Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 septembre 2010

En ce temps là...

La couverture du papa soldat

Gianni Rodari

Illustrations Judith Gueyfier

Rue du monde

14€

La couverture du papa soldat.jpg

En ce temps là, les papas rentraient de la guerre avec pour seul salaire une toux violente et une couverture militaire.

En ce temps là, les papas mouraient de cette toux, ne laissant pour tout héritage qu’une  couverture militaire. Gennaro hérite de cette couverture. S’enroulant dedans pour se protéger du froid, il écoute les histoires que raconte sa maman. Mais l’hiver est rude, et sa mère tombe malade. Gennaro est confié à des voisins, des bohémiens. Pour gagner leur vie :

« Ils voyageaient d’une région à l’autre,

Tantôt mendiant,

tantôt vendant les paniers de jonc

qu’ils fabriquaient pendant les haltes

au bord du chemin »

Un des bohémiens, prend Gennaro en affection, il lui explique les mille choses qu’il voit en chemin et, au hasard des panneaux des villes et des villages, il lui apprend à lire.

« Un jour, il réussit à écrire tout seul son nom,

 lettre par lettre, sans une faute.

Quels beaux rêves il fit, cette nuit-là,

Enroulé dans la couverture de son papa soldat ! »

En ce temps là, les gitans s’appelaient des bohémiens, ils recueillaient un enfant, se déplaçaient de ville en ville. Mais Gianni Rodari est italien, et c’est en Italie que les bohémiens se déplacent sans problème.

Un album sensible, auquel les illustrations de Judith Gueyfier apportent une poésie tout en douceur.

Rue du monde continue l’édition des textes de Gianni Rodari, et c’est une très bonne chose que les enfants d’aujourd’hui connaissent ce grand auteur plein d’humanité.

Annie Falzini

 

 

 

02 septembre 2010

Sélection des Croqueurs Petite et Moyenne Sections

 Tout pour ma pomme.jpgTout pour ma pomme !

Edouard MANCEAU, Milan jeunesse, 12 €

Ah, la, la… sacré Bibi ! Toujours affamé et toujours prêt à tout pour dévorer ce qui se trouve sur son passage ! Bibi, c’est un petit loup, et il a toujours faim. Alors, quand il voit de belles salades bien craquantes, de succulents haricots mange-tout ou bien un joli pommier plein de belles pommes bien juteuses, il ne résiste pas à l’envie de faire peur à ses copains pour tout manger tout seul. Il leur fait croire, par exemple, qu’un ogre cornu est en train d’arriver pour les dévorer, qu’un colosse tout vert aux pieds crochus vient pour les étriper, etc. Jusqu’au moment où Bibi fait sa sieste et voit débarquer une espèce de géant vert aux pieds crochus venu lui demander des comptes, car Bibi s’est sifflé tout le potager. Pensant dévorer Bibi à son tour, il finira par le laisser à son triste sort, lui donnant à réfléchir pour la suite…

Bibi finira par se dire que la meilleure des choses à faire sera d’utiliser la pomme qu’il lui reste, et de planter un nouveau pommier ! Mais, quand ledit pommier vient à ne donner que trois pommes alors qu’il y a quatre copains, que faire ???

Un album bien sympa, plein de surprises, où l’on retrouve le chouette graphisme d’Édouard Manceau ; présenté sous la forme d’un menu gastronomique, il aborde la « problématique » de la générosité simplement et efficacement pour les tout-petits, et les aidera peut-être à manger un peu plus de légumes !

Jean Pichinoty, libraire


Moi d'abord !.jpgMoi d’abord !

Michael ESCOFFIER, illustrations de Kris di GIACOMO, frimousse, 12.50 €

Un nouvel opus des talentueux auteurs des déjà cultes Histoire de la petite fourmi qui voulait déplacer des montagnes et Ni vu, ni connu. Ici encore, il sera difficile de ne pas au moins sourire à la lecture de cet album format 25x21 à l’italienne.
Texte (très) court et incisif, images grand cadre dont le côté pseudo-enfantin ne nuit pas à l’ironie, voici donc l’aventure d’un jeune canard envahissant qui apprendra que même un peut-être futur chef doit calmer ses ardeurs.

