Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 janvier 2010

Roman : Eglal Errera

le rire de milo.jpgLe rire de Milo

Eglal Errera, illustré par Julia Wauters, Actes Sud Junior, 6,50 €

Irène, une fillette de 11 ans a décidé de tout nous raconter, et l'histoire qu'elle nous raconte commence par l'arrivée de Milo dans la famille. Milo, l'ami cultivé, exubérant, gai, drôle, « le rire de Milo ». Mais, Milo l'ami indispensable tombe malade et ne se remet pas. Pour le sauver, une seule solution : trouver Samir. Samir, laissé au pays. Pour sauver Milo, Irène et son père partent pour le Caire. Plaisir du voyage, de la découverte des lieux racontés par Milo et inquiétude : Où est passé Samir ? Heureusement le rire de Milo dénouera le problème.

Milo retrouve son ami, son amour et Irène découvre que deux hommes peuvent vivre un grand amour. Non ce n'est pas un livre sur l'homosexualité, elle est juste suggérée, mais c'est un beau grand roman sur l'amour et l'amitié. Un roman gai et plein de vie.

Annie Falzini

21 janvier 2010

le monde selon Kate Banks

le monde de lenny.jpgLe monde de Lenny

Kate Banks, traduit de l'anglais par Valérie Dayre

Thierry Magnier, 8,80 €

Lenny est un jeune garçon de 9ans. Intelligent, curieux, bricoleur, connaissant plein de choses, mais incapable de se plier à la discipline scolaire. Sa maman est une femme active, sans cesse en mouvement. Lenny ne connait pas la douceur de ses mains car elle est « modèle mains » et porte en permanence des gants. Heureusement, il y a Muriel. Elle sait écouter Lenny, le comprendre, le conseiller, l'aider, avec tendresse, patience et compréhension. Et puis, il y a Van, que Lenny a rencontré sur l'air de jeux et qui devient son ami. Ils se comprennent à demi-mot, construisent ensemble des « choses ». Mais Van est malade, il se bat avec beaucoup de courage contre une leucémie qui malheureusement lui sera fatale. Pour la première fois Lenny pleure et sa maman, pour le consoler, enlève enfin ses gants. Un roman joyeux et émouvant. Lenny et sa bonne humeur ne peuvent que séduire les jeunes lecteurs.

Annie Falzini

16 janvier 2010

Agnès de Lestrade en visite Dévoreurs

Dans le cadre des rencontres avec les auteurs des Dévoreurs de livres, Agnès de Lestrade a bravé les éléments déchaînés pour rejoindre Evreux et ses environs... La neige n'a pas eu raison de sa passion de transmettre et de rencontrer ses jeunes lecteurs.

Voici le titre sélectionné pour le niveau CM et, en images, ces instants précieux.

envol du herisson.jpgL'envol du hérisson

Agnès de Lestrade, Rouergue, 6,50 €

Le père d'Eugénie a perdu son travail. Au début, tout va bien. Comme c'est un papa bricoleur, il fait tout ce qu'il ne pouvait pas faire lorsqu'il travaillait.

Mais très vite, son moral baisse. Surtout quand, lors d'un entretien d'embauche, on lui fait comprendre que, passé la cinquantaine, on est vieux sur le marché du travail. Alors, il déprime. A l'école, la classe de CE2 est inscrite pour un grand concours au niveau départemental : construire un objet volant. La maîtresse souhaiterait l'aide d'un parent "bricoleur". Eugénie pense tout de suite à son père. A force de persuasion, il accepte et s'investit à fond : ils construisent un hérisson volant. La classe remporte la 2ème place et le père, un moral d'acier. Il décide de faire une formation pour devenir animateur en arts plastiques dans les centres de loisirs.  Marie-Claire Gervois, bibliothécaire

la classe agnes.JPG
La classe de Madame Boucheron, école de Guichainville
agnes montre.JPG
agnes classe 2.JPG

a de lestrade 2.JPG

agnes lecture.JPG
La neige !!!
agnes neige.JPG
agnes neige 2.JPG
agnes classe.JPG
La classe de Monsieur Durand 
A venir : des rencontres avec Cécile Roumiguière, Julia Billet et Thomas Lavachery !

15 janvier 2010

Déroute sauvage

deoute sauvage.jpg

Déroute sauvage

Guillaume Guéraud

Rouergue, 8 €

Quatrième de couverture : Sur le papier, c'est un voyage scolaire en Espagne, dans le cadre d'un projet pédagogique qui devrait permettre aux élèves de se familiariser avec leur deuxième langue vivante et de découvrir la vallée de l'Aragon. Sauf que ça vire au cauchemar. En pleine nuit, au coeur des Pyrénées, le bus quitte la route et bascule. Une chute vertigineuse et un amas de corps broyés entre la tôle et le granit. Quelques rescapés s'extirpent des décombres. Ils croient avoir échappé au pire. Mais ils confondent la fin et le commencement. Car trois sauvages sanguinaires surgissent des ténèbres... Personne ne pourra croire ce qu'ils ont vécu cette nuit-là.

L'avis de Nathan, stagiaire à l'oiseau lire : Ce roman raconte l'histoire tragique d'un voyage scolaire en Espagne. Le bus quitte la route, puis c'est le commencement de la fin. La plupart des occupants du véhicule meurent sur le coup mais certains survivent et ils vont connaitre l'horreur de survivre. A partir de ce moment ils seront traqués par trois psychopathes avides de sang... Les rescapés n'ont plus qu'un seul but : survivre... Un roman à conseiller à tous les amateurs de frissons. 

