Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 décembre 2009

20 ans après la chute du Mur

mes deux allemagne.jpgMes deux Allemagne

Anne Charlotte Voorhoeve

Millézime, Bayard, 11,90 €

 Au cours d'une soirée, Lilly ferme les yeux et raconte...

Elle vit en Allemagne de l'Ouest, à Hambourg, elle a une douzaine d'année et accompagne sa mère dans sa fin de vie. Celle-ci lui a raconté comment par amour, elle s'est enfuie d'Allemagne de l'Est. Elle connaît la famille de sa mère par les photos, les lettres, puisque jamais elle n'a pu les rencontrer. Sa mère meurt et pour la première fois, à l'enterrement, elle est face à sa tante, Lena.

Elle est immédiatement attirée par cette femme chaleureuse, malheureusement celle-ci doit très vite retourner en RDA. Lilly se retrouve seule. Pascal, l'ami de sa mère, photographe, voyage sans cesse et ne peut s'occuper d'elle, alors on prévoit pour elle une famille d'accueil. Elle se révolte, et, aidée de Pascal et de Maggie sa meilleure amie, elle passe la frontière et arrive en RDA, chez Léna. Mais cela ne se passe pas du tout comme elle s'y attendait. D'abord, Kathrin, sa cousine, lui claque la porte au nez, et puis, même, si Lena et Rolf, son oncle, sont heureux de la voir, eux savent que ce ne sera pas simple. Il n'est en effet pas facile de rester en RDA, lorsque l'on vient de l'ouest, et de plus, on risque de créer de sérieux ennuis à ceux qui vous accueillent. Lena et Rolf obtiennent une autorisation de séjour d'une semaine, ensuite Lilly devra repartir, et il lui faudra attendre un an avant de pouvoir revenir définitivement.

Peu à peu, elle apprendra ce qui s'est passé après la fuite de sa mère : Lena étant la soeur ainée, a été "punie sévèrement" pour ne pas avoir surveillé sa jeune soeur. Mais tout cela, c'est du passé, quand Lena raconte, le mur est tombé, l'Allemagne est réunifiée.

Un beau roman, sur le deuil, les secrets de familles et sur le traumatisme causé aux familles séparées par le mur. Ce n'est pas pesant, à aucun moment on a l'impression d'un roman "engagé". C'est avant tout une aventure humaine et c'est ce qui en fait sa force.

Annie Falzini

 

Les commentaires sont fermés.