Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2010

Rencontre avec Régis LEJONC

 

Le samedi 13 novembre dernier, nous avons eu la chance de recevoir Régis LEJONC, pour une séance de dédicaces.

Un grand merci à lui pour sa présence et sa générosité, et à vous tous qui êtes venus partager ce moment privilégié avec nous !

DSC02911.JPG

La veille, Régis LEJONC s'était rendu dans une classe de moyenne section de maternelle à l'Ecole Victor HUGO. A en croire le rire des enfants, tout s'est bien passé !


DSC02926.JPG

DSC02924.JPG


Voici l'article qu'a écrit Béatrice CHERRY-PELLAT pour La Dépêche :



Dédicace de Régis Lejonc à L'Oiseau Lire

"Je n'aime pas illustrer mes propres textes"

Samedi, la librairie L'Oiseau lire proposait une séance de dédicaces en présence de l'auteur/illustrateur Régis Lejonc. Rencontre.

Ce jour-là, Régis Lejonc avait oublié ses crayons. Dommage pour une séance de dédicaces. Il est donc allé en acheter. Avec un petit carnet. En attendant, on a regardé ses livres. Tous ses livres. Aussi bien ceux qu'il a écrits que ceux qu'il a illustrés. Ou que ceux qu'il a édités. L'homme est polyvalent. Et quand on regarde son travail, on se dit "ça part dans tous les sens". Du pastel, de la peinture, du numérique, de la photo, des histoires d'amour impossibles, des contes traditionnels, des poèmes, des histoires drôles aussi. Régis Lejonc sait tout faire. Et ce talent, il dit le devoir au fait d'être autodidacte. "Jeune j'ai été marqué par Cubitus, le gros chien blanc et Tintin. Tous les samedis, j'attendais impatiemment le journal le Tintin. Puis par Thorgal. J'aime beaucoup les dessinateurs belges. Ensuite, ce sont les comics américains et les super héros qui m'attiraient. J'ai donc voulu être dessinateur de BD. Mais je ne savais pas bien dessiner...". A 18 ans, Régis Lejonc se lance alors dans la peinture, "je faisais de l'abstrait... ça ne me demandait pas beaucoup de connaissances techniques !" s'amuse-t-il.

Durant ses années à Sciences-po, il peint. Beaucoup. "A Paris, j'exposais régulièrement. Je vendais, de temps en temps. Du coup, je n'avais pas besoin d'avoir un travail à côté. Ça me suffisait".

Au début des années 90, alors qu'il travaille de temps à autre comme dessinateur de presse, il fait la connaissance d'Olivier Douzou. "On avait une amie en commun. Elle avait un de mes tableaux chez elle, Olivier l'a apprécié. Il a voulu me rencontrer". Auteur phare des éditions du Rouergue, Olivier Douzou écrit, en 1992, Tour de manège. Régis Lejonc sera l'illustrateur. "C'est en regardant un rapport d'activité d'EDF dans lequel j'avais dessiné qu'il m'a demandé d'illustrer son texte dans ce style" se souvient-il. Ce sera son premier livre pour la jeunesse.

Puis vient le temps de la pub. "Les agences de pub regardaient souvent ce qui se faisait aux éditions du Rouergue. Elles m'ont contacté de plus en plus régulièrement pour dessiner". Régis Lejonc alterne commandes publicitaires et commandes pour l'édition jeunesse. Jusqu'à il y a 6 ans, lorsqu'il a décidé de se consacrer entièrement aux livres pour enfant. "La pub m'a permis de bien gagner ma vie, c'est ludique et ça m'a fait progresser en dessin. Mais j'en ai eu marre, ça ne m'amusait plus".

Peu à peu, il est sollicité par d'autres maisons d'édition. Didier Jeunesse, Rue du Monde, Grandir... Il se met à écrire aussi. Les deux géants (éd. du Rouergue) sera sa première publication en tant qu'auteur et illustrateur. Une expérience difficile. "Je n'aime pas illustrer mes propres textes. J'ai l'impression que je n'ai plus rien à dire, que je n'emmène le lecteur nulle part". Ce qu'il aime c'est la collaboration. Avec Franck Prévot, Martin Jarrie, Henri Meunier... Il dessine. Ou il écrit. Devenu directeur de collection aux éditions l'Edune, il édite également.

Et en 2009, c'est la consécration. Régis Lejonc sort un imagier de 200 pages aux éditions Thierry Magnier, Quelles couleurs ! Un nuancier de douze couleurs, du clair au foncé, du pâle au vif. Des photos, des peintures, des affiches publicitaires, des dessins numériques, des devinettes, des jeux de mots... tout y est. Un concentré de ce qui l'intéresse, comme il l'explique. Un ouvrage qui lui vaudra, cette année, le prix de l'illustration décerné par le Centre de l'illustration de Moulins. "C'est un exercice que je souhaiterais renouveler". Et nous, de redécouvrir. Alors vivement le tome 2.

10:52 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : régis lejonc