Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 septembre 2007

Dévoreurs!

Voici enfin arrivée la liste des ouvrages sélectionnés pour le prix des Dévoreurs de livres!

CM/6ème

Archeopolis 1, Le pilleur de tombes

Pierre-Marie BEAUDE (Gallimard jeunesse, 9,50€)

e984de6d45111a883a0921c490f64b2f.jpg

Alisson est une collégienne de 13 ans qui mène une vie tranquille avec ses parents. Son oncle, archéologue en Egypte, lui envoie un jour une lettre l’invitant à le rejoindre pour participer à un stage d’archéologie au Caire. Ravie, elle part au pays des pharaons. Mais dès qu’elle touche le sol égyptien, Alisson a l’impression d’être surveillée et reste sur ses gardes. C’est le début, pour elle, d’aventures palpitantes. Son oncle a découvert le tombeau d’une princesse inconnue, et Alisson va se retrouver traquée par une bande de pilleurs de tombes, dont le chef n’est autre que Kaligane, le célèbre voleur international. L’enquête d’Alisson, aidée de ses amis, contribue à garder un suspens tout au long du récit. Le roman permet d’aborder quelques connaissances sur la vie des pharaons, des descriptions de tombes royales, des hiéroglyphes, la construction des pyramides, des détails sur la momification… Alisson, grâce à son oncle Jean-Tim, est désormais une passionée d’archéologie, et on attend avec impatience de la retrouver dans la suite de ses aventures pour une nouvelle expédition. Un roman de qualité, bien écrit, qui nous plonge dans la civilisation de l’ancienne Egypte.

 

 

Dinde de Noël et tandoori

François ULYSSE (Gallimard jeunesse, 4,60€)

783f971b105017ddf18a8bb34309227c.jpg

Ce court roman nous présente les tribulations d’une famille d’origine indienne qui vit à Paris. Faiza, onze ans, nous fait partager son quotidien et les tribulations de sa petite famille. Ses parents ne s’entendent pas à merveille, sa mère se perd dans les romans-photos et son père ne fréquente que les cafés aux noms français, son frère aîné Vikash est le symbole de l’intégration et de la réussite (il travaille dans une banque), avec tous ses excès, son autre frère Mounir se prépare pour un destin de future star. Ce n’est pas tous les jours facile d’exister dans cette famille tiraillée entre Orient et Occident. Un style, enlevé, alerte, un vocabulaire proche du langage parlé, beaucoup de dialogues, des scènes du quotidien et beaucoup d’humour.

 

 

Le paradis d'en bas

AUDREN (Ecole des loisirs, 8,50€)

a465518c42dfbd44fe3b63f4eb7f1795.jpg

Léopold a 10 ans, une petite soeur, des parents attentifs et charmants mais la vie n'est pas toujours rose pour autant. Il revient d'un enterrement lorsque le livre démarre, son père Anselme est pris d'un fou rire... Une lettre arrive dans la foulée : la petite famille est héritière d'une maison à Barbizon. Tout heureuse, elle quitte son 11ème étage pour s'installer dans cette maison léguée par un mystérieux australien. C'est bizarre, trois autres familles, héritières elles aussi, viennent d'emménager. Surpris par cette coïncidence, Léopold décide de mener l'enquête. Il va découvrir un gros secret de famille...

Une histoire émouvante, drôle, très bien écrite par un auteur qui traite ses lecteurs avec intelligence, impertinence et franchise.

 

 

La fille aux yeux noirs

Stéphane DANIEL (Bayard jeunesse, 5,90€)