Une chute en deux temps qui semblait prévisible, mais…

Tous les 3 à 103 ans auront plaisir à consommer sans modération, certains pourront même lui trouver un côté « utile » puisqu’il paraît que ça compte !

Gègène, libraire


veux tu etre mon ami.jpgVeux-tu être mon ami ?

Eric BATTUT,  Didier Jeunesse, 12.90 €

Un album minimaliste pour nous parler de différence et d'amitié. Souris verte est triste, les souris grises ne veulent pas d'elle pour amie, alors elle part en quête d'un ami... vert. Mais la sauterelle, la grenouille, le caméléon, refusent. Heureusement l'éléphant vert accepte. Mais pourquoi est-il vert...? Que c'est bon d'avoir un ami, même s'il est gris. Des dessins tout simples aux crayons de couleurs ou à la craie pour nous compter une histoire toute simple qui ravira les petits.

Annie, libraire

 

Bien avant toi.jpgBien avant toi

RASCAL, illustrations de Mandana SADAT, Didier Jeunesse, 12.90 €

« Bien avant toi… J’ai fait un petit bonhomme en taches et le teinturier l’a effacé. J’ai fait un petit bonhomme en pain et les oiseaux l’ont picoré ». Puis en bonbons, en cailloux, en graines, en allumettes… Et un beau jour… « nous avons fait un petit bonhomme d’amour… et toi, tu es resté ! »

On dirait une comptine. C’est très simple, et ça dit beaucoup, de l’attente de la naissance, d’un « parcours de vie » (d’ailleurs le personnage grandit au fil des pages) qui irait, comme l’eau, les graines, jusqu’à la vie, justement, une autre vie, qu’on donne.

Madeline Roth, libraire

 

La moufle.jpgLa moufle

Florence DESNOUVEAUX, illustrations de Cécile HUDRISIER, Didier Jeunesse, 11 €

Elle git là, sans vie, quand Souris vient à passer : « Quelle aubaine, une maison de laine ! ». Lièvre, tout gelé, aperçoit la moufle rouge : «Y a quelqu’un ? »– « Oui, y a moi, et toi, qui es-tu ? » Et c’est ainsi que la moufle rouge accueille les animaux les uns après les autres... jusqu’à éclater !

Cette version du conte russe est rythmée à souhait et ravit les petits dès deux ans. L’illustration pastel, non dénuée d’humour, vient compléter le texte avec précision : le méli–mélo de pattes, d’oreilles et de queues est judicieusement agencé pour aveugler Souris, chatouiller le nez de Lièvre, écraser l’œil de Renard... avant l’explosion finale. D’autres versions existent déjà, souvent plus riches en vocabulaire, perdant alors en dynamisme : La Moufle chez Père Castor et chez Circonflexe, Les Animaux de l’hiver chez Gautier-Languereau.

Brigitte, libraire

 

Sélection des Croqueurs Grande Section, CP et CE1

 Les souliers de Jacob.jpgLes souliers de Jacob

Agnès de Lestrade, illustrations de Tom SCHAMP, Sarbacane, 14.90 €

Jacob n’est pas un cordonnier comme les autres. Jacob a un don, celui de tirer ses clients d’un mauvais pas :

« Pour les étourdis

 Il y a les souliers pour garder les pieds sur terre.

Pour les timides, les chaussures qui ne reculent devant rien.

Pour les poètes, celles qui prennent le mot au pied de la lettre et… »

Débordé, Jacob ne prend pas le temps de souffler, et il n’a pas trouvé chaussure à son pied.

Aussi, quand  Margot, un jolie rousse, lui demande des chaussures pour faire le premier pas, il perd tous ses moyens.

Un album tendre et poétique, accompagné par les dessins très colorés  et joyeux de Tom Shamp.

Annie libraire


 Arto et la fée des livres.jpgArto et la fée des livres

Agnès de Lestrade, illustrations d'Olivier LATIK Milan Jeunesse, 12 €

Tara est une relieuse de génie. Elle est capable de raccommoder les phrases, de réconcilier les mots, ou encore de recoudre les pensées. Un beau jour, elle voit arriver dans son atelier un petit garçon, qui va lui confier un travail des plus importants.

Arto est triste : ces derniers temps, ses parents se disputent beaucoup. Mais le petit garçon a entendu parler d'une femme aux doigts de fée, capable d'accomplir des miracles. Il se rend alors jusqu'à son atelier et lui remet l'album de mariage de ses parents. Peut-être que si Tara parvient à réparer le livre, leur couple pourra lui aussi être sauvé ?

C'est ainsi qu'Arto le petit garçon devient l'apprenti de Tara la relieuse, qui va lui transmettre tout son savoir. Une relation très forte se crée entre eux, presque une filiation. Aux travers de leurs deux voix, Agnès de Lestrade nous montre que les gens sont comme le papier des livres: tantôt souples tantôt rigides, parfois durs parfois mous ; mais surtout, que les liens qui les unissent les uns aux autres sont fragiles, et qu'il est nécessaire de souvent les renforcer pour qu'ils durent.

Un texte fort et empreint de magie, très joliment accompagné par la douceur des illustrations d'Olivier Latyk.

Pauline, libraire


Monsieur cent têtes.jpg

Monsieur cent têtes

Ghislaine HERBERA, Memo, 20 €

Encore une petite merveille qui nous vient de Memo. Monsieur, une simple silhouette, un peu ronde, très expressive, Monsieur cherche la tête qui lui permettra de conquérir son amoureuse. Pour cela il essaie ses masques, masques qui lui viennent du monde entier. Tristesse, rire, ennui, avec lui, nous explorons toutes les sensations, les sentiments possibles. Et, ce qui est extraordinaire, c’est que cette simple silhouette accompagne par ses attitudes, ses postures les divers sentiments et les fait ressentir d’une façon extraordinaire. A la fin de l’ouvrage, tous les masques sont représentés, avec leur provenance.

Annie, libraire

 

rouge gorge.jpgRouge-Gorge ou comment le feu est venu au monde

Pierre DELYE, illustrations de Martine BOURRE, Didier Jeunesse, 11.90 €

« Ca c’est passé au début du monde.

Au commencement, il y avait des animaux.

Des animaux qui étaient moches…

Moches et surtout mal fichus !

Sans plumes ni ailes, sans fourrure ni pelage

sans crocs ni griffes, incapables de courir vite,

de sauter haut, de bien nager ou de grimper

aux arbres rapidement…. ils sont nuls ! »

Vous avez, je pense deviné qui sont ces animaux nuls !..

Heureusement, un petit oiseau qui les observe a pitié d’eux. Il va trouver le soleil et lui raconte le malheur des animaux moches et mal fichus. Alors le soleil a une idée…

Et c’est depuis ce jour que les humains possèdent le feu et que cet oiseau s’appel Rouge-Gorge, car c’est lui le courageux.

Un conte magnifiquement soutenu par les illustrations lumineuses de Martine Bourre qui a pour cet album à nouveau utilisé, avec tout le talent qu’on lui connaît, les collages sur des fonds couleur soleil.

Annie, libraire

 

 Le chmat doudou.jpgLe schmat doudou

Muriel BLOCH, illustrations de Joelle JOLIVET, Syros Jeunesse, 10.50 €

Quand Joseph est né, son grand-père tailleur lui a offert une magnifique couverture cousue de ses mains. Joseph a grandi, sans jamais se séparer de sa couverture, qu’il appelait son schmat doudou et qu’il traînait partout. Mais la couverture dégoûtante, la mère de Joseph l’aurait bien jetée à la poubelle. Vite vite, traverser la rue, aller trouver son grand-père: «Boubele, ouvre-moi, c’est Joseph. Maman a jeté mon schmat doudou… Mais je l’aime trop beaucoup, tu peux pas le réparer?»

Au fil des années, la couverture se transforme dans les mains du tailleur. Une veste, une cravate, un mouchoir, un bouton… Et pendant ce temps-là, Joseph grandit…

Ce conte faisait partie des Contes de Chelm, recueil épuisé de la collection Paroles de conteurs. La renaissance de ces contes sous forme d’albums, à petit prix et toujours très bien illustrés je trouve (ici c’est Joëlle Jolivet, en noirs, jaunes et roses), est une très bonne idée. C’est une histoire juive qu’il est délectable de lire à haute voix. Muriel Bloch dit : «C’est l’enfance qui fout le camp pour de bon». Un conte qui parle du nécessaire abandon de «l’objet transitionnel» et de l’enfance.

Madeline Roth, libraire


 Podlapin.jpgPodlapin

Philippe JALBERT, illustrations de Cécile HUDRISIER, Thierry Magnier, 12 €

Imaginez… C’est le matin, vous vous réveillez à peine quand un gland vous tombe sur la tête. La mauvaise humeur prend le dessus, la colère monte et vous envahit entièrement. Plus rien ne peut vous l’enlever. C’est exactement ce qui va se passer pour le lapin, héros de cette histoire. Pour décharger sa colère, il va s’en prendre à tous les animaux qui croiseront son chemin, de la taupe curieuse au crapaud contemplatif, de l’hippopotame bronzant au grand dragon fumant. Et puis c’est au tour du petit oiseau qui vient lui déclarer son amour. C’en est trop pour notre lapin grognon qui libère sur lui toute sa colère. La vengeance du pauvre oiseau n’en sera que plus forte…

 Cet album se passe complètement de texte, remplaçant les injures du lapin par des pictogrammes représentant tour à tour des chaussettes, des nuages, des extra-terrestres ou autres boots poilus… Le résultat est très réussi et rend parfaitement l’aspect teigneux du personnage central. La chute nous fait rire et l’humour acide plaira autant aux grands qu’aux petits.

Florian Trohel, libraire

 

 faim de loup.jpgFaim de Loup

Eric PINTUS, illustrations de Rémi SAILLARD Didier Jeunesse, 11.90 €

Cette nouvelle histoire de loup commence par la faim ! En effet : «la faim c’est la faim, tu as faim !» Voici donc notre loup tiraillé, obnubilé, affamé. Comble du malheur, il tombe dans un trou à ours d’où il ne peut plus sortir. Il s’apitoie sur son sort quand surgit un lapin moqueur. Rapidement, ce lapin devient agaçant, voire horripilant et plutôt cruel. La chute de ce dernier et de l’histoire n’en sera que plus savoureuse, du moins pour le loup…

Un conte vraiment réussi (comme très souvent chez Didier Jeunesse) qui nous change des histoires bien-pensantes.

Coraline Donain, libraire


Hector, l'homme extraordinnairement fort.jpgHector, l’homme extraordinairement fort

Magali Le Huche, Didier Jeunesse, 12.90 €

Dans le Cirque Extraordinaire, chacun a sa spécialité. Ricky est  EXTRAORDINAIREMENT petit ; Gontrand, EXTRAORDINAIREMENT marrant ; Léopoldine, EXTRAORDINAIREMENT divine, etc. Et puis il y a Hector, l'homme EXTRAORDINAIREMENT fort, capable de porter des machines à laver ou des éléphants à bout d'index. Une chose est sûre : Hector est un balèze. Oui, mais pas que...

Sous ses allures d'homme d'acier, Hector cache deux secrets : un amour inconditionnel pour le tricot et... un amour tout aussi inconditionnel pour la belle Léopoldine ! Chaque soir dans sa caravane, qu'il a voulue loin du chapiteau pour plus de discrétion, Hector enchaîne les mailles et complète une collection déjà EXTRAORDINAIREMENT impressionnante. Son chef d'œuvre : un tutu à pompons qu'il confectionne pour l'élue de son cœur.

Seulement voilà : être l'homme le plus fort du monde fait naître les plus basses convoitises. Ce ne sont pas Gédéon et Léonard, les deux dompteurs du Cirque Extraordinaire, qui pourront dire le contraire, eux qui cherchent à le faire tomber par tous les moyens. Les deux filous surprennent Hector en plein ouvrage et décident de le ridiculiser en organisant une exposition publique de tous ses tricots...

Hector est humilié, les dompteurs ont gagné. Non, pas si vite ! C'est sans compter l'extraordinaire tempête qui emporte tout sur son passage, même les vêtements des forains. Qui va arranger la situation ? Hector, bien sûr !...

Avec Hector, l'homme  EXTRAORDINAIREMENT fort, Magali Le Huche offre au lecteur un album plein d'humour et de tendresse, et l'invite sans en avoir l'air à regarder au-delà des apparences et à dépasser les a priori.

Pauline, libraire

Sélection des Croqueurs CE2

 Le destin blanc de Miyuki.jpgLe destin blanc de Miyuki

KOCHKA, illustrations de Judith GUEYFIER, Milan Jeunesse, 13.90

  L’écriture toute de tendresse et de poésie de Kochka pour un bel album qui nous conte l’histoire de Miyuki, dont le nom signifie « destin blanc » Au pays du soleil levant, deux royaumes aussi beaux, aussi prospères l’un que l’autre. Mais depuis des années, leurs deux empereurs se chicanent, rien de bien grave, jusqu’à ce que l’un d’eux, Takechi, fasse enlever Jin, la dernière né de Chikao. Celui-ci, fou de douleur, vieillit prématurément et, peu à peu, son pays perd ses couleurs.

Pendant ce temps, Jin, devenue Aïko, grandit, embellit, sans souvenir de son enfance,et Takechi, sous le charme, l’épouse. De cette union naît Miyuki, aussi belle que sa mère. Miyuki, dont le sommeil est hanté par des rêves, des cauchemars, liés à l’enfance de sa mère. C’est elle qui permettra au vieil empereur, son grand-père, de mourir en paix, et à son royaume de retrouver, peu à peu, ses couleurs. Les illustrations de Judith Gueyfier accompagnent ce texte avec sensibilité et beauté. Et texte et illustrations font de ce livre « un grand album »

Annie, libraire

 

Sur un arbre perché.jpgSur un arbre perché

Mickaël OLLIVIER, Thierry Magnier, 5 €

« J’ai toujours aimé les arbres », c’est pour cette raison que Camille a décidé de tout mettre en œuvre pour sauver le vieux cèdre de la cour de récréation, que le maire a décidé de faire abattre.

Camille, aidé de ses copains de CE2, entre en résistance, mais le combat s’essouffle, alors il décide de faire un grand coup.  Il ne peut se résoudre à laisser abattre l’arbre.

Un petit roman sympathique comme tant d’autres dans cette collection.

Annie, libraire

 

 Le tatoueur de ciel.jpgLe tatoueur de Ciel

Hubert BEN KEMOUN, illustrations de David SALA Casterman, 13.95

Dans un lointain royaume, Nabo Junior, jeune fils du grand sultan Naboka, enchaîne caprice sur caprice alors que son père est parti guerroyer au loin. Il abuse de son pouvoir et ordonne à ses serviteurs de dissiper les nuages et le vent ,créé à cet effet, détruira tout sur son passage ; puis il ordonne  de faire disparaître tous les oiseaux si bruyants, avant d’exiger qu’ils « tatouent » le ciel avec un immense arc-en-ciel de tissus colorés.

Chacun de ses caprices démesurés est exaucé – au prix de grandes souffrances et d’un appauvrissement continu de la population du royaume. Mais qu’importe au jeune prince ivre de sa puissance : ce qui compte à ses yeux, c’est d’être le plus grand des souverains, plus grand même que son propre père le sultan !