 

11 janvier 2010

Maman ?!!

maman.jpgMaman ?

Illustrations : Maurice Sendak

Scénario : Arthur Yorinks

Création des mécanismes : Matthew Reinhart

Ecole des Loisirs, 28,50 €

Initialement intitulé « Mommy ? » et publié en 2006 aux Etats Unis, ce pop-up monstrueux est une galerie d'affreux jojos et autres monstres mythiques plus effrayant les uns que les autres.  Mais ils sont tellement attachants... qu'il n'inquiètent pas du tout ce petit bonhomme qui recherche sa maman. Le parcours pour la retrouver est une succession de belles rencontres, avec un alchimiste, un vampire, Frankenstein, une momie, un yéti, jusqu'à tomber sur... Maman !! et là, on se dit qu'on fait tous un peu partie de la même famille !

Laure Devisme

08 janvier 2010

Boucle d'or et Browne

une autre histoire.jpgUne autre histoire

Anthony Browne, traduction Elisabeth Duval

Kaléidoscope, 15,00 €

Un classique : Boucle d'or et les trois ours, revisité par Anthony Browne. Les ours et Boucle d'or étant des personnages d'aujourd'hui.

Page de droite, un petit ours raconte. Le déroulement de l'histoire est celle traditionnelle de Boucle d'Or, mais le ton change :

« Papa parlait de son travail, maman parlait de son travail.

Moi je traînaillais. »

Les illustrations au pastel campent des ours très humains : des adultes dans leur train train quotidien. Et, page de gauche : Boucle d'or. Des vignettes sépia, avec juste comme touche de couleur les cheveux de Boucle d'or. Ces vignettes nous content l'histoire d'une petite fille dans une ville, une ville triste, une ville de banlieue, poursuivant un ballon, elle se sépare de sa maman, se perd, et trouve la maison des trois ours. Un moment de quiétude, les vignettes s'ensoleillent, elle mange la soupe du petit ours, casse sa chaise, s'endort dans son lit, et prend peur en découvrant les ours. Fuite dans cette ville toujours aussi inhospitalière, les vignettes sépia se succédant comme un film, et enfin...la joie, le bonheur dans les bras de sa maman.

Comme toujours dans les albums d'Anthony Browne, il faut prendre le temps d'observer les illustrations car elles sont riches de « clin d'œil ». Une réussite.

Annie Falzini

05 janvier 2010

Il est là ! ! !

La douane volante

François Place

Gallimard jeunesse, 13,50 €

 la douane volante petit.jpg

François Place, illustrateur ? auteur ? Nous connaissions ses textes illustrés : Les derniers géants, La fille des batailles et L’atlas des géographes d’Orbae, et déjà nous savions qu’il était un écrivain. La douane volante, roman, sans aucune illustration, nous le confirme.

 

Un roman foisonnant, entre fantastique et roman d’initiation, difficile de le présenter tant il est riche. L’histoire commence en Bretagne, juste avant la première guerre mondiale. Gwen, 14 ans, quitte le bateau sur lequel il était mousse, il est dans un sale état. Le vieux Braz va le tirer d’affaire et lui enseigner un peu de son art : de rebouteux. Mais le vieux Braz meurt, et le village ne tolère plus Gwen le tousseux, et….

Tabassé, en piteux état, la charrette de l’Ankou l’emmène et le dépose dans un pays étrange d’où l’on ne s’échappe pas. Très vite il est pris en charge pas Jorn, personnage aux multiples facettes, dont nous découvrons, peu à peu la personnalité et l’emprise qu’il a sur Gwen. Jorn ne fait rien gratuitement, et Gwen l’apprendra à ses dépends.

Ce pays, aux sables mouvants, ce pays surveillé par la douane volante qui empêche quiconque de le quitter, emprisonne  Gwen qui pourtant voudrait  retrouver sa Bretagne natale. Gwen le tousseux, Gwen le rebouteux, « aidé » de Daer, son pibil, va vivre des aventures qu’il serait trop long de vous décrire. Sachez seulement que lorsque vous commencerez ce roman, vous ne pourrez plus le lâcher.

On sent, que La douane volante est écrite par un illustrateur. Les descriptions ne nous lassent pas, on a l’impression de regarder un des dessins de François Place qui nous dit avoir voulu franchir une porte, celle des tableaux de Van Goyen et de se mêler à ses personnages.

 

01 janvier 2010

BONNE ANNEE 2010

 

  

oiseau VHie.jpg

 Nos yeux sont des oiseaux

et l'oiseau

qu'importe la couleur de ses plumes

s'il a l'appétit du vent

qu'ils volent qu'ils parcourent

qu'ils traversent sans fin

nos yeux

il n'y a pas de frontières

sous l'aile des oiseaux

 

et s'ils se posent

immobiles soudain sur la branche

comme

un point d'interrogation sur la page

que ce soit pour sentir monter en eux

l'inconnu

sa rumeur

et le désir d'un nouveau paysage

 

ils ne doivent craindre qu'une chose

nos yeux qui sont des oiseaux :

l'habitude

cette cage invisible

où meurt le regard

 

 Jean-Pierre SIMEON,

                                 in ICI poèmes pour grandir éd. Cheyne

 

Illustration originale de Vanessa Hié

à partir de L'Oiseau-lire éd. Belin

10:13 Publié dans animations | Lien permanent | Commentaires (0)