f94e853e5121711e8e1525cb9a761baf.jpg
Lucas, depuis l’accident de voiture de sa mère, vit seul avec son beau-père Armand. Il se rend régulièrement au cimetière fleurir la tombe de sa mère et y rencontre une jeune fille mystérieuse. Lucas intrigué et attiré par elle cherche à savoir qui elle est, pourquoi elle en veut à Armand. Les relations entre Lucas et son beau-père sont de plus en plus tendues .Quelle vérité lui cache-t-il ? Lucas mène son enquête afin de découvrir le mystère qui l’entoure.
Lydia et l'aquarelliste
Jo HOESTLANDT (Nathan jeunesse, 4,50€)
e116b4c7b8fc33204ebf4ada8082328f.jpg
Tous les étés, Lydia passe ses vacances en Bretagne chez son grand-père qui tient un bar « Chez Jules » face à la mer. Elle y retrouve tous les habitués, toutes ces personnes qui rendent ces vacances inoubliables et qu’elle ne voudrait pour rien au monde changer ; d’autant qu’à Paris, chez elle, l’atmosphère est un peu tendue entre Lydia et sa mère, toujours fatiguée, et entre Lydia et Marc, le nouveau compagnon de sa mère qu’elle n’apprécie guère. Cette année, un nouveau venu bouscule les habitudes de Lydia : un aquarelliste vient s’installer tous les matins devant le bar pour peindre, un vieil homme un peu bourru et pas très gai. Lydia tente bien d’engager la conversation mais Tony, vieux garçon célibataire et sans enfant, ne sait pas trop s’y prendre avec les enfants surtout quand ils sont un peu insolents comme celle-ci. Après des débuts un peu houleux, le plaisir de peindre va rapprocher le vieil homme et la petite fille dans une amitié naissante.

 

 

Adieu mes 9 ans
Valérie ZENATTI (Ecole des loisirs, 8,00€)
fcbdb60a21ea5478f746e28471ff43f5.jpg

Tamara aura 10 ans dans quelques jours. 10 ans c’est important, c’est du moins ce que lui disent les adultes. Pourtant ils n’ont de leurs 10 ans que des souvenirs sans importance. Tamara, elle, s’ouvre au monde. Une publicité attire son attention : « La faim tue toutes les quatre secondes » et sous cette phrase, la photo d’un petit garçon noir, maigre, nu. A cet instant, ses yeux s’ouvrent, sa vie change. Elle regarde les actualités, écoute les informations, on y parle de tout, de la guerre en Irak, du réchauffement climatique, du sport, d’enfants disparus, mais pas de la faim dans le monde. Alors elle décide de » prendre le taureau par les cornes », puisqu’elle ne peut pas être présidente de la république avant 2022, elle décide d’écrire aux trois personnes les plus importantes pour leur faire part de ce qui ne va pas dans le monde et leur proposer un rendez-vous pour leur donner ses idées pour que ça aille mieux. Elle écrit au président français, au président américain et à Zinédine Zidane, et devinez qui répond ? Un petit roman sympathique, qui malgré le sujet sérieux est plein de bonne humeur, un roman que l’on à plaisir à lire et que l’on a envie de faire lire.

 

Contes d'Alexandrie
Eglal ERRERA (Actes sud junior, 14,50€)
a756710036fc681d0c017d92016c8bf9.jpg
Tout commence un soir de mai, enfin presque. C’est ce soir-là du moins que l’Alexandrin reçut dans sa belle maison blanche surplombant la mer des enfants pour une fête.Confortablement assis sur la terrasse, entourés de cruches de jus de réglisses, de chocolats fourrés aux dattes et autres succulents mets, les enfants attendent que leur hôte leur raconte son histoire. C’est dans cette ambiance enchanteresse des soirs de lune nouvelle que l’Alexandrin entame le récit de cinq rencontres. Cinq rencontres qui traversèrent sa vie et grâce auxquelles il devint cet homme heureux que tout le monde adore à Alexandrie.
On entre littéralement dans l’antre de cette ville aux mille et une facettes. Enveloppé d’un voile de magie, on fait la connaissance du vieil ébéniste Yannis, de Ramsès, l’homme au coffre de bois de palme, la cantatrice Anahides qui chantait pour les oiseaux, ou encore Soliman et Margherita. L’Alexandrin les croisera tour à tour sur son chemin et chacun aura une importance dans son apprentissage et surtout dans l’accomplissement de son être.
Les photographies sont retravaillées (parfois un peu trop) avec des couleurs vives et encadrées de bandes rappelant les tapis typiques du pays. Au final, on obtient des instantanés « kitsch » chargés de symboles qui retranscrivent à merveille le foisonnement de cette ville cosmopolite et mythique.

Les commentaires sont fermés.