des photographies de sculptures en bois, en terre, des masques, des cuillères, enrichissent le texte et donnent envie de se précipiter au musée du quai Branly, à Paris, où se trouvent tous ces objets.

 

Annie Falzini

 

 

14:16 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0)

19 mars 2010

Vitrine Afrique

vitrine afr L.JPG
vitrine afr 3.JPG

La vitrine en mars à l'Oiseau lire

13:19 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0)

13 mars 2010

Salon de Vernon

DSC01716.JPG
DSC01609.JPG
DSC01611.JPG

Que de cartons!

Retrouvez tous ces livres bientôt à Vernon

car

L'Oiseau lire sera présent au

8ème Salon du livre d'aventures de Vernon

qui a pour thème l'Afrique Noire

du 25 au 28 mars 2010

Espace Philippe Auguste à Vernon

Les auteurs présents : Anthony Asael, Romain Bally Kenguet Sopke, Fréderic Bihel, Elisabeth Combres, Nathalie Dieterle, Gwen Keraval, Thierry Lenain, Souleymane MBodj, Christophe Merlin, Christel Mouchard, Clément Oubrerie, Yves Pinguilly, Marie Sellier, Véronique Vernette, William Adjete Wilson, Zaü...

Toutes les informations : www.salonlivre-vernon.org

et nos bibliographies par pays : www.loiseaulire.fr

salon vernon visuel.jpg

12:45 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0)