Revenu dans sa capitale sans crier gare, celui-ci, épris de justice, condamnera l’impudent à réparer lui-même les profonds désordres qu’il a provoqués. Peut-être comprendra-t-il alors ce qu’est le vrai sens du pouvoir…

Une parabole subtile et émouvante d’Hubert Ben Kemoun sur le pouvoir et la responsabilité, magnifiquement mise en images par les illustrations lumineuses de David Sala

Annie, libraire

 

 Le roi des sables.jpgLe roi des sables

Thierry DEDIEU, Seuil Jeunesse, 13.50 €

 Thierry Dedieu reprend ses sculptures pour nous raconter une histoire de sagesse. Un roi, un château magnifique face à la mer. Une vue extraordinaire, un site paradisiaque. Mais un château à reconstruire après chaque équinoxe, car rien n'arrête la mer. Son ami le Roi de la Forêt lui propose l'hospitalité, mais rien ne peut remplacer le spectacle que lui offrent la mer et ses couchers de soleil. Les illustrations de Thierry Dedieu sont envoûtantes, son texte poétique. Une petite merveille. Cette fable sur les furies de la mer fait penser à la tempête Xynthia, et pose la question suivante : faut-il combattre les éléments ou les accepter et vivre avec ?

Annie, libraire


Shérérazade.jpg Shéhérazade

Béatrice FONTANEL, illustrations d'Olivier BALEZ Sarbacane, 14.90 €

Un album qui, sous couvert d’une histoire de princesse - par les personnages, les termes employés - nous conte la vie de Shéhérazade, adolescente dans une cité de banlieue d’aujourd’hui. Ce que le texte ne dit pas, les illustrations d’Olivier Balez le transposent d’une façon magistrale.

Shéhérazade se nourrit d’histoires. La nuit, cachée sous les couvertures, elle lit à la lumière d’un réverbère ou d’une lampe de poche.

Et grâce aux mots magiques "Il était une fois…", elle stoppe un tournoi de chevalerie ; par la magie des mots, elle arrive même a réconcilier les belligérants.

Mais que deviendra Shéhérazade ?

Avec humour, poésie et tendresse, un bel album sur la vie dans les cités et le pouvoir de la lecture.

Annie, libraire


01 septembre 2010

Voici la sélection des Dévoreurs de l'année 2011

Voici la sélection des dévoreurs de l'année :

Les discussions furent animées et, à mon grand regret, deux titres ne figurent pas sur la liste des 3e :


+Je suis le chapeau d'Alex COUSSEAU, qu'une seule voix aura suffi à écarter. Et pourtant, quel livre génial !

+ Un automne à Kyoto de Karine REYSSET. Tout le monde était d'accord sur la qualité de l'écriture, sa poésie, et le plaisir que chacun a eut  à le lire. Mais - eh oui, il y a un mais - Margaux, l'héroïne de 16 ans, tombe amoureuse d'Eric, un jeune adulte et ils... font l'amour... une fois.
Impossible - disent les enseignants - de donner un tel livre à des collégiens (de 3e) sans protestation des parents.

Si je vous parle de ces deux livres, c'est pour éveiller votre curiosité, vous donner envie de les lire et de les ....faire lire..

Annie


je suis le chapeau.jpg

Je suis le chapeau

Un roman époustouflant qui nous emmène à la recherche du propriétaire d'un chapeau. Chapeau qui coiffait un ours, ours tué par le père de Oukiok et Wanda .Ce sont ces deux enfants Inuits qui partent sur les traces de l'homme à qui appartenait le mystérieux chapeau. Avec ces deux enfants, malicieux, un peu sorciers, en tout cas déterminés, nous parcourons d'immenses étendues de neiges, nous rencontrons de beaux  personnages et nous apprenons beaucoup sur le monde des Inuits et sur le tournage du premier documentaire muet : Nanouk, que l'on a envie de voir ou de revoir en refermant ce livre.

Un beau roman, très bien écrit. De courts chapitres, qui nous entrainent dès les premières pages dans cette aventure prodigieuse aventure humaine.

 

 

Un automne à Kyoto.jpgUn automne à Kyoto

Pour en savoir plus, je vous invite à aller visiter le site de la librairie Comptines de Bordeaux. Voici le lien :

http://librairiecomptines.hautetfort